L'anakinra pour la polyarthrite rhumatoïde

Ce résumé d’une revue Cochrane présente les connaissances actuelles issues de nos recherches concernant l’effet de l'anakinra sur la polyarthrite rhumatoïde (PR).


Cette revue montre que chez les personnes atteintes de PR,

la prise d'anakinra pendant 6 mois peut améliorer les symptômes de la PR tels que la douleur, les capacités fonctionnelles et la raideur.


Que sont la PR et l'anakinra ?

Chez les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde, le système immunitaire, qui lutte normalement contre les infections, attaque la surface des articulations. Les articulations sont alors enflées, raides et douloureuses. Les petites articulations des mains et des pieds sont généralement les premières touchées. Actuellement, il n’existe pas de remède contre la PR. Les traitements visent donc à soulager la douleur et la raideur et à améliorer la mobilité des patients.

L'anakinra est un antagoniste des récepteurs de l'interleukine-1, un médicament qui bloque la protéine inflammatoire interleukine-1. Ce médicament est utilisé pour ralentir la progression de la PR active modérée à sévère chez les patients de plus de 18 ans qui ne répondent pas à un ou plusieurs traitements de fond de la maladie. L'anakinra peut être utilisé avec d'autres traitements de la PR.


Meilleure estimation de ce qui arrive aux personnes atteintes de PR qui prennent de l'anakinra :

23 personnes sur 100 ont signalé une amélioration des symptômes de la PR, tels que la douleur, les capacités fonctionnelles et la raideur, pendant la prise d'un placebo.

38 personnes sur 100 ont signalé une amélioration des symptômes de la PR, tels que la douleur, les capacités fonctionnelles et la raideur, pendant la prise d'anakinra.

15 personnes supplémentaires sur 100 ont signalé une amélioration des symptômes de la PR en prenant de l'anakinra pendant 6 mois par rapport à un placebo.

Conclusions des auteurs: 

L'anakinra est un traitement biologique relativement sûr et modérément efficace pour la polyarthrite rhumatoïde. Bien qu'aucun essai comparatif en face à face n'ait été effectué, le niveau d'amélioration est considérablement inférieur à celui rapporté par des études portant sur d'autres traitements biologiques. D'autres d'études sont nécessaires pour évaluer la sécurité et l'efficacité, surtout par rapport à d'autres traitements, et les données des événements indésirables associés à une utilisation à long terme de l'anakinra devront être examinées.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Ces dix dernières années, une nouvelle catégorie de traitements visant les cytokines spécifiquement impliquées dans le processus pathologique de la polyarthrite rhumatoïde (PR), que l'on appelle « agents biologiques », ont largement contribué à améliorer et à élargir le traitement de la PR. L'anakinra est un antagoniste des récepteurs de l'interleukine-1 actuellement homologué par la FDA pour le traitement des PR modérées à graves pour lesquelles les traitements initiaux à base d'antirhumatismaux modificateurs de la maladie (ARMM) ne sont pas efficaces.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité clinique et la sécurité de l'anakinra chez les patients adultes atteints de polyarthrite rhumatoïde.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans les bases de données électroniques suivantes : le registre Cochrane central des essais contrôlés (CENTRAL) (Bibliothèque Cochrane Numéro 1, 2008), MEDLINE (de 1950 à la semaine 4 de 2008), EMBASE (de 1980 à la semaine 5 de 2008), CINAHL (de 1982 à novembre 2007) et les références bibliographiques des articles.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés comparant l'anakinra seul ou combiné à des traitements de fond de la maladie ou des agents biologiques à un placebo ou d'autres traitements de fond ou agents biologiques chez des patients de plus de 18 ans atteints de polyarthrite rhumatoïde.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de revue ont évalué la qualité des essais et extrait les données de manière indépendante. Les auteurs des études ont été contactés pour obtenir des informations supplémentaires.

Résultats principaux: 

Cinq essais portant sur 2 876 patients, dont 781 randomisés au placebo et 2 065 à l'anakinra, ont été inclus. Une augmentation significative du nombre de participants atteignant une réponse ACR 20 au bout de 24 semaines de traitement à 50-150 mg d'anakinra par jour a été observée par rapport à un placebo (38 % contre 23 %). Cette augmentation de 15 % du nombre de patients atteignant une réponse ACR 20 avec de l'anakinra par rapport à un placebo est considérée comme modeste mais cliniquement significative. Les autres données d'efficacité - y compris les réponses ACR 50 (18 % contre 7 %), ACR 70 (7 % contre 2 %), le score HAQ, le score sur l'échelle visuelle analogue (EVA), les scores radiologiques de Larsen et la variation de la vitesse de sédimentation des hématies (VS) - montraient toutes une amélioration significative avec 50 à 150 mg d'anakinra par jour par rapport à un placebo. Aucune différence statistiquement significative n'a été observée pour la plupart des résultats de sécurité entre le traitement à l'anakinra et le placebo - y compris le nombre d'arrêts prématurés, de décès, d'événements indésirables (total et graves) et d'infections (total et graves). Les réactions au point d'injection présentaient une augmentation significative, avec une occurrence de 1 235/1 729 (71 %) chez les patients traités à l'anakinra contre 204/729 (28 %) chez les patients prenant un placebo. L'incidence des infections graves était cliniquement supérieure mais pas statistiquement différente pour l'anakinra (25/1 366 patients, 1,8 %) par rapport au groupe du placebo (3/534 patients, 0,6 %).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.