L'alimentation au gobelet par rapport à d'autres formes d'alimentation entérale supplémentaire pour les nouveau-nés incapables de téter correctement au sein

Question de la revue :

Notre but a été d'identifier la meilleure méthode pour offrir une alimentation supplémentaire aux nouveau-nés prématurés et nés à terme. Nous nous sommes également demandé si l'alimentation au gobelet constitue une meilleure façon d'alimentation supplémentaire en comparaison avec l'alimentation par biberon ou l'alimentation par sonde, lorsque les nouveau-nés sont incapables de téter correctement.

Contexte :

La plupart des nourrissons nés à terme ou légèrement prématurés peuvent téter après la naissance. Cependant, pour un certain nombre de raisons, certains bébés nés à terme et un grand nombre de nouveau-nés prématurés peuvent ne pas être en mesure de téter de manière correcte et nécessitent une alimentation supplémentaire par des méthodes alternatives, telles que l'alimentation au gobelet, à la seringue, au biberon ou par sonde, jusqu'à ce qu'ils soient capables de téter correctement.

Caractéristiques de l'étude :

Notre recherche d'études admissibles effectuée le 31 Janvier 2016 a révélé cinq études que nous avons pu inclure dans cette revue, toutes comparant l'alimentation au gobelet à celle au biberon chez des nouveau-nés. Ces études ont été menées dans les unités néonatales et de maternité dans des hôpitaux en Australie, au Royaume-Uni, au Brésil et en Turquie. Au début de l'étude, l'âge gestationnel moyen des nourrissons dans la plupart des études était similaire. Dans quatre de ces études, l'intervention (gobelet ou biberon) a commencé au moment de l'inscription à l'étude, c'est-à-dire, lorsque les enfants ont eu besoin d'une alimentation supplémentaire pour la première fois et lorsque les plus jeunes d'entre eux avaient 30 semaines de gestation. Dans l'étude menée en Turquie, l'observation de l'alimentation supplémentaire n'a pas commencé au moment de l'inscription à l'étude ou au moment de la première alimentation supplémentaire mais, elle a été retardée jusqu'à ce que les nourrissons aient au moins 35 semaines d'âge.

Résultats principaux :

Pour certains critères de jugement, les résultats des différentes études n'ont pas pu être combinés. Cela inclut l'absence d'allaitement à la sortie de l'hôpital ; l'absence d'allaitement exclusif à l'âge de trois et six mois ; le temps moyen nécessaire pour chaque session alimentaire ; ou la durée d'hospitalisation. Pour chacun de ces critères de jugement, les résultats de certaines études ont été en faveur de l'alimentation au gobelet, bien que les résultats provenant d'autres études ont été en faveur de l'alimentation au biberon.

Pour certains critères de jugement, les résultats des différentes études ont pu être combinés : aucune différence n'a été indiquée dans la prise de poids ou dans l'âge gestationnel à la sortie de l'hôpital parmi des nourrissons recevant une alimentation au gobelet comparés à ceux alimentés au biberon. Cependant, les nourrissons ayant reçu une alimentation supplémentaire au gobelet ont été plus susceptibles d'être exclusivement allaités à la sortie de l'hôpital et étaient plus susceptibles de continuer d’être allaités partiellement à l'âge de trois et six mois.

Étant donné que les études ont inclus pour la plupart des nouveau-nés prématurés et peu de nourrissons nés à terme, aucune recommandation ne peut être émise concernant l'alimentation au gobelet chez les nourrissons nés à terme.

Qualité des preuves :

La qualité des preuves concernant la prise de poids, la durée de séjour à l'hôpital, l'absence d'allaitement à la sortie de l'hôpital et à l'âge de six mois et l'allaitement exclusif à la sortie de l'hôpital ainsi qu'à l'âge de six mois est classée de faible à très faible. En effet, dans les études sur lesquelles porte cette revue, il a été rapporté que de nombreux nourrissons étant censés être alimentés au gobelet ont été alimentés par d'autres moyens car les parents ou les infirmières n'aimaient pas l'alimentation au gobelet.

Conclusions des auteurs: 

Étant donné que la majorité des nourrissons dans les études incluses ont été des nouveau-nés prématurés, aucune recommandation ne peut être émise concernant l'alimentation au gobelet chez les nourrissons nés à terme, en raison du manque de preuves dans cette population.

D'après les études chez les nouveau-nés prématurés, l'alimentation au gobelet pourrait avoir certains effets bénéfiques pour les nourrissons peu prématurés et sur les taux d'allaitement jusqu'à l'âge de six mois. L'auto-évaluation concernant l'état de l'allaitement ainsi que le respect des interventions d'alimentation supplémentaire peut mener à un rapport erroné sur l'exclusivité et le respect des consignes, étant donné que les réponses dans les entretiens et questionnaires ont pu être influencées par les attentes sociales sur l'allaitement et pour éviter la déception des professionnels de santé.

Les résultats concernant la durée du séjour à l'hôpital sont mitigés. D'une part, une étude portant sur des nouveau-nés prématurés ayant un âge gestationnel inférieur a rapporté que ceux alimentés par gobelet passaient environ 10 jours de plus à l'hôpital. D'autre part, une autre étude portant sur des nouveau-nés prématurés ayant un âge gestationnel plus élevé et n'ayant pas commencé l'alimentation au gobelet avant leurs 35 semaines de gestation n'a pas rapporté une plus longue durée d'hospitalisation, avec les deux groupes hospitalisés en moyenne pendant 26 jours. Ce résultat peut avoir été influencé par l'âge gestationnel à la naissance et par l'âge gestationnel au début de l'alimentation au gobelet, et la fréquence de visites des mères ; (un grand nombre de mères de ces nourrissons peu prématurés habitaient la même région où se situait l'hôpital et pouvaient visiter leurs enfants au moins deux fois par semaine).

Le respect des consignes concernant l'intervention de l'alimentation au gobelet reste un problème. Les deux plus grandes études ont toutes deux rapporté le non-respect, avec une étude analysant des données en intention de traiter et l'autre en excluant ces nourrissons de l'analyse. Cela peut avoir influencé les résultats de l'essai. La question sur le non-respect doit être prise en compte avant d'effectuer d'autres essais contrôlés randomisés à grande échelle, car cela a une influence sur la puissance statistique de l'étude et, par conséquent, les résultats. En plus, des études à plus grande échelle ayant une meilleure évaluation (spécifiquement en aveugle) des critères de jugement avec un suivi de 100 % sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le lait maternel fournit une nutrition optimale pour les nourrissons prématurés et nés à terme, et la manière la plus efficace pour les nourrissons de recevoir du lait maternel est à travers l'allaitement au sein. Malheureusement, cela pourrait ne pas toujours être possible pour des raisons médicales ou physiologiques, telles que le fait de naître malades ou prématurés et, par conséquent, nécessitant une alimentation supplémentaire. Actuellement, il existe différents moyens par lesquels les nouveau-nés peuvent recevoir une alimentation supplémentaire. Traditionnellement, dans les unités de nouveau-nés et de maternité, des biberons et des sondes nasogastriques ont été utilisés à cette fin. Cependant, ces derniers temps, l'alimentation au gobelet est de plus en plus utilisée comme un moyen d'alimentation supplémentaire pour tenter d'améliorer les taux d'allaitement. Néanmoins, il n'y a pas une cohérence qui puisse guider le choix de la méthode adéquate.

Objectifs: 

Déterminer les effets de l'alimentation au gobelet par rapport à d'autres formes d'alimentation entérale supplémentaire sur la prise de poids et la réussite de l'allaitement maternel chez les nourrissons nés à terme et prématurés qui ne sont pas en mesure de téter correctement au sein.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons utilisé la stratégie de recherche normalisée du groupe de revue Cochrane sur la néonatologie pour consulter le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL 2016, numéro 1), MEDLINE via PubMed (de 1966 au 31 janvier 2016), Embase (de 1980 au 31 janvier 2016) et CINAHL (de 1982 au 31 janvier 2016). Nous avons également effectué des recherches dans les bases de données d'essais cliniques, des actes de conférence et les références bibliographiques des articles trouvés portant sur les essais contrôlés randomisés et les essais quasi-randomisés.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés comparant l'alimentation au gobelet à d'autres forme d'alimentation entérale supplémentaire chez les nourrissons nés à terme ou prématurés.

Recueil et analyse des données: 

La collecte et l'analyse des données ont été effectuées selon les méthodes du groupe de revue Cochrane sur la néonatologie. Nous avons utilisé l'approche GRADE pour évaluer la qualité des preuves.

Les auteurs de la revue ont effectué de manière indépendante l'évaluation de la qualité et l'extraction des données pour les essais inclus. Les résultats rapportés dans ces études ont compris : la prise de poids ; la proportion sans allaitement au sein à la sortie de l'hôpital ; la proportion sans allaitement à l'âge de trois mois ; la proportion sans allaitement à l'âge de six mois ; la proportion sans allaitement exclusif à la sortie de l'hôpital ; la proportion sans allaitement exclusif à l'âge de trois mois ; la proportion sans allaitement exclusif à l'âge de six mois ; temps moyen par session d'alimentation (en minutes) ; la durée du séjour à l'hôpital ; ainsi que les événements physiologiques d'instabilité comme la bradycardie et l'apnée, la saturation faible en oxygène. Pour les variables continues, telles que la prise de poids, la différence moyenne et les intervalles de confiance à 95 % (IC) ont été rapportés. Des critères de jugement catégoriels, tels que la mortalité, les risques relatifs (RR) et les IC à 95 % ont été rapportés.

Résultats principaux: 

Dans les cinq études incluses dans cette revue, l'intervention expérimentale était l'alimentation au gobelet et l'intervention de contrôle était l'alimentation au biberon. Une étude a rapporté une prise de poids en g/kg/jour et aucune différence statistiquement significative n'a été rapportée entre les deux groupes (DM −0,60, IC à 95 % −3,21 à 2,01). Une deuxième étude a rapporté une prise de poids dans les sept premiers jours en grammes / jour et n'également montré aucune différence statistiquement significative entre les deux groupes (DM −0,10, IC à 95 % −0,36 à 0,16). Il y a eu une variation significative dans les résultats pour la majorité des critères de jugement de l'allaitement, sauf pour l'absence d'allaitement à trois mois (trois études) (RR typique de 0,83, IC à 95 % 0,71 à 0,97), ce qui a été en faveur de l'alimentation au gobelet. Lorsqu'il y avait une hétérogénéité modérée, une méta-analyse était réalisée : absence d'allaitement au bout de six mois (deux études) (RR typique de 0,83, IC à 95 % 0,72 à 0,95) ; absence d'allaitement exclusif à la sortie de l'hôpital (quatre études) (RR typique de 0,61, IC à 95 % 0,52 à 0,71).

Deux études ont rapporté le temps moyen pris pour l'alimentation. Cela n'a montré aucune différence entre les deux groupes. Deux études ont évalué la durée du séjour à l'hôpital et une variation considérable a été observée dans les résultats et dans le sens de l'effet. Une seule étude a rapporté l'âge gestationnel à la sortie de l'hôpital, ce qui n'a montré aucune différence entre les deux groupes (DM −0,10, IC à 95 % −0,54 à 0,34).

Notes de traduction: 

Post-édition : Margarita López Mendez (M2 ILTS, Université Paris Diderot)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.