Anesthésie locale paracervicale pour dilatation du col utérin et interventions utérines

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Un bloc paracervical implique l'injection d'un anesthésique local autour du col de l'utérus pour insensibiliser les nerfs voisins. La dilatation du col de l'utérus et les interventions utérines (telles que les hystéroscopies, les biopsies de l'endomètre, le curetage fractionné et les avortements par aspiration) peuvent être effectuées sans aucune analgésie ni anesthésie, au moyen d'injections d'anesthésiques loco-régionaux comme dans le cas d'un bloc paracervical, au moyen d'analgésiques et de sédatifs par voie orale ou intraveineuse, ou sous anesthésie générale. De nombreux gynécologues utilisent le bloc paracervical pour une intervention utérine, mais il reste à établir dans quelle mesure cette méthode est efficace et sans danger. Nous avons inclus 17 études portant sur 1855 femmes subissant des interventions utérines qui ont été affectées de manière aléatoire à un bloc paracervical ou à une autre possibilité. Nous avons constaté une diminution de la douleur chez les femmes ayant eu une intervention utérine avec un bloc paracervical comparativement à une injection de placebo (solution saline ou eau). Cependant, dans la plupart des études, cette diminution est faible. Nous n'avons trouvé aucun élément de preuve attestant qu'un bloc paracervical réduit la douleur résiduelle après l'intervention. Quatre études qui comparent un bloc paracervical à l'absence de traitement (sans même une injection de placebo) n'ont trouvé aucune différence au plan du niveau de douleur ressenti par les femmes dans des cas d'hystéroscopies, d'expulsion des produits de conception retenus et d'avortements par aspiration. Nous n'avons pas trouvé suffisamment de preuves pour déterminer des différences au plan de la douleur ressentie par les femmes ayant un bloc paracervical comparativement à d'autres méthodes d'anesthésie loco-régionale, ou à l'utilisation d'analgésiques et de sédatifs systémiques. Les informations concernant les effets secondaires importants étaient insuffisantes pour déterminer s'ils sont plus fréquents avec un bloc paracervical qu'avec d'autres méthodes d'analgésie.

Conclusions des auteurs: 

Dans les 17 études incluses, aucune technique n'a permis d'obtenir un soulagement fiable de la douleur. Certaines études ont rapporté que les femmes avaient ressenti de vives douleurs (scores moyens de 7 à 9 sur 10) lors de l'intervention sur l'utérus, quelle que soit la technique analgésique utilisée. Nous avons conclu que les données disponibles ne parviennent pas à établir si le bloc paracervical est inférieur, équivalent ou supérieur aux techniques analgésiques alternatives, en termes d'efficacité et d'innocuité, pour les femmes qui subissent des interventions utérines.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La dilatation du col de l'utérus et l'intervention utérine peuvent être réalisées sous sédation, sous anesthésie locale ou générale pour des indications obstétriques et gynécologiques. De nombreux gynécologues utilisent une anesthésie locale paracervicale (PLA), mais son efficacité reste indéterminée.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité et l'innocuité de l'anesthésie paracervicale pour la dilatation du col de l'utérus et une intervention utérine par rapport à l'absence de traitement, l'utilisation d'un placebo, d'autres méthodes d'anesthésie loco-régionale, une sédation et une analgésie systémique ou une anesthésie générale (AG).

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2006, Numéro 1), MEDLINE (de 1966 à janvier 2006), EMBASE (de 1980 à janvier 2006) et dans les bibliographies des articles.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les études cliniques contrôlées ou randomisées portant sur la dilatation du col de l'utérus et intervention utérine pour des indications obstétricales et gynécologiques.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont, de manière indépendante, évalué les études, extrait les données, vérifié puis saisi les données dans Review Manager.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 17 études portant sur 1855 participantes. Aucune étude d'anesthésie locale paracervicale (PLA) versus anesthésie générale (AG) n'a satisfait à nos critères ; huit études comparaient l'anesthésie locale paracervicale (PLA) à un placebo. L'injection d'un anesthésique local a été légèrement moins douloureuse que l'injection d'une solution saline placebo, soit une réduction de 0,87 point (IC à 95 % : 0,14 à 1,60) sur une échelle de la douleur de 10 points. Comparativement au placebo, l'anesthésie locale paracervicale (PLA) a réduit la douleur abdominale pendant l'intervention utérine dans une mesure équivalente à deux ou trois points sur une échelle de la douleur de 10 points et a réduit le risque de douleurs sévères (RR = 0,16 ; IC à 95 % : 0,06 à 0,74). Il n'a été observé aucune preuve de ce que l'anesthésie locale paracervicale (PLA) réduit la douleur après l'intervention utérine et très peu de preuves d'un quelconque effet sur les douleurs dorsales ou à l'épaule post-opératoires. La réduction de la douleur par l'anesthésie locale paracervicale (PLA) n'a pas été confirmée dans quatre études qui comparent l'anesthésie locale paracervicale (PLA) avec l'absence de traitement. Trois études ont comparé l'anesthésie locale paracervicale (PLA) avec le bloc utéro-sacré ; le bloc intra-cervical et l'anesthésie topique intra-utérine. Deux de ces études n'ont montré aucune différence significative en termes de douleur pendant l'intervention. Par rapport à l'instillation intra-utérine, l'anesthésie locale paracervicale (PLA) a légèrement réduit la douleur sévère (de 8,3 à 7,6, sur une échelle de la douleur de 10 points), ce qui peut être négligeable. Cet effet bénéfique semble être plus important pour les femmes qui requièrent une dilatation du col. Deux études ont comparé l'anesthésie locale paracervicale (PLA) avec la sédation. Il n'a été observé aucune différence statistiquement significative au plan de la douleur pendant ou après l'intervention, des besoins en analgésiques postopératoires, des effets indésirables, de la satisfaction des patientes et la perception de l'analgésie par l'opérateur.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.