L'aripiprazole seul ou en combinaison avec d'autres médicaments dans le traitement de la manie aiguë du trouble bipolaire

Le trouble bipolaire est un trouble mental qui est défini comme des périodes d’élévation de l'humeur (manie ou hypomanie dans sa forme moins sévère) et des périodes d'humeur maussade (dépression).

Les médicaments sont le principal traitement de la manie, avec comme première intention de réduire l'agitation, l'agressivité et le comportement dangereux.

Un traitement antipsychotique et d'autres médicaments antimaniaques sont inclus dans les recommandations pour le traitement de la manie. Cette revue porte sur l'antipsychotique, l'aripiprazole et évalue son efficacité dans le traitement de la manie. Les effets secondaires de l'aripiprazole ont également été examinés, de même que l’acceptabilité de l'aripiprazole chez les patients.

Dix études ont été incluses (3 340 participants). La plupart des études comparaient l'aripiprazole par rapport à un placebo, mais certains chercheurs ont comparé l'aripiprazole par rapport à l'halopéridol (deux études) et par rapport à du lithium (une étude). Deux études examinaient l'effet de l'ajout de l'aripiprazole à un autre traitement (le valproate ou le lithium) et comparaient cette combinaison par rapport au placebo combiné avec ces autres traitements. Nous avons évalué le risque de biais global dans les dix études comme étant incertain.

Le critère principal était le changement moyen sur l'échelle d’évaluation de la manie de Young du début à la fin de l'essai; cet outil est utilisé par les cliniciens pour évaluer la gravité de la manie. Après trois semaines de traitement, l'aripiprazole était plus efficace que le placebo pour réduire la gravité de la manie lorsqu' il était utilisé seul ou combiné à d'autres stabilisateurs d'humeur. L'effet était modeste. Cependant, l'aripiprazole a causé plus d’agitation intérieure (l'acathésie), de nausées et de constipation que le placebo. L'aripiprazole était aussi efficace pour réduire les symptômes de la manie par rapport à d'autres traitements médicamenteux (l’halopéridol et le lithium). L'aripiprazole a entraîné moins de troubles du mouvement et moins de prolactine élevée (une hormone sécrétée par le l’hypophyse) que l'halopéridol. Les patients sous aripiprazole étaient plus susceptibles de continuer le traitement que ceux prenant de l'halopéridol, mais n'étaient ni plus ni moins enclins que ceux prenant un placebo ou du lithium. La principale raison de la différence dans les sorties d'étude entre les groupes à l'aripiprazole et ceux à l'halopéridol était les effets indésirables associés à l'halopéridol.

En résumé, l'aripiprazole est un traitement efficace pour la manie par rapport à un placebo. Ce résultat est basé sur des études ayant inclus des populations mixtes (c'est-à-dire des enfants, adolescents et adultes). Pour la population adulte, des études ont comparé directement l'aripiprazole par rapport à l'halopéridol, au lithium et au placebo, mais les preuves obtenues pour le traitement chez l'enfant et chez l'adolescent sont uniquement issues d'études contrôlées par placebo. Étant donné le manque de preuves obtenues en comparant l'aripiprazole à d'autres médicaments, son rôle exact dans le traitement n'est pas clair. D'autres études portant sur des populations plus ciblées sont nécessaires pour déterminer si ce traitement est tout aussi efficace pour les différents groupes d'âge.

Conclusions des auteurs: 

L'aripiprazole est un traitement efficace pour la manie chez une population qui inclut les adultes, les enfants et les adolescents, bien que son usage conduise à des troubles gastro-intestinaux et des troubles du mouvement. Les essais comparatifs avec des médicaments autres que l'halopéridol et le lithium sont peu nombreux, de sorte que la fonction précise de l'aripiprazole dans le traitement reste incertaine.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le trouble bipolaire est un trouble mental qui est défini comme des périodes d’élévation de l'humeur (manie, ou hypomanie dans sa forme moins sévère) et des périodes d'humeur maussade (épisodes dépressifs). Le traitement médicamenteux est le traitement de première ligne pour la manie aiguë avec pour but de contrôler rapidement l'agitation, l'agressivité et le comportement dangereux. L'aripiprazole, un antipsychotique atypique, est utilisé dans le traitement de la manie en tant que monothérapie et comme combinaison à d'autres médicaments. Les directives de l’association britannique sur la psychopharmacologie ont rapportées que lors d’essais contrôlés par placebo pour la monothérapie, les antipsychotiques atypiques, y compris l'aripiprazole, se sont avérés efficaces pour le traitement de la manie aiguë ou d’épisodes mixtes.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et la tolérance de l'aripiprazole seul ou combiné à d'autres médicaments antimaniaques par rapport à un placebo et à d'autres traitements médicamenteux, pour atténuer les symptômes de la manie aiguë ou d’épisodes mixtes. D'autres objectifs comprennent l'évaluation de l'acceptabilité du traitement avec l'aripiprazole, en examinant les effets indésirables du traitement à l'aripiprazole et en déterminant les taux de mortalité globaux chez les patients sous traitement à l'aripiprazole.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le registre spécialisé du groupe Cochrane sur la dépression, l'anxiété et la névrose (études du CCDANCTR et références du CCDANCTR) a été consulté, toutes les années jusqu' au 31 juillet 2013. Ce registre contient des essais contrôlés randomisés pertinents issus de: la bibliothèque Cochrane (toutes les années), MEDLINE (de 1950 à aujourd'hui), EMBASE (de 1974 à aujourd'hui) et PsycINFO (de 1967 à aujourd'hui). Nous avons également effectué des recherches dans le registre des essais cliniques Bristol-Myers Squibb, le système d’enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et ClinicalTrials.gov (jusqu' en août 2013).

Critères de sélection: 

Essais randomisés comparant l'aripiprazole par rapport à un placebo ou à d'autres médicaments dans le traitement de la manie aiguë ou d’épisodes mixtes.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment extrait les données, y compris les données des rapports d'essais sur les effets indésirables et évalué le biais. Le fabricant de ce médicament ou les auteurs des essais ont été contactés pour obtenir des données manquantes.

Résultats principaux: 

Dix études (3 340 participants) ont été inclues dans la revue. Sept études comparaient l'aripiprazole en monothérapie par rapport au placebo (2 239 participants); deux de ces études incluaient une troisième comparaison – une étude utilisait du lithium (485 participants) et l'autre utilisait l'halopéridol (480 participants). Deux études comparaient l'aripiprazole en tant que traitement complémentaire au valproate de sodium ou de lithium par rapport à un placebo en tant que traitement complémentaire (754 participants) et une étude comparait l'aripiprazole par rapport à l'halopéridol (347 participants). Le risque global de biais n'était pas clair. Un taux d'abandons élevés dans la plupart des essais (> 20% pour chaque intervention dans huit essais) pourrait avoir affecté les estimations de l'efficacité relative. Les preuves indiquent que l'aripiprazole était plus efficace que le placebo pour réduire les symptômes de la manie chez les adultes et enfants/adolescents à trois et quatre semaines, mais pas au bout de six semaines (échelle d’évaluation de la manie de Young (YMRS - Young Mania Rating Scale); différence moyenne (DM) à trois semaines (effets aléatoires) -3,66, intervalle de confiance à 95% (IC) de -5,82 à -2,05; six études, N =1819, preuves de qualité modérée) - une différence modeste. L'aripiprazole était comparée à d'autres traitements médicamenteux dans trois études chez les adultes – le lithium était utilisé dans une étude et l'halopéridol dans deux études. Aucune différence statistiquement significative entre l'aripiprazole et les autres traitements médicamenteux dans la réduction des symptômes de la manie n’a été observée à trois semaines (DM de YMRS à trois semaines (effets aléatoires) 0,07, IC à 95% -1,24 à 1,37; trois études; N =972, preuves de qualité modérée) ou à toute autre période allant jusqu'à la semaine 12 inclue. Par rapport au placebo, l'aripiprazole a causé plus de troubles du mouvement, tels que mesurés sur l'échelle Simpson-Angus (SAS - Simpson Angus Scale), sur l’échelle d’acathisie de Barnes (BAS - Barnes Akathisia Scale) et par les participants rapportant l'acathisie (preuves de haute qualité), avec davantage de patients nécessitant un traitement par médicaments anticholinergiques (risque relatif (effets aléatoires) 3,28, IC à 95% de 1,82 à 5,91; deux études; N =730, preuves de haute qualité). L'aripiprazole a aussi engendré des troubles gastro-intestinaux (nausées (preuves de haute qualité) et constipation) et a entraîné davantage d'enfants/adolescents à avoir un niveau de prolactine plus faible que la limite normale. Une hétérogénéité significative était observée dans la méta-analyse des troubles du mouvement associés à l'aripiprazole et à d'autres traitements et était plus probable en raison des différents profils d'effets secondaires du lithium et de l'halopéridol. À trois semaines, la méta-analyse n'a pas été possible en raison du manque de données; cependant, à 12 semaines, l'halopéridol a entraîné significativement plus de troubles du mouvement que l'aripiprazole, tels que mesurés sur l'échelle Simpson-Angus, sur l’échelle d’acathisie de Barnes, sur l’échelle des mouvements involontaires anormaux (AIMS - Abnormal Involuntary Movement Scale) et par les participants rapportant l'acathisie. À 12 semaines, les investigateurs ne rapportaient aucune différence entre l'aripiprazole et le lithium (SAS, BAS, AIMS), sauf en termes d’acathisie rapportée par les participants (RR 2,97, IC à 95% 1,37 à 6,43; une étude; N =313).

Notes de traduction: 
Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.