Créatine pour le traitement des troubles musculaires

Les maladies musculaires héréditaires généralement conduisent à une faiblesse musculaire progressive. Le traitement est principalement symptomatique car les thérapies curatives font défaut. La créatine, un supplément nutritionnel populaire chez les athlètes, améliore les performances musculaires des individus en bonne santé. Ceci est une mise à jour de notre revue évaluant l'administration de créatine dans les troubles musculaires qui a été publiée pour la première fois en 2007. Avec cette mise à jour, nous n'avons identifié aucune nouvelle étude, mais nous avions précédemment trouvé 14 essais contrôlés randomisés portant sur 364 participants qui répondaient à nos critères définis de sélection. La qualité méthodologique de ces études était élevée, avec une seule exception. L'analyse des résultats combinés ont montré une augmentation significative de la force musculaire dans les dystrophies musculaires et une amélioration des activités quotidiennes dans les dystrophies musculaires et les myopathies inflammatoires au cours de l'administration de créatine par rapport à un placebo. Des événements indésirables significatifs se produisaient uniquement chez les patients atteints de glycogénose type V de Cori sous la forme d'une augmentation des épisodes de douleur musculaire et de troubles dans les activités de la vie quotidienne.

Conclusions des auteurs: 

Des preuves de haute qualité issues d'ECR montrent que le traitement par la créatine à court et moyen termes augmente la force musculaire dans les dystrophies musculaires. Il existe également des preuves indiquant que la créatine améliore les performances fonctionnelles dans la dystrophie musculaire et la myopathie inflammatoire idiopathique. La créatine est bien tolérée chez ces personnes. Des preuves de Haute qualité mais limitées issues d'ECR ne montrent pas d'amélioration significative de la force musculaire dans les myopathies métaboliques. Le traitement par la créatine à haute dose causait une altération des activités de la vie quotidienne et une augmentation de la douleur musculaire dans la maladie de Mc Ardle.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Une faiblesse musculaire progressive est l'un des principaux symptômes de la plupart des maladies musculaires héréditaires et acquises. La créatine améliore les performances musculaires des individus en bonne santé. Ceci est une mise à jour de notre revue Cochrane de 2007, qui évaluait l'administration de créatine dans les troubles musculaires. Les précédentes mises à jour datent de 2009 et 2011.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité de la créatine par rapport à un placebo pour le traitement de la faiblesse musculaire dans les maladies musculaires.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le 11 septembre 2012, nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les affections neuromusculaires, CENTRAL (2012, numéro 9 dans La Bibliothèque Cochrane ), MEDLINE (de janvier 1966 à septembre 2012) et EMBASE (de janvier 1980 à septembre 2012) pour les essais contrôlés randomisés (ECR) de la créatine utilisée pour traiter les maladies musculaires.

Critères de sélection: 

Les ECR ou quasi-ECR portant sur l'administration de créatine par rapport à un placebo dans les maladies musculaires héréditaires ou les myopathies inflammatoires idiopathiques.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont appliqué les critères de sélection, évalué la qualité des essais et extrait les données de manière indépendante. Nous avons obtenu les données manquantes auprès des investigateurs.

Résultats principaux: 

Un total de 14 essais portant sur 364 participants randomisés remplissaient les critères de sélection. Le risque de biais était faible dans la plupart des études. Un seul essai présentait un risque élevé de biais de sélection, de performance et de détection. Aucune nouvelle étude n'a été identifiée dans cette mise à jour.

La méta-analyse de six essais dans les dystrophies musculaires chez 192 participants révélait une augmentation significative de la force musculaire dans le groupe de la créatine par rapport à un placebo, avec une différence moyenne de 8,47 % ; (intervalles de confiance (IC) à 95%, entre 3,55 et 13,38). Les données regroupées de quatre essais portant sur 115 participants montraient qu'un nombre significativement supérieur de participants se sentaient mieux pendant le traitement à la créatine par rapport à un placebo, avec un risque relatif de 4,51 (IC à 95%, entre 2,33 et 8,74). Un essai portant sur 37 participants atteints de myopathies inflammatoires idiopathiques rapportait également une amélioration significative dans les performances fonctionnelles. Aucun essai ne rapportait d'événement indésirable cliniquement important.

Dans les myopathies métaboliques, les méta-analyses de trois essais croisés portant sur 33 participants n'a révélé aucune différence significative en termes de force musculaire. Un essai rapportait une détérioration significative des activités de la vie quotidienne (différence moyenne 0,54 sur une échelle de 1 à 10 ; IC à 95 % 0,14 à 0,93) et une augmentation des douleurs musculaires pendant le traitement par la créatine à haute dose dans la maladie de Mc Ardle.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.