Médicaments inhibant les canaux calciques pour le traitement de la maladie de Duchenne de Boulogne

La maladie de Duchenne de Boulogne est une atrophie musculaire progressive qui se déclare pendant la petite enfance, exige l'utilisation d'un fauteuil roulant avant l'âge de 13 ans et entraîne une insuffisance respiratoire avant la fin de l'adolescence. Cette maladie est due à une absence de dystrophine, une protéine des grands muscles qui joue différents rôles dans les cellules musculaires. On sait que des molécules de calcium s'accumulent dans les cellules musculaires des patients atteints de maladie de Duchenne de Boulogne, et que cette accumulation a un rôle à jouer dans la mort cellulaire. L'objectif de cette revue était d'évaluer les preuves issues d'essais contrôlés randomisés concernant l'utilisation de médicaments inhibant l'entrée du calcium dans le muscle pour freiner la progression de la maladie. Bien que ces essais aient été réalisés il y a plus de dix ans, aucune revue systématique n'avait été effectuée à l'époque, et les effets potentiels des inhibiteurs calciques sur l'évolution de la MDB pourraient ne pas avoir été identifiés. Si ces effets étaient avérés, les inhibiteurs calciques pourraient constituer un traitement efficace à lui seul ou, plus probablement, pourraient être combinés à des traitements plus récents tels que les corticostéroïdes, ou des traitements potentiels tels que les thérapies géniques.

Il s’agit d’une revue mise à jour. Huit études avaient été identifiées dans la revue initiale, et cinq présentaient une qualité suffisante pour être incluses. Aucun autre essai n'a été identifié dans cette mise à jour, et la revue inclut donc toujours cinq essais. Ces études portaient sur différents types d'inhibiteurs calciques et mesuraient différents critères de jugement, tels que la force musculaire, les échelles de la fonction musculaire, les changements biochimiques des muscles et les résultats de l'électrocardiogramme. Une seule étude rapportait un effet bénéfique, à savoir une augmentation de la force musculaire, mais le médicament utilisé était également associé à des effets secondaires cardiaques. Les effets indésirables rapportés étaient principalement les effets traditionnellement associés aux inhibiteurs calciques.
Les résultats de cette revue étaient limités par l'impossibilité d'effectuer une méta-analyse en raison de la variabilité des inhibiteurs calciques utilisés et des critères de jugement évalués, et de l'effectif réduit dans tous les essais sauf un. En conclusion, cette revue n'a identifié aucun effet bénéfique associé aux inhibiteurs calciques.

Conclusions des auteurs: 

Aucune preuve ne permet d'affirmer que les inhibiteurs calciques ont des effets bénéfiques significatifs sur la fonction musculaire dans la MDB.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La maladie de Duchenne de Boulogne (MDB) est un trouble musculaire évolutif qui se déclare dans l'enfance, entraîne une incapacité grave et réduit l'espérance de vie des patients. Elle est due à une carence sévère en dystrophine, une protéine qui joue un rôle structurel et de signalisation au sein des fibres musculaires squelettiques et cardiaques. L'accumulation de calcium dans les cellules musculaires dystrophiques joue un rôle dans la destruction des cellules. Il a été suggéré que l'utilisation d'inhibiteurs calciques pourrait réduire cette charge calcique et ses effets toxiques sur les cellules musculaires. Il s'agit ici d'une mise à jour de la revue, dans laquelle aucun essai supplémentaire n'a été identifié.

Objectifs: 

Évaluer les effets des inhibiteurs calciques sur la fonction et la force musculaires chez les patients atteints de MDB.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre des essais du groupe Cochrane sur les affections neuromusculaires (juillet 2010), MEDLINE (de janvier 1950 à juillet 2010) et EMBASE (de janvier 1947 à juillet 2010). Nous avons également examiné les références bibliographiques de tous les rapports d'essai.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés portant sur n'importe quel inhibiteur calcique chez des patients atteints de MDB.

Recueil et analyse des données: 

Les deux auteurs ont évalué tous les essais identifiés en vue de leur inclusion sur la base des critères de sélection. Les deux auteurs ont extrait les données des essais et évalué la qualité méthodologique. Une méta-analyse aurait été effectuée si plusieurs essais de qualité méthodologique appropriée avaient examiné la même intervention et le même critère de jugement.

Résultats principaux: 

Cinq essais randomisés ou quasi-randomisés en double aveugle remplissaient les critères de sélection mais n'étaient pas suffisamment comparables pour entreprendre une méta-analyse. Les médicaments étudiés étaient le vérapamil (8 participants), le diltiazem (56 participants), la nifédipine (105 participants) et la flunarizine (27 participants). La description de l'assignation en aveugle et de la randomisation et la définition des mesures de résultats présentaient des limitations. Un essai portant sur du vérapamil rapportait une différence entre les groupes en termes de force musculaire mesurée par ergométrie, mais révélait également des effets secondaires cardiaques. Le nombre de patients inclus dans les essais était limité, et il se pourrait que les études ne présentent pas la puissance statistique nécessaire pour détecter de petites différences en termes de force ou de fonction musculaire par rapport aux groupes sous placebo et aux groupes témoins. En outre, le développement des inhibiteurs calciques en était à ses débuts, et certains médicaments de deuxième génération présentant un meilleur profil d'effets secondaires, tels que l'amlodipine, n'ont pas été étudiés.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.