Antibioprophylaxie pour l'accouchement par voie basse avec extraction instrumentale

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Contexte
L'utilisation d'une ventouse obstétricale ou de forceps lors des naissances par voie basse augmenterait le nombre d'infections du postpartum et les réadmissions maternelles par rapport aux naissances par voie basse spontanées. Les indications les plus fréquentes pour l'accouchement vaginal avec extraction instrumentale sont la prolongation de la deuxième phase du travail, la suspicion d'une souffrance fœtale immédiate ou potentielle et le raccourcissement de la seconde phase du travail pour le bénéfice de la mère.

Des antibiotiques peuvent être administrés de façon préventive pour éviter ou réduire le risque de telles infections. Cependant, il y a encore quelques doutes sur le bénéfice de l'antibioprophylaxie pour réduire les infections du post-partum après un accouchement par voie basse avec extraction instrumentale.

Objectifs
Nous voulions évaluer l'efficacité et la sécurité de l'antibioprophylaxie dans la réduction des infections chez les femmes subissant une extraction instrumentale notamment par ventouse ou forceps.

Principaux résultats
Cette revue n'a trouvé qu'un seul essai randomisé portant sur 393 femmes ayant subi un accouchement avec ventouse ou forceps. Cet essai n'a renseigné que deux des neuf critères de jugement spécifiés pour cette revue. L'essai a signalé que sept femmes étaient atteintes d'endométriose dans le groupe n'ayant reçu aucun antibiotique et aucune dans le groupe de l'antibioprophylaxie. L'antibioprophylaxie n'a eu aucun effet sur la durée du séjour de la mère à l'hôpital entre les deux groupes. La qualité des preuves était faible pour les deux critères de jugement.

Conclusions des auteurs: 

Les données étaient trop peu nombreuses pour permettre d'établir des recommandations pour la pratique. Des recherches complémentaires sur l'antibioprophylaxie pour l'accouchement par voie basse avec extraction instrumentale sont nécessaires pour déterminer si l'antibioprophylaxie permet de réduire la morbidité du postpartum.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'utilisation d'une ventouse obstétricale ou de forceps lors des accouchements par voie basse augmenterait le nombre d'infections du postpartum et des réadmissions maternelles par rapport aux accouchements par voie basse spontanés. L'antibioprophylaxie pourrait être prescrite pour éviter ces infections. Cependant, le bénéfice de l'antibioprophylaxie pour les accouchements avec extraction instrumentale est encore incertain.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité de l'antibioprophylaxie dans la réduction de la morbidité puerpérale infectieuse chez les femmes accouchant par voie basse avec utilisation de ventouses obstétricales et/ou forceps.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et l'accouchement (31 août 2014).

Critères de sélection: 

Tous les essais randomisés comparant un traitement antibioprophylactique quel qu'il soit par rapport à un placebo ou à l'absence de traitement, chez les femmes accouchant avec ventouse obstétricale ou forceps, étaient éligibles. Les participantes étaient toutes des femmes sans infection avérée ou autre condition nécessitant des antibiotiques, de tous âges gestationnels, accouchant avec ventouse obstétricale ou forceps, quelle qu'en soit l'indication. Les interventions consistaient en une antibioprophylaxie quelle qu'elle soit (tous les dosages, les modes d'administration, le moment au cours de l'accouchement ou des suites de couche) par rapport à l'utilisation d'un placebo ou à l'absence de traitement.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont évalué l'éligibilité et la qualité méthodologique des essais. Deux auteurs de la revue ont extrait les données de façon indépendante au moyen d'un formulaire d'extraction de données préétabli. Les divergences ont été résolues par la discussion et le consensus atteint par la discussion avec tous les auteurs de la revue. Pour cette mise à jour, nous avons évalué la qualité méthodologique de l'essai inclus en utilisant les critères Cochrane standards et l'approche GRADE. Nous avons calculé le risque relatif (RR) et la différence moyenne (DM) en utilisant un modèle à effets fixes et tous les auteurs de la revue ont interprété et discuté les résultats.

Résultats principaux: 

Un essai portant sur 393 femmes ayant accouché avec ventouse obstétricale ou forceps a été inclus. Cet essai n'a renseigné que deux des neuf critères de jugement spécifiés dans cette revue. Sept femmes souffrant d'endomyométrite ont été signalées dans le groupe n'ayant pas reçu d'antibiotique et aucune dans le groupe ayant reçu l'antibioprophylaxie. Cette différence n'atteignait pas un niveau statistiquement significatif, mais la réduction du risque s'élevait à 93 % (risque relatif 0,07 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,00 à 1,21). Il n'y avait aucune différence dans la durée d'hospitalisation entre les deux groupes (différence moyenne 0,09 jours ; IC à 95 % -0,23 à 0,41). Globalement, le risque de biais a été jugé faible. La qualité des preuves, en utilisant l'approche GRADE, était faible pour l'endométrite et la durée de séjour de la mère.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.