Effets des appareils buccaux sur la somnolence, la qualité de vie et les marqueurs de l'interruption du sommeil chez les patients atteints d'apnée/hypopnée obstructive du sommeil (AHOS)

L'AHOS se caractérise par des épisodes récurrents d'obstruction partielle ou totale des voies respiratoires supérieures pendant le sommeil entraînant divers symptômes, parmi lesquels une somnolence diurne excessive. À l'heure actuelle, le traitement de premier choix est la PPC, qui maintient les voies respiratoires ouvertes pendant le sommeil. Certains patients ont cependant du mal à tolérer et à observer ce traitement à long terme. Les appareils buccaux (AB) sont aujourd'hui largement utilisés comme alternative à la PPC. Ils sont conçus pour maintenir l'ouverture des voies respiratoires supérieures en avançant la mâchoire inférieure ou en maintenant la bouche ouverte pendant le sommeil. Cette revue a constaté que les appareils buccaux ne devraient pas être considérés comme un traitement de premier choix dans l'AHOS, qui est associée à des symptômes et une interruption du sommeil sévères. Les recherches sont insuffisantes concernant les effets des AB par rapport à la PPC sur les symptômes et la qualité de vie. Malgré l'efficacité nettement supérieure de la PPC pour réduire les interruptions du sommeil, certains patients atteints d'AHOS préfèrent parfois les appareils buccaux, qui peuvent être plus tolérables et plus pratiques que la PPC. Une amélioration de la somnolence diurne et de la gravité de l'apnée/hypopnée était observée en comparant un AB actif à un AB inactif. Les AB peuvent être plus efficaces que la chirurgie correctrice des voies respiratoires supérieures. Les futures recherches devraient s'attacher à déterminer si les patients souffrant de symptômes plus sévères présentent une réponse similaire à celle des patients représentés dans les études incluses dans cette revue.

Conclusions des auteurs: 

De plus en plus de preuves suggèrent que les AB améliorent la somnolence subjective et les troubles de la respiration pendant le sommeil par rapport au contrôle. La PPC semble plus efficace que les AB pour améliorer les troubles de la respiration pendant le sommeil. La différence de réponse symptomatique entre ces deux traitements n'est pas significative, mais un effet favorable à l'un ou l'autre des traitements ne peut pas être exclu. En attendant des preuves plus solides de l'efficacité des AB par rapport à la PPC en termes de symptômes et de complications à long terme, il semble raisonnable de recommander les AB aux patients atteints d'AHOS symptomatique légère et à ceux qui ne tolèrent ou n'acceptent pas la PPC. Les futures recherches devraient recruter des patients présentant des symptômes de somnolence plus sévères afin de déterminer si la réponse au traitement diffère entre les sous-groupes en termes de qualité de vie, de symptômes et d'observance du traitement. Des données relatives à la santé cardio-vasculaire à long terme sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'apnée-hypopnée obstructive du sommeil (AHOS) est un syndrome qui se caractérise par des épisodes récurrents d'obstruction partielle ou totale des voies respiratoires supérieures pendant le sommeil, qui entraînent généralement le réveil du patient. La ventilation nasale en pression positive continue (PPC) constitue le principal traitement de l'AHOS, mais elle est mal tolérée ou acceptée par de nombreux patients. Les appareils buccaux (AB) constituent une alternative dans l'AHOS.

Objectifs: 

L'objectif était d'examiner les effets des AB dans le traitement de l'AHOS chez l'adulte.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les voies respiratoires. Les recherches étaient à jour en juin 2008. Les références bibliographiques des articles ont également été examinées.

Critères de sélection: 

Les essais randomisés comparant des AB à un contrôle ou à d'autres traitements chez des adultes atteints d'AHOS.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont extrait les données et évalué la qualité des essais de manière indépendante. Les auteurs des essais ont été contactés afin d'obtenir des informations manquantes.

Résultats principaux: 

Dix-sept études (831 participants) remplissaient les critères d'inclusion. Toutes les études présentaient des lacunes, notamment des effectifs réduits, des défauts de notification des méthodes et des données et une absence d'aveugle. AB versus appareils témoins (six études) : Les AB réduisaient la somnolence diurne dans deux essais croisés (score ESS de -1,81 ; IC à 95 %, entre -2,72 et -0,90) et amélioraient l'index d'apnées-hypopnées (IAH) (-10,78 événements/h ; IC à 95 %, entre -15,53 et -6,03, données de groupes parallèles - cinq études). AB versus PPC (dix études) : Aucune différence statistiquement significative n'était observée en termes de symptômes dans les études parallèles et croisées, mais les AB étaient moins efficaces que la PPC pour réduire l'index d'apnées-hypopnées dans ces études. La PPC était plus efficace que les AB pour améliorer la saturation minimum du sang artériel en oxygène pendant le sommeil. Dans deux petites études croisées, les participants préféraient les AB à la PPC. AB versus chirurgie correctrice des voies respiratoires supérieures (une étude) : Les symptômes de somnolence diurne étaient initialement inférieurs avec la chirurgie, mais cette différence disparaissait à 12 mois. Initialement, l'IAH ne présentait pas de différence significative, mais une amélioration en faveur des AB était observée à 12 mois.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.