À l'heure actuelle, les preuves sont insuffisantes pour recommander les approches communautaires dans la prévention des brûlures et échaudures.

Les interventions communautaires multi-stratégie sont largement recommandées pour réduire les taux de blessures. L'efficacité de cette approche est difficile à évaluer, et peu d'études de recherche de bonne qualité ont été réalisées. L'objectif de la présente revue était d'examiner les études évaluant l'efficacité des programmes communautaires spécifiquement conçus pour réduire les brûlures et échaudures chez l'enfant. Seules quatre études identifiées remplissaient les critères d'inclusion, et deux de ces études rapportaient une réduction des taux de brûlures et d'échaudures. D'autres études de recherche de haute qualité sont nécessaires dans ce domaine pour pouvoir recommander l'utilisation continue des approches communautaires.

Conclusions des auteurs: 

Les études de recherche disponibles sont insuffisantes pour tirer des conclusions concernant l'efficacité des programmes de prévention des blessures communautaires pour prévenir les brûlures et échaudures chez l'enfant. Des programmes d'intervention communautaire de haute qualité utilisant des mesures de prévention efficaces pour réduire les brûlures et les échaudures chez les enfants doivent être évalués dans les meilleurs délais.

Il est important de définir un cadre de travail permettant d'examiner le problème des brûlures et des échaudures chez l'enfant du point de vue de la prévention, et de combiner un ensemble d'interventions fondées sur des preuves pour créer des protocoles pouvant être mis en œuvre dans des communautés du monde entier.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les brûlures et échaudures sont une cause significative de morbidité et de mortalité chez l'enfant. Des mesures de prévention efficaces contre les brûlures et échaudures ont été identifiées. Néanmoins, aucune preuve n'étaye le déploiement réussi de ces mesures de prévention à l'échelle de la communauté. Il a été suggéré que les interventions communautaires sous forme de programmes utilisant des stratégies et composantes multiples entraînaient une réduction du taux de blessures chez l'ensemble de la population. Cette revue évalue cette hypothèse dans le cas des brûlures et échaudures chez l'enfant.

Objectifs: 

Évaluer les effets des interventions communautaires, définies comme des initiatives multi-stratégie coordonnées, sur la réduction des brûlures et échaudures chez les enfants âgés de jusqu'à 14 ans.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les blessures, CENTRAL, MEDLINE, EMBASE, CINAHL, PsycINFO, National Research Register et Web of Knowledge. Nous avons également effectué une recherche manuelle dans des revues médicales et examiné les références bibliographiques des publications sélectionnées. La dernière mise à jour de la recherche a été effectuée en mai 2007.

Critères de sélection: 

Les études incluses devaient documenter les changements des taux de brûlures et échaudures prises en charge médicalement chez une population pédiatrique (jusqu'à 14 ans) après la mise en œuvre d'une intervention communautaire contrôlée.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué l'éligibilité des études et extrait les données de manière indépendante. Compte tenu de l'hétérogénéité entre les études incluses, aucune analyse combinée n'a été effectuée.

Résultats principaux: 

Sur les 39 études identifiées, quatre remplissaient les critères d'inclusion. Deux des études incluses rapportaient une réduction significative des brûlures et échaudures pédiatriques dans les communautés expérimentales par rapport aux communautés témoins. L'absence de résultat positif dans les deux autres études pourrait être due à la durée limitée de l'intervention et/ou au déploiement inadéquat des mesures de prévention au sein de la communauté.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.