Couches jetables pour prévenir l'érythème dû aux couches chez les bébés et les nourrissons.

Le rôle des couches jetables pour prévenir l'érythème fessier chez les nourrissons n'a pas encore été clairement défini. Bien qu'il ne s'agisse pas en règle général d'une affection grave, l'érythème fessier est courant et entraîne une gène chez les bébés, une préoccupation pour les personnes qui s'en occupent et un fardeau pour le système de santé. De nombreuses couches sont disponibles. Les parents et les professionnels de santé doivent pouvoir se fonder sur des preuves pour choisir les couches à utiliser. Cette revue a déterminé qu'il n'existe pas suffisamment de preuves issues d'essais contrôlés randomisés de bonne qualité pour recommander ou non l'utilisation et le type de couches jetables à utiliser pour la prévention de l'érythème fessier chez les nourrissons. Des études plus complètes doivent être menées.

Conclusions des auteurs: 

Il n'existe pas suffisamment de preuves issues d'essais contrôlés randomisés de bonne qualité pour recommander ou non l'utilisation de couches jetables et un type de couches en particulier pour prévenir l'érythème fessier chez les nourrissons.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'érythème fessier est une affection commune qui survient chez des nourrissons par ailleurs en bonne santé. Il est à l'origine de gène chez les bébés, d'inquiétudes pour les parents et les fournisseurs de soins et contribue au fardeau du système de santé. De nombreuses couches, jetables ou réutilisables, sont disponibles. Des preuves sont nécessaires pour aider les parents et les professionnels de santé à prendre des décisions informées lorsqu'ils évaluent les avantages et les inconvénients de différentes couches.

Objectifs: 

Évaluer si les couches jetables préviennent l'érythème fessier chez les nourrissons.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre Cochrane spécialisé du groupe sur les troubles cutanés (jusqu'en juin 2003), le registre Cochrane central des essais contrôlés dans (la librairie Cochrane, numéro 3, 2004), MEDLINE (de 1966 à novembre 2004), EMBASE (de 1980 à février 2003) et CINAHL (de 1982 à novembre 2004). Nous avons également consulté les listes de références d'articles. Nous avons pris contact avec des investigateurs experts du domaine et avec des entreprises fabriquant des couches jetables pour accéder à des essais non publiés.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés dans lesquels des couches jetables étaient comparées à d'autres types de couches jetables ou à des couches réutilisables, chez des enfants jusqu'à l'âge de deux ans, pour prévenir l'érythème fessier.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont extrait des données indépendamment. Les deux mêmes auteurs ont évalué indépendamment la qualité méthodologique des essais. Nous avons tenté de prendre contact avec les auteurs des essais identifié pour obtenir des éclaircissements sur les méthodes et les résultats des essais publiés.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié 28 études sur les effets de différents types de couches sur l'érythème fessier. Dix-sept études issues de neuf rapports ont été incluses. Onze études ont été exclues attendu que la méthodologie n'était pas conforme aux critères d'inclusion de cette revue. En raison de la mauvaise consignation de la méthodologie et des résultats des études identifiées dans cette revue, des données quantitatives n'étaient pas disponibles pour réaliser une analyse (ou méta-analyse). Bien que les études incluses semblent être plus favorables aux couches jetables à base de cellulose qu'aux couches en tissu, plus favorables aux matériaux gélifiants et absorbants qu'aux couches à base de cellulose uniquement, plus favorables aux couches à revêtement extérieur respirable qu'aux couches à revêtement extérieur occlusif et plus favorables aux garnitures imprégnées de formulations qu'aux garnitures lisses, toutes ces études étaient susceptibles aux biais en raison des défauts de méthodologie.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.