Interventions prénatales pour une thrombopénie par allo-immunisation fœtomaternelle

La prise en charge optimale des femmes enceintes ayant déjà un enfant affecté par une thrombopénie par allo-immunisation fœtomaternelle n’a toujours pas été clairement établie.

Les différences entre les plaquettes de l'enfant à naître et de la mère, en raison d'un alloantigène plaquettaire fœtal hérité du père et non présent chez la mère, peuvent conduire à l'apparition d'anticorps chez la mère. Ces derniers attaquent les plaquettes du bébé et sont susceptibles d’entraîner des complications hémorragiques pour le bébé. On parle alors de thrombopénie par allo-immunisation fœtomaternelle, ce qui signifie une diminution du nombre de plaquettes dans le sang du bébé en raison de leur destruction par les anticorps de la mère. Le bébé présente un risque d’hémorragie cérébrale (hémorragie intracrânienne) avant ou peu après la naissance et peut mourir ou avoir des séquelles de longue durée. La thrombopénie par allo-immunisation fœtomaternelle se produit souvent lors de la première grossesse et n'est généralement diagnostiquée qu’après la naissance d'un bébé avec une faible numération plaquettaire. La prise en charge prénatale active pour prévenir une thrombopénie sévère est limitée aux femmes ayant déjà eu précédemment un enfant affecté.

Un prélèvement de sang fœtal dans la veine ombilicale permet de surveiller la numération plaquettaire fœtale mais comporte un risque de perte du fœtus. Les transfusions de plaquettes intra-utérines sont également associées à un risque de perte du fœtus et sont maintenant utilisées uniquement pour traiter les femmes qui ne répondent pas à un traitement médical. Les médicaments sont des immunoglobulines intraveineuses (IgIV) avec ou sans immunosuppression par corticoïdes. Les quatre petits essais (n = 206) ne fournissent pas suffisamment de preuves afin de déterminer le meilleur traitement pour la thrombopénie par allo-immunisation fœtomaternelle.

Conclusions des auteurs: 

La prise en charge optimale de la thrombopénie par allo-immunisation fœtomaternelle n’a toujours pas été clairement établie. Le manque d'ensembles de données complets pour les deux essais et les différences entre les interventions s'opposent à la synthèse des données provenant de ces essais, laquelle aurait pu permettre une analyse plus poussée des résultats des essais. D'autres essais seront nécessaires pour déterminer le traitement optimal (médicament spécifique, dose et schéma thérapeutique). De telles études devraient inclure un suivi à long terme de l’ensemble des enfants et des mères.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La thrombopénie par allo-immunisation fœtomaternelle provient de la formation chez la mère d'anticorps dirigés contre un alloantigène plaquettaire fœtal hérité du père. La thrombopénie fœtale (diminution du nombre de plaquettes) qui en résulte peut provoquer des hémorragies, en particulier dans le cerveau, avant ou peu après la naissance. Le traitement de la thrombopénie par allo-immunisation fœtomaternelle comprend l'administration à la mère d'immunoglobulines intraveineuses (IgIV) et/ou de corticoïdes pour prévenir une thrombopénie fœtale sévère. Les IgIV et les corticoïdes ont des effets secondaires à court terme et vraisemblablement à long terme. Par ailleurs, les IgIV sont onéreuses et des schémas optimaux doivent être identifiés.

Objectifs: 

Déterminer le traitement prénatal optimal de la thrombopénie par allo-immunisation fœtomaternelle pour prévenir les hémorragies fœtales et néonatales et la mort.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d’essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et l’accouchement (28 février 2011) et dans les bibliographies des publications et des articles de revue pertinents.

Critères de sélection: 

Études contrôlées randomisées comparant toute intervention avec l’absence de traitement, ou comparant deux interventions quelles qu’elles soient.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont évalué l'éligibilité et la qualité des essais et extrait les données de manière indépendante.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus quatre essais portant sur 206 personnes. Un essai portant sur 39 personnes a comparé un seul corticoïde (prednisone) versus IgIV seule. Dans cet essai, où des données analysables étaient disponibles, aucune différence statistiquement significative n’a été observée entre les groupes de traitement pour les critères prédéfinis. Trois essais portant sur 167 personnes ont comparé l’administration d'IgIV plus un corticoïde (prednisone dans deux essais et dexaméthasone dans un essai) par rapport aux IgIV seules. Dans ces essais, aucune différence statistiquement significative n’a été observée dans les résultats des différents groupes de traitement pour les critères prédéfinis (hémorragie intracrânienne; numération plaquettaire à la naissance et prématurité). Les données provenant de ces essais n’ont pu être regroupées en raison du manque d'ensembles de données complets et des différences importantes entre les interventions.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.