Interventions orthophoniques chez les enfants présentant un retard ou un trouble primaire du langage et de la parole

Le retard/trouble primaire du langage et de la parole est un problème de développement courant qui, en l'absence de traitement, peut entraîner des difficultés d'apprentissage et de socialisation pouvant se prolonger jusqu'à l'adolescence et au-delà. Cette revue examine l'efficacité des interventions orthophoniques chez les enfants présentant un retard/trouble primaire du langage et de la parole. Nous en concluons que certaines preuves pourraient être favorables à l'orthophonie chez les enfants présentant des difficultés d'expression phonologique et lexicale, mais que les preuves d'efficacité des interventions sont mitigées concernant l'expression syntaxique, et qu'aucune preuve n'est disponible concernant des interventions ciblant des enfants présentant des difficultés de langage réceptif.

Conclusions des auteurs: 

La revue montre que les interventions orthophoniques ont un effet globalement positif chez les enfants présentant des difficultés d'expression phonologique et lexicale. Les preuves concernant les difficultés d'expression syntaxique sont plus mitigées, et des recherches supplémentaires sont nécessaires afin d'examiner les interventions ciblant les difficultés de langage réceptif. Les résultats présentent une hétérogénéité importante dont les sources devront être identifiées.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

On pense qu'environ 6 % des enfants présentent des difficultés de langage et de parole, et que la majorité ne présentent pas d'autres problèmes de développement significatifs. Bien que ces problèmes se résolvent chez la plupart des enfants, ceux dont les difficultés persistent jusqu'à l'école primaire peuvent présenter des problèmes durables d'alphabétisation, de socialisation, de comportement et de réussite scolaire.

Objectifs: 

Examiner l'efficacité des interventions orthophoniques chez les enfants présentant un retard/trouble primaire du langage et de la parole.

La stratégie de recherche documentaire: 

Les bases de données suivantes ont été examinées : Le registre Cochrane des essais contrôlés (Bibliothèque Cochrane, CENTRAL : 2002/3), CINAHL (1982 - juillet 2002), EMBASE (1980 - 4ème semaine de septembre 2002), ERIC (1965 - 2002), MEDLINE (1966 - 3ème semaine de septembre 2002), PsycINFO (1872 - 2002/10, semaine 2) et le National Research Register (2002/3). Des références ont également été obtenues dans des revues de la littérature, et les références bibliographiques des articles ont été examinées.

Critères de sélection: 

Cette revue a examiné les essais contrôlés randomisés portant sur des interventions orthophoniques chez les enfants ou adolescents présentant un retard/trouble primaire du langage et de la parole.

Recueil et analyse des données: 

Les titres et résumés ont été identifiés et évalués avant d'obtenir la version intégrale de tous les articles potentiellement pertinents. Les données ont été regroupées selon la nature du groupe témoin et considérées en termes d'effets de l'intervention sur la phonologie, la syntaxe et le vocabulaire expressifs et réceptifs. Les critères de jugement utilisés dans l'analyse dépendaient de l'objet de l'étude, et seuls les effets primaires du traitement ont été pris en compte dans cette revue.

Résultats principaux: 

Les résultats de vingt-cinq études ont été utilisés dans la méta-analyse. Les résultats suggèrent que l'orthophonie est efficace chez les enfants présentant des difficultés phonologiques (DMS = 0,44, IC à 95 % : entre 0,01 et 0,86) ou lexicales (DMS = 0,89, IC à 95 % : entre 0,21 et 1,56), mais les preuves sont moins concluantes concernant l'efficacité des interventions chez les enfants présentant des difficultés réceptives (DMS = -0,04, IC à 95 % : -0,64, 0,56). Une efficacité mitigée était observée concernant les interventions portant sur la syntaxe expressive (n = 233 ; DMS = 1,02, IC à 95 % : 0,04 - 2,01). Aucune différence significative n'était observée entre une intervention administrée par un clinicien et une intervention mise en œuvre par des parents formés à cet effet, et les études ne rapportaient aucune différence d'effets entre des interventions de groupe et individuelles (DMS = 0,01, IC à 95 % : -0,26; 1,17). Le recours à des pairs sans difficultés de langage pendant le traitement avait un effet positif sur les résultats thérapeutiques (DMS = 2,29, IC à 95 % : 1,11 ; 3,48).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.