Médicaments trypanocides dans la maladie de Chagas en phase chronique symptomatique

Problématique de la revue

Le traitement médicamenteux trypanocidique est-il efficace pour la maladie de Chagas en phase chronique symptomatique et la cardiomyopathie chagasique chronique (CCC) ?

Contexte

L'infection par le parasite Trypanosoma cruzi provoque la trypanosomiase américaine, ou maladie de Chagas. Des données probantes montrent que le traitement médicamenteux trypanocide, utilisant des composés de nitrofurane et d'imidazole, peut guérir les infections aiguës de trypanosomiase cruzi. Cependant, l’efficacité de ces traitements pour la phase chronique symptomatiques de la maladie de Chagas et de la CCC reste peu claire.

Caractéristiques des études

Nous avons recherché dans la littérature médicale des essais cliniques contrôlés randomisés en double aveugle avec ou sans placebo (traitement fictif) jusqu'en novembre 2019. Les essais contrôlés randomisés sont des études dans lesquelles les participants sont affectés à l'un des deux ou plusieurs groupes de traitement selon une méthode aléatoire. Dans une étude en double aveugle, ni les participants ni les chercheurs ne savent qui reçoit un traitement particulier.

Principaux résultats

Nous avons trouvé deux essais ayant examiné le traitement de l'infection chronique à Typanosoma cruzi (maladie de Chagas en phase chronique symptomatique et CCC) avec les médicaments trypanocides benznidazole et nifurtimox. Après avoir examiné ces données probantes limitées, nous avons conclu qu'elles étaient insuffisantes pour soutenir un traitement par ces médicaments.

Niveau de confiance des données probantes

Le niveau de confiance des données probantes variait de faible à très faible, car un petit nombre d'essais a été inclus et le nombre de participants était limité. D'autres essais cliniques sont donc nécessaires pour évaluer l'effet et l'efficacité des médicaments trypanocides dans les cas de maladie de Chagas en phase chronique symptomatique et de cardiomyopathie chagasique chronique.

Conclusions des auteurs: 

Il n'existe pas suffisamment de données probantes pour soutenir l'efficacité des médicaments trypanocides benznidazole et nifurtimox pour la maladie de Chagas en phase chronique symptomatique et la cardiomyopathie chagasique chronique.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les personnes atteintes de la maladie de Chagas pourraient développer des troubles cardiaques progressifs et mortels. Les médicaments destinés à éliminer le parasite Trypanosoma cruzi (T cruzi) ont actuellement une valeur thérapeutique limitée et sont utilisés dans les premiers stades de la maladie. L'extension de l'utilisation de ces médicaments au traitement de la cardiomyopathie chagasique chronique (CCC) a également été proposée.

Objectifs: 

Évaluer les bénéfices et les risques des nitrofuranes et des médicaments trypanocides dans le traitement de la maladie de Chagas en phase chronique symptomatique et de la CCC en termes de réduction ou d'élimination des parasites du sang, de mortalité, d'effets indésirables et de qualité de vie.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données du registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, Embase et LILACS le 12 novembre 2019. Nous avons également effectué des recherches dans deux registres d'essais cliniques, ClinicalTrials.gov et Système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le 3 décembre 2019.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) évaluant les médicaments trypanocides par rapport à un placebo ou à l'absence de traitement dans la maladie de Chagas en phase chronique symptomatique et la CCC.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons effectué le rapport de la revue selon les méthodes standard de Cochrane. Deux auteurs de la revue ont indépendamment recupéré les articles, effectué l'extraction des données et évalué le risque de biais. Tout désaccord a été résolu par un troisième auteur de la revue. Nous avons contacté
les auteurs des études pour obtenir des informations complémentaires.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus deux études dans cette mise à jour de la revue. Un ECR a assigné de manière aléatoire 26 participants au benznidazole à 5 mg/kg/jour, 27 participants au nifurtimox à 5 mg/kg/jour et 24 participants au placebo pendant 30 jours. Le deuxième ECR, nouvellement inclus dans cette mise à jour, a randomisé 1431 participants à un traitement par benznidazole à 300 mg/jour pendant 40 à 80 jours et 1423 participants à un placebo. Nous avons également identifié une étude en cours.

Le benznidazole par rapport au placebo

Après cinq ans de suivi, des données probantes d’un niveau de confiance faible suggèrent que le benznidazole pourrait présenter un bénéfice par rapport au placebo pour la clairance ou la réduction des titres d'anticorps (risque relatif (RR) 1,25, intervalle de confiance (IC) à 95 % 1,14 à 1,37 ; 1 essai ; 1896 participants). Nous sommes incertains des effets du benznidazole sur la disparition de la parasitémie démontrée par un xénodiagnostic, une hémoculture et/ou des tests moléculaires négatifs en raison de données probantes très limitées.

Des données probantes d’un niveau de confiance faible suggèrent que par rapport au placebo, le benznidazole pourrait ne faire que peu ou pas de différence dans le risque d'insuffisance cardiaque (RR 0,89, IC à 95 % 0,69 à 1,14 ; 1 essai ; 2854 participants) et de tachycardie ventriculaire (RR 0,80, IC à 95 % 0,51 à 1,26 ; 1 essai ; 2854 participants).

Nous avons trouvé des données probantes d’un niveau de confiance modéré indiquant que les effets indésirables augmentent avec le benznidazole par rapport au placebo (RR 2,52, IC à 95 % 2,09 à 3,03 ; 1 essai ; 2854 participants). Des effets indésirables ont été observés chez 23,9% des patients du groupe benznidazole contre 9,5% du groupe placebo. Les effets indésirables les plus fréquents étaient les suivants : éruption cutanée, symptômes gastro-intestinaux et polyneuropathie périphérique.

Il n’y avait pas de données disponibles concernant les critères de jugement de la démonstration pathologique des parasites tissulaires et de la qualité de vie.

Le nifurtimox par rapport au placebo

Les données disponibles pour cette comparaison ne concernaient que les critères de jugement de l'élimination ou de la réduction des titres d'anticorps, et nous sommes incertains de l'effet en raison de données probantes très limitées.

En ce qui concerne les événements indésirables, un ECR a mentionné de manière générale que le nifurtimox provoquait des événements indésirables intenses, sans aucune quantification.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Carole Lescure et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.