Comparaison de deux formes d'anesthésie locale pour la chirurgie de la cataracte

Les cataractes sont la cause la plus courante de cécité, dans le monde entier. Une cataracte est l'opacification du cristallin qui provoque la perte de la transparence de l'œil. Elle se traite par retrait du cristallin et son remplacement par une lentille artificielle. La chirurgie de la cataracte est généralement réalisée sous anesthésie locale, que ce soit sous anesthésie péribulbaire ou rétrobulbaire. Actuellement, un débat est en cours sur l'approche péribulbaire qui permettrait d'obtenir une anesthésie plus efficace et plus sûre pour la chirurgie de la cataracte que le bloc rétrobulbaire. L'anesthésie péribulbaire est réalisée par injection du médicament anesthésique dans l'orbite autour de l'équateur du globe oculaire (œil). L'anesthésie rétrobulbaire est réalisée par injection du médicament anesthésique dans l'orbite à un niveau plus en arrière du globe oculaire, qui est proche des nerfs qui contrôlent le mouvement et la sensation oculaires.

Nous avons décidé de comparer les deux formes d'anesthésie locale pour la chirurgie de la cataracte. Notre revue a montré que le contrôle de la douleur et la paralysie des muscles de l'œil pour paralyser le mouvement du globe oculaire (akinésie) et permettre la chirurgie ne sont pas différents pour les deux types d'anesthésie. La nécessité de procéder à des injections supplémentaires d'anesthésique local était plus importante avec l'anesthésie péribulbaire (quatre essais). Il s'est produit un seul cas de saignement à l'arrière de l'œil et ce, avec l'anesthésie rétrobulbaire (dans un essai). L'acceptabilité des deux méthodes selon les patients était similaire dans les deux études ayant rapporté ce critère. Aucun des essais n'a rapporté de complications potentiellement mortelles. Il y avait un risque modéré de biais dans les essais inclus.

Conclusions des auteurs: 

Le choix est très limité entre le bloc péribulbaire et le bloc rétrobulbaire en termes d'anesthésie et d'akinésie pendant la chirurgie pour mesurer l'acceptabilité selon les patients, la nécessité d'injections supplémentaires et le développement de graves complications. Les complications locales ou systémiques graves étaient rares pour les deux types de bloc.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La cataracte est la principale cause de cécité dans le monde. À moins qu'elle ne soit médicalement contre-indiquée, la chirurgie de la cataracte est généralement réalisée sous anesthésie locale (régionale). L'anesthésie locale implique le blocage d'un nerf innervant une partie donnée de l'organisme. Elle implique l'infiltration de la zone autour du nerf avec un anesthésique local. Les deux principales approches dans l'œil sont rétrobulbaire et péribulbaire. Actuellement, un débat est en cours sur l'approche péribulbaire qui permettrait d'obtenir une anesthésie plus efficace et plus sûre pour la chirurgie de la cataracte que le bloc rétrobulbaire.

Objectifs: 

L'objectif de cette revue était d'évaluer les effets de l'anesthésie péribulbaire (PB) comparée à l'anesthésie rétrobulbaire (RB) sur les scores de douleur, l'akinésie oculaire, l'acceptabilité selon les patients et les complications oculaires et systémiques.

La stratégie de recherche documentaire: 

Dans notre version précédente de la revue, nous avions effectué une recherche dans les bases de données jusqu'au mois de décembre 2007. Pour cette version mise à jour, nous avons interrogé le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (mars 2015) ; MEDLINE (de 1960 à mars 2015) ; et EMBASE (de 1980 à mars 2015).

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les essais cliniques contrôlés randomisés comparant l'anesthésie péribulbaire et l'anesthésie rétrobulbaire pour la chirurgie de la cataracte.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué la qualité des essais et extrait les données de manière indépendante. Nous avons contacté des auteurs d'essais pour obtenir des informations supplémentaires, la méthodologie des études et les données manquantes. Nous avons effectué une revue descriptive des résultats étant donné que les études incluses avaient utilisé des méthodes variées pour les critères de jugement étudiés. Nous avons effectué une analyse en sous-groupes pour l'akinésie oculaire.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus six essais portant sur 1 438 participants. Trois des six essais avaient une génération de séquences adéquate tandis que tous les essais avaient une assignation secrète incertaine. Il n'y avait pas de preuve d'une différence en termes de perception de la douleur pendant la chirurgie ni sous anesthésie rétrobulbaire ni sous anesthésie péribulbaire. Toutes deux étaient largement efficaces. Il n'y avait pas de preuve d'une différence en ce qui concerne l'akinésie complète ou la nécessité d'injections supplémentaires d'anesthésique local. Le chémosis de la conjonctive était plus fréquent après un bloc péribulbaire (risque relatif (RR) 2,11 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % de 1,46 à 3,05) et l'hématome des paupières était plus fréquent après un bloc rétrobulbaire (RR 0,36 ; IC à 95 % de 0,15 à 0,88). L'hémorragie rétrobulbaire était rare et s'est produite une seule fois, chez un patient qui avait eu un bloc rétrobulbaire.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.