Effet d’un régime alimentaire pauvre en sel sur la pression artérielle, certaines hormones et certains lipides chez les ayant une pression artérielle normale ou élevée

Problématique de la revue

Des études dans lesquelles les participants étaient répartis au hasard dans des groupes recevant des apports de sel élevés et réduits ont été analysées afin d’étudier l’effet de la réduction de la consommation de sel sur la pression artérielle (PA) et les effets secondaires potentiels de la réduction du sodium sur certaines hormones et certains lipides.

Contexte

Comme une réduction de l'apport en sel diminue la pression artérielle (PA) chez les personnes ayant une PA élevée, il est souvent recommandé de réduire la consommation de sel, puisqu’il est admis en général que cela réduira la mortalité. Cependant, l'effet de la réduction du sel sur la pression artérielle chez les personnes dont la pression artérielle est normale a été remis en question. En outre, plusieurs études ont montré que la réduction du sel active le système hormonal de conservation du sel (rénine et aldostérone), les hormones du stress (adrénaline et noradrénaline) et augmente les substances grasses (cholestérol et triglycérides) dans le sang. Enfin, des observations récentes dans la population générale indiquent qu'un faible apport en sel est associé à une mortalité accrue.

Date des recherches

Les données probantes actuelles sont à jour jusqu'en avril 2018.

Caractéristiques des études

Nous avons inclus 195 études d'intervention impliquant 12 296 personnes, d'une durée de 3 à 1100 jours, dans lesquelles au moins une des mesures des effets a été évaluée. Les participants étaient en bonne santé ou avaient une pression artérielle élevée. Des études longitudinales ont montré que l'effet d'une réduction de la consommation de sel sur la pression artérielle est stable au maximum après sept jours et des études de population ont montré que très peu de personnes consomment plus de 14,5 g de sel par jour. Par conséquent, nous avons donc également effectué des analyses de sous-groupes de 131 études d'une durée d'au moins sept jours et d'un apport en sel de 14,5 g maximum.

Sources de financement des études

Seules six études ont été soutenues par des organisations de l'industrie alimentaire.

Principaux résultats

L'apport moyen en sodium alimentaire a été réduit de 11,5 g par jour à 3,8 g par jour. La réduction de la pression artérielle normale est de 1,1/0 mmHg (environ 0,3%) chez les personnes ayant une pression artérielle normale et de 5,7/2,9 mmHg (environ 3%) chez les personnes souffrant d'hypertension. En revanche, l'effet sur les hormones et les lipides était similaire chez les personnes normotendues et hypertendues. La rénine a augmenté de 55 %, l'aldostérone de 127 %, l'adrénaline de 14 %, la noradrénaline de 27 %, le cholestérol de 2,9 % et les triglycérides de 6,3 %.

Qualité des données probantes

Seuls des essais contrôlés randomisés ont été inclus et la qualité des données probantes a donc été jugée élevée, même si cette dernière est affectée par des plus petites analyses.

Conclusions des auteurs: 

Chez les participants blancs, la réduction de sel conformément aux recommandations publiques a entraîné une baisse de la pression artérielle moyenne (PAM) d'environ 0,4 mmHg chez les participants ayant une pression artérielle normale et une baisse de la PAM d'environ 4 mmHg chez les participants souffrant d'hypertension. De données probantes de faible qualité indiquent que ces effets pourraient être un peu plus importants chez les participants noirs et asiatiques. Les effets de la réduction du sodium sur les effets secondaires potentiels (hormonaux et lipidiques) étaient plus cohérents que l'effet sur la PA, en particulier chez les personnes dont la PA est normale.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Des études de cohorte récentes montrent qu’un apport en sel inférieur à 6 g est associé à une mortalité accrue. Ces résultats n'ont pas modifié les recommandations publiques visant à réduire la consommation de sel en dessous de 6 g, qui sont basées sur des effets supposés sur la pression artérielle (PA) et sur l'absence d'effets secondaires.

Objectifs: 

Évaluer les effets de la réduction du sodium sur la pression artérielle et sur les effets secondaires potentiels (hormones et lipides)

Stratégie de recherche documentaire: 

Le spécialiste de l'information du groupe Cochrane sur l’hypertension a effectué des recherches dans les bases de données suivantes pour des essais contrôlés randomisés jusqu'en avril 2018 et une recherche complémentaire en mars 2020 : le Registre Spécialisé du Groupe Cochrane sur l’Hypertension, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE (depuis 1946), Embase (depuis 1974), la plateforme du registre international des essais cliniques de l'Organisation mondiale de la santé et ClinicalTrials.gov. Nous avons également contacté certains auteurs d'articles pertinents concernant d'éventuels travaux publiés ou non. Les recherches ont été effectuées sans restriction de langue. Les articles de la recherche complémentaire sont enregistrés dans la rubrique « en attente d'évaluation ».

Critères de sélection: 

Les études randomisant les personnes suivant un régime alimentaire pauvre en sodium ou riche en sodium ont été incluses si elles évaluaient au moins un des critères de jugement (PA, rénine, aldostérone, noradrénaline, adrénaline, cholestérol, lipoprotéines de haute densité, lipoprotéines de basse densité et triglycérides.)

Recueil et analyse des données: 

Les données ont été recueillies de manière indépendante par deux auteurs de la revue et analysées à l’aide de Review Manager 5.3. Le niveau de confiance des données probantes a été évaluée à l'aide de GRADE.

Résultats principaux: 

Depuis la première version de cette revue, en 2003, le nombre de références incluses est passé de 96 à 195 (174 études ont été réalisées avec des participants blancs). Comme une étude précédente a révélé des résultats différents en matière de PA dans les populations noires et blanches, nous avons stratifié les résultats en fonction de la race.

L'effet de la réduction du sodium (de 203 à 65 mmol/jour) sur la pression artérielle chez les participants blancs a été le suivant : Pression artérielle normale : pression artérielle systolique (PAS) : différence moyenne (DM) -1,14 mmHg (intervalle de confiance (IC) à 95% : -1,65 à -0,63), 5982 participants, 95 essais ; pression artérielle diastolique (PAD) : DM + 0,01 mmHg (IC à 95 % : -0,37 à 0,39), 6276 participants, 96 essais. Hypertension : PAS : DM -5,71 mmHg (IC à 95 % : -6,67 à -4,74), 3998 participants,88 essais ; PAD : DM -2,87 mmHg (IC à 95 % : -3,41 à -2,32), 4032 participants, 89 essais (toutes les données probantes sont de qualité élevée).

Le plus grand contraste de biais entre les études a été enregistré pour l'élément de biais de détection. Une comparaison entre les études à faible risque avec biais de détection et les études à risque élevé/non clair n'a pas révélé de différences.

L'effet de la réduction du sodium (de 195 à 66 mmol/jour) sur la pression artérielle des participants noirs était le suivant : Pression artérielle normale : PAS : différence moyenne (DM) -4,02 mmHg (IC à 95 %: -7,37 à -0,68) ; PAD : DM -2,01 mmHg (IC à 95 % : -4,37, 0,35), 253 participants, 7 essais. Hypertension : PAS : DM -6,64 mmHg (IC à 95 % : -9,00, -4,27) ; PAD : DM -2,91 mmHg (IC à 95 % : -4,52, -1,30), 398 participants, 8 essais (données probantes de faible qualité).

L'effet de la réduction du sodium (de 217 à 103 mmol/jour) sur la pression artérielle chez les participants asiatiques a été le suivant : Pression artérielle normale : PAS : différence moyenne (DM) -1,50 mmHg (IC à 95 % : -3,09, 0,10) ; PAD: DM -1,06 mmHg (IC à 95 % : -2,53 à 0,41), 950 participants, 5 essais. Hypertension : PAS : DM -7,75 mmHg (IC à 95 % : -11,44, -4,07) ; PAD : DM -2,68 mmHg (IC à 95 % : -4,21 à -1,15), 254 participants, 8 essais (données probantes de faible qualité).

Au cours de la réduction de sel, la rénine a augmenté de 1,56 ng/mL/heure (IC à 95 % : 1,39, 1,73) chez 2904 participants (82 essais) ; l'aldostérone a augmenté de 104 pg/mL (IC à 95 % : 88,4,119,7) chez 2506 participants (66 essais) ; la noradrénaline a augmenté de 62,3 pg/mL : (IC à 95 % : 41.9, 82,8) chez 878 participants (35 essais) ; l'adrénaline a augmenté de 7,55 pg/mL (IC à 95 % : 0.85, 14,26) chez 331 participants (15 essais) ; le cholestérol a augmenté de 5,19 mg/dL (IC à 95 % : 2,1, 8,3) chez 917 participants (27 essais) ; le triglycéride a augmenté de 7,10 mg/dL (IC à 95 % : 3.1,11.1) chez 712 participants (20 essais) ; le cholestérol LDL a eu tendance à augmenter de 2,46 mg/dl (IC à 95 % : -1, 5,9) chez 696 participants (18 essais) ; le cholestérol HDL est resté inchangé -0,3 mg/dl (IC à 95 % : -1,66,1,05) chez 738 participants (20 essais) (Toutes sont des données probantes de haute qualité sauf celle concernant l'adrénaline).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Arabelle Dumoulin et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.