Les différents types de sondes urinaires pour la prise en charge des problèmes de miction à court terme chez les adultes hospitalisés

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Les sondes urinaires sont de petits tubes insérés dans l'urètre (voie de sortie de l'urine). Elles sont souvent utilisées pendant une courte période après une intervention chirurgicale majeure ou pour contrôler la production d'urine chez les patients hospitalisés. Environ la moitié de tous les adultes hospitalisés qui ont des cathéters urinaires en place pendant plus d'une semaine seront victimes d'une infection urinaire. La revue des essais a constaté que les sondes urinaires enduites d'alliage d'argent (un antiseptique) ou imprégnées de nitrofurazone (un antibiotique) pouvaient réduire la présence de bactéries dans l'urine des adultes hospitalisés munis de sondes urinaires temporaires, et que les sondes siliconées provoquaient le moins d'effets indésirables chez les hommes, mais les preuves sont faibles. De plus grands essais, plus rigoureux scientifiquement, sont nécessaires pour déterminer si les sondes imprégnées d'antibiotiques ou d'antiseptiques peuvent réduire l'infection des voies urinaires.

Conclusions des auteurs: 

Les résultats suggèrent que l'utilisation de cathéters à alliage d'argent pour les adultes hospitalisés cathétérisés à court terme diminue le risque de bactériurie associée au cathéter. Une évaluation plus approfondie est nécessaire pour confirmer si les bénéfices se traduisent cliniquement par une réduction du risque d'infection symptomatique des voies urinaires, et si cela est économiquement rentable compte tenu du coût plus élevé des cathéters à alliage d'argent. Les cathéters imprégnés d'antibiotiques sont également bénéfiques pour réduire la bactériurie chez les adultes hospitalisés cathétérisés pendant moins d'une semaine mais il n'y avait pas suffisamment de données pour tirer des conclusions au sujet de ceux cathétérisés plus longtemps. Des études supplémentaires seront nécessaires pour évaluer les effets des cathéters imprégnés d'antibiotiques sur le risque d'infection symptomatique des voies urinaires. Il n'y avait pas suffisamment de données pour faire apparaitre si un quelconque cathéter standard était meilleur qu'un autre en termes de réduction du risque de bactériurie chez les adultes hospitalisés cathétérisés à court terme. Les cathéters siliconés pourraient être moins susceptibles de causer des effets secondaires urétraux chez l'homme, mais ce résultat doit être interprété avec prudence car les essais étaient de petite taille et les définitions des résultats et les cathéters spécifiquement comparés variaient.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'infection des voies urinaires (IVU) est l'infection la plus couramment contractée à l'hôpital. La principale cause associée est constituée par les cathéters urinaires à demeure. On dispose actuellement de plusieurs types de cathéters. Une variété de cathéters urétraux spécialisés ont été conçus pour réduire le risque d'infection. Il s'agit notamment de cathéters imprégnés d'antiseptiques et de cathéters imprégnés d'antibiotiques. Les autres aspects à prendre en compte lors du choix d'un cathéter sont la facilité d'utilisation, le confort et le prix.

Objectifs: 

L'objectif principal de cette revue était de déterminer l'effet du type de cathéter urétral à demeure sur le risque d'infection des voies urinaires chez les adultes qui subissent une cathétérisation urinaire de courte durée.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé d’essais cliniques du groupe Cochrane sur l’incontinence (le 24 mai 2010). Nous avons également examiné les bibliographies d'articles pertinents et contacté les représentants des fabricants des cathéters utilisés dans les essais.

Critères de sélection: 

Tout essai randomisé ou quasi-randomisé comparant des types de cathéters urinaires à demeure pour le cathétérisation de longue durée chez l'adulte. La cathétérisation de courte durée a été définie comme pouvant se prolonger jusqu'à quatorze jours, ou toute autre utilisation temporaire à court terme telle que définie par les responsables des essais (par exemple moins de 21 jours avec des données à intervalles de sept jours).

Recueil et analyse des données: 

Les données ont été extraites par un évaluateur et vérifiées indépendamment par un second. Les désaccords ont été résolus par la discussion. Les données ont été traitées comme indiqué dans le manuel Cochrane. Lorsque les données d'un essai étaient incomplètement rapportées, nous nous sommes adressés aux chercheurs pour obtenir des éclaircissements (des sources secondaires ont été utilisées pour confirmer les résultats d'un essai).

Résultats principaux: 

Vingt-trois essais remplissaient les critères d'inclusion ; ils avaient impliqué 5236 adultes hospitalisés dans 22 essais en groupes parallèles et 27 878 adultes dans un grand essai croisé randomisé en grappes.

Les cathéters antiseptiques avaient été imprégnés soit avec de l'oxyde d'argent, soit avec de l'alliage d'argent. Les cathéters à oxyde d'argent n'étaient pas associés à une réduction statistiquement significative de la bactériurie chez les adultes hospitalisés cathétérisés pour une courte durée, mais les intervalles de confiance étaient larges (RR 0,89 ; IC 95% 0,68 à 1,15) et ces cathéters ne sont plus disponibles sur le marché. Les cathéters à alliage d'argent se sont avérés réduire significativement l'incidence de la bactériurie asymptomatique (RR 0,54 ; IC 95% 0,43 à 0,67) chez les adultes hospitalisés cathétérisés pour moins d'une semaine. Pour une cathétérisation de plus d'une semaine le risque de bactériurie asymptomatique demeurait réduit quand des cathéters à alliage d'argent étaient utilisés (RR 0,64 ; IC 95% 0,51 à 0,80). L'essai croisé randomisé de cathéters à alliage d'argent versus cathéters standard a été exclu du regroupement de résultats parce que ses données n'étaient pas disponibles avant le croisement. Les résultats de cet essai indiquaient un avantage pour les cathéters à alliage d'argent et comprenaient une analyse économique montrant des économies comprises entre 3,3% et 35,5%.

Les cathéters imprégnés d'antibiotiques, en comparaison avec les cathéters standard, se sont avérés réduire le taux de bactériurie asymptomatique après moins d'une semaine de cathétérisation, tant pour la combinaison de minocycline et de rifampicine (RR 0,36 ; IC 95% 0,18 à 0,73) que pour le nitrofurazone (RR 0,52 ; IC 95% 0,34 à 0,78). Au delà d'une semaine, cependant, les résultats n'étaient pas statistiquement significatifs. Un homme sur 56 dans le groupe à imprégnation d'antibiotiques avait eu une IVU symptomatique contre six sur 68 de ceux à cathéters standard (RR 0,20 ; IC 95% 0,03 à 1,63).

Trois essais avaient comparé deux types de cathéters standard (définis comme des cathéters non imprégnés d'antiseptiques ou d'antibiotiques) pour ce qui est de la bactériurie. Pris individuellement, les essais étaient trop petits pour montrer si un type de cathéter standard réduit le risque de bactériurie par rapport à un autre type de cathéter standard.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.