Bas de contention utilisés pour prévenir la thrombose veineuse profonde (TVP) chez les personnes voyageant en avion

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Au cours des dernières années, il a été constaté un intérêt croissant pour savoir si les bas de contention (parfois appelées 'chaussettes spéciales avion') réduisaient le risque de TVP (caillots de sang dans les jambes) et autres problèmes circulatoires chez les personnes voyageant en avion. Les bas sont portés pendant toute la durée du vol et sont similaires à ceux qui sont connus pour être efficaces chez les patients qui restent alités après une opération. En appliquant une pression douce, au niveau de la cheville en particulier, les bas de contention aident le sang à circuler. La pression combinée aux mouvements des jambes permet au sang des veines superficielles de se déplacer vers les veines profondes et de remonter vers le cœur. Le sang a alors moins de chance de former des caillots dans les veines profondes, ce qui pourrait être mortel si les caillots se déplaçaient vers les poumons.

Le fait de porter des bas de contention a entraîné une importante diminution de la TVP asymptomatique chez les personnes voyageant en avion à qui l'on a distribué des bas de contention par rapport à ceux qui n'en ont pas eu l'opportunité. Les passagers qui ont porté des bas ont ressenti moins de gêne et leurs jambes étaient moins gonflées (œdème) que ceux qui n'en ont pas porté.

Ces conclusions sont basées sur neuf essais, qui ont étudié plus de 2 800 personnes, dont la moitié s'est vu remettre de manière aléatoire des bas de contention à porter pendant un vol durant au minimum sept heures alors que l'autre moitié n'en a pas eu. Aucun des passagers n'a développé de TVP avec des symptômes (douleur croissante dans les jambes, gonflement et hausse de la température) et aucun évènement indésirable grave (un caillot dans leurs poumons (embolie pulmonaire) ou un décès) n'a été signalé. Les passagers ont été évalués avec attention après le vol afin de détecter des problèmes de circulation sanguine dans leurs jambes, même s'ils n'avaient rien remarqué eux-mêmes. Il a été observé une importante différence dans la TVP asymptomatique entre les deux groupes, équivalant à une baisse du risque passant d'à peine 10 pour mille passagers à 2 ou 3 pour mille. Les essais n'ont pas tous signalé des problèmes potentiels liés au port des bas de contention, mais dans ceux où cela a été le cas, les chercheurs ont dit que les bas avaient été bien tolérés, sans aucun problème.

Conclusions des auteurs: 

Les personnes voyageant en avion similaires à ceux étudiés dans cette revue peuvent s'attendre à une baisse substantielle de l'incidence d'une TVP asymptomatique et d'un œdème des jambes si elles portent des bas de contention. Nous ne pouvons pas évaluer l'effet du port des bas de contention sur le décès, l'embolie pulmonaire ou la TVP symptomatique parce que ces évènements ne sont pas survenus dans ces essais. Des essais randomisés permettant d'évaluer ces critères de jugement nécessiteraient d'inclure un nombre plus important de participants.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les voyages en avion peuvent accroître le risque de thrombose veineuse profonde (TVP). Il a été suggéré que le port de bas de contention pouvait réduire ce risque.

Objectifs: 

Évaluer les effets du port des bas de contention par rapport au fait de ne pas en porter chez les personnes voyageant en avion sur des vols durant au minimum quatre heures.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le groupe Cochrane sur les maladies vasculaires périphériques a effectué une recherche dans son propre registre spécialisé (dernière recherche en avril 2007) et dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) dans The Cochrane Library (des origines au Numéro 1, 2007). Les auteurs ont effectué des recherches dans MEDLINE (de janvier 1996 à novembre 2005), EMBASE (de janvier 1980 à décembre 2005) et dans plusieurs autres sources électroniques ou de littérature grise, détaillées en totalité dans la revue.

Critères de sélection: 

Des essais randomisés portant sur les bas de contention versus aucun bas chez les personnes voyageant en avion sur des vols durant au minimum quatre heures. Les essais dans lesquels les passagers portaient un bas sur un jambe et rien sur l'autre, ou ceux comparant les bas de contention et une autre intervention étaient éligibles.

Recueil et analyse des données: 

Au moins deux auteurs ont évalué la qualité de chaque étude et extrait les données de manière indépendante. Nous avons recherché des informations supplémentaires dans les listes d'essais.

Résultats principaux: 

Dix essais randomisés (n = 2 856) ont été inclus ; neuf (n = 2 821) comparaient le port de bas de contention sur les deux jambes versus aucun bas de contention, et un (n = 35) comparait le port d'un bas sur une jambe sur le vol aller et sur l'autre jambe sur le vol retour. Sur les neuf essais, sept incluaient des personnes jugées comme étant à risque faible ou modéré (n = 1 548) et deux incluaient des participants à risque élevé (n = 1 273). Tous les vols ont duré au moins sept heures.

Cinquante des 2 637 participants avec des données de suivi disponibles dans les essais relatifs au port des bas de contention sur les deux jambes avaient une TVP asymptomatique ; trois portaient des bas, 47 n'en portaient pas (rapport des cotes 0,10, intervalle de confiance à 95 % 0,04 à 0,25, P < 0,00001). Nous n'avons trouvé aucune TVP asymptomatique dans les trois essais. Aucun décès, aucune embolie pulmonaire ou aucune TVP symptomatique n'ont été signalé. Le fait de porter des bas de contention a eu un impact significatif sur la diminution des œdèmes (selon six essais). Aucun effet indésirable notable n'a été signalé.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.