Radiothérapie du cerveau entier pour le traitement des métastases cérébrales multiples

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

La radiothérapie est couramment utilisée pour traiter les patients atteints d'un cancer qui s'est propagé dans le cerveau. L'objectif de cette revue était de déterminer l'efficacité et les effets indésirables de la radiothérapie du cerveau entier (RTCE) seule ou associée à d'autres traitements chez les patients adultes présentant des métastases cérébrales multiples. Trente-neuf essais portant sur 10 835 participants étaient inclus après la mise à jour réalisée en 2012. Il semble n'y avoir aucun bénéfice supplémentaire après modification des schémas posologiques de la RTCE par rapport aux posologies standard. Il n'a pas encore été démontré que l'utilisation d'une chimiothérapie ou de radiosensibilisateurs en association avec la RTCE entraînait un quelconque bénéfice supplémentaire. La radiochirurgie en complément de la RTCE n'améliore pas la survie chez les patients sélectionnés présentant des métastases cérébrales multiples, mais le contrôle local peut être amélioré grâce à l'addition d'une radiochirurgie en complément de la RTCE. La RTCE, lorsqu'elle vient s'ajouter à une radiochirurgie, améliore le contrôle local et à distance du cerveau, mais les résultats neurocognitifs peuvent être meilleurs chez les patients traités par radiochirurgie seule que chez ceux traités par RTCE et radiochirurgie.

Conclusions des auteurs: 

Aucun des ECR présentant une modification des schémas de fractionnement de la dose de RTCE par rapport à un standard (3 000 cGy en 10 fractions quotidiennes ou 2 000 cGy en 4 ou 5 fractions quotidiennes) n'a montré de bénéfice en termes de survie globale, de fonction neurologique ou de contrôle des symptômes.

L'utilisation de radiosensibilisateurs ou d'une chimiothérapie en association avec la RTCE reste expérimentale.

Une radiochirurgie en complément de la RTCE peut améliorer le contrôle local de la maladie chez des participants sélectionnés par rapport à la RTCE seule, bien que la survie reste inchangée pour les participants présentant des métastases cérébrales multiples.

Cette revue mise à jour inclut à présent un total de trois ECR examinant l'utilisation de la radiochirurgie seule par rapport à la RTCE associée à une radiochirurgie. L'addition d'une RTCE à la radiochirurgie améliore le contrôle local et à distance du cerveau, mais il n'existe aucune différence en termes de survie globale. Dans un essai, les patients traités par radiochirurgie seule se sont avérés avoir de meilleurs résultats neurocognitifs que les patients traités par RTCE et radiochirurgie.

Le bénéfice de la RTCE par rapport aux soins de soutien seuls n'a pas été étudié dans les ECR. Il se pourrait que les soins de soutien seuls, sans RTCE, soient appropriés pour certains participants, en particulier pour ceux qui présentent une maladie à un stade avancé et un mauvais indice de performance.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les métastases cérébrales représentent un problème de santé important. On estime que 20 % à 40 % des patients souffrant d'un cancer finissent par développer un cancer métastatique qui se propage dans le cerveau au cours de leur maladie. Les métastases cérébrales ont des répercussions sur la qualité et la durée de la survie. Les symptômes comprennent les céphalées (49 %), la faiblesse localisée (30 %), les troubles mentaux (32 %), la démarche ataxique (21 %), les crises convulsives (18 %), les problèmes d'élocution (12 %), les troubles visuels (6 %), les troubles sensoriels (6 %) et l'ataxie des membres (6 %).

Les métastases cérébrales peuvent se propager à partir de n'importe quel site primaire. Le site primaire le plus fréquent est le poumon, suivi du sein et du tractus gastro-intestinal. Quatre-vingt-cinq pour cent des métastases cérébrales se situent dans les hémisphères cérébraux, 10 % à15 % dans le cervelet et 1 % à 3 % dans le tronc cérébral. La radiothérapie du cerveau est utilisée pour traiter les participants atteints d'un cancer qui présentent des métastases cérébrales provenant de diverses tumeurs malignes primaires.

Ceci est une mise à jour de la revue originale publiée dans le numéro 3 en 2006.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et les effets indésirables de la radiothérapie du cerveau entier (RTCE) chez les participants adultes présentant des métastases cérébrales multiples.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (numéro 3, 2011), MEDLINE et EMBASE jusqu'à juillet 2011.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) comparant la RTCE, seule ou associée à d'autres traitements, chez des adultes présentant des métastases cérébrales multiples nouvellement diagnostiquées issues d'un cancer primaire quelconque. Les essais portant sur la RTCE prophylactique ont été exclus ainsi que les essais portant sur une intervention chirurgicale ou une RTCE, ou les deux, pour le traitement d'une métastase cérébrale individuelle.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de revue ont, de manière indépendante, évalué la qualité des essais et extrait les données. Les informations sur les effets indésirables durant les essais ont également été recueillies.

Résultats principaux: 

Neuf ECR portant sur 1 420 participants ont été ajoutés dans la présente revue mise à jour. Cette revue mise à jour inclut à présent un total de 39 essais portant sur 10 835 participants.

Huit rapports publiés (neuf ECR) ne montraient aucun bénéfice après modification des schémas de fractionnement de la dose par rapport au fractionnement témoin (3 000 cGy en 10 fractions quotidiennes) de la RTCE pour la survie globale. Ces études ne montraient pas non plus d'amélioration en termes de contrôle des symptômes ou d'amélioration neurologique dans les différents schémas de fractionnement de la dose par rapport à 3 000 cGy en 10 fractions quotidiennes de RTCE. Cette revue mise à jour inclut deux essais comparant 4 000 cGy en 20 fractions données deux fois par jour par rapport à 2 000 cGy en 4 ou 5 fractions quotidiennes. Globalement, il n'y avait aucun avantage de survie (hazard ratio (HR) 1,18, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,89 à 1,56, P = 0,25) avec l'utilisation de 4 000 cGy en 20 fractions données deux fois par jour par rapport à 2 000 cGy en 4 ou 5 fractions quotidiennes.

L'addition de radiosensibilisateurs dans six ECR n'a pas apporté de bénéfice supplémentaire à la RTCE, que ce soit en termes de durée de survie globale (HR 1,08, IC à 95 % 0,98 à 1,18, P = 0,11) ou de taux de réponse des tumeurs du cerveau (HR 0,87, IC à 95 % 0,60 à 1,26, P = 0,46).

Deux ECR n'ont trouvé aucun bénéfice en termes de survie globale (HR 0,61, IC à 95 % 0,27 à 1,39, P = 0,24) avec l'utilisation d'une RTCE complétée par radiochirurgie par rapport à une RTCE seule pour les participants sélectionnés présentant des métastases cérébrales multiples (jusqu'à quatre métastases cérébrales). Globalement, on a constaté une amélioration statistiquement significative du contrôle local du cerveau (HR 0,35, IC à 95 % 0,20 à 0,61, P = 0,0003) favorisant le bras RTCE et radiochirurgie complémentaire. Seul un essai de radiochirurgie en complément de la RTCE indiquait un score amélioré sur l'échelle de Karnofsky et une capacité améliorée à réduire la dose de dexaméthasone.

Dans cette revue mise à jour, un total de trois ECR ont rendu compte de patients sélectionnés (présentant jusqu'à trois ou quatre métastases cérébrales) traités par radiochirurgie seule contre RTCE et radiochirurgie. Sur la base de deux essais, il n'y avait guère de différence en termes de survie globale (HR 0,98, IC à 95 % 0,71 à 1,35, P = 0,88). L'addition d'une RTCE en complément d'une radiochirurgie augmentait significativement le contrôle des métastases cérébrales traitées localement (HR 2,61, IC à 95 % 1,68 à 4,06, P < 0,0001) et le contrôle à distance du cerveau (HR 2,15, IC à 95 % 1,55 à 2,99, P < 0,00001). Par ailleurs, un essai a conclu que les patients traités par RTCE et radiochirurgie complémentaire étaient sensiblement plus susceptibles de présenter une détérioration des capacités d'apprentissage et de mémorisation par rapport à ceux traités par radiochirurgie seule.

Un ECR a examiné l'utilisation d'une RTCE associée à l'administration de prednisone par comparaison avec l'administration de prednisone seule, et il présentait des résultats non probants.

Notes de traduction: 

Translated by: French Cochrane Centre

Translation supported by: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.