Épinéphrine pour la réanimation des nouveau-nés apparemment mort-nés ou extrêmement bradycardiques

Aucun essai n'étudie les effets de l'épinéphrine dans la réanimation des bébés qui semblent mort-nés ou risquent de mourir à la naissance. Certains bébés naissent avec un rythme cardiaque très lent (bradycardie extrême) ou sont victimes d'un arrêt cardiaque peu de temps avant la naissance (mortinatalité apparente). Même si ces bébés semblent proches de la mort, il pourrait être possible de les réanimer. L'épinéphrine, un médicament qui stimule le cœur, est utilisé dans le traitement de l'arrêt cardiaque et de la bradycardie chez des patients de tous âges. Néanmoins, cette revue n'a identifié aucun essai portant sur l'utilisation d'épinéphrine dans la réanimation des nouveau-nés atteints de bradycardie extrême ou dont le cœur vient de s'arrêter de battre. Des recherches sont nécessaires afin de déterminer les effets de l'épinéphrine chez ces nouveau-nés.

Conclusions des auteurs: 

Aucun essai contrôlé randomisé évaluant l'administration d'épinéphrine chez des nouveau-nés apparemment mort-nés ou extrêmement bradycardiques n'a été identifié. De même, aucun essai contrôlé randomisé examinant les questions de la posologie et de la voie d'administration optimales de l'épinéphrine n'a été identifié. Les recommandations actuelles concernant l'utilisation d'épinéphrine chez les nouveau-nés reposent uniquement sur des preuves issues de modèles animaux et de recherches sur des populations adultes. Des essais randomisés portant sur des nouveau-nés sont nécessaires dans les plus brefs délais afin de déterminer le rôle de l'épinéphrine chez cette population.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'épinéphrine est un stimulant cardiaque qui a des effets complexes sur le cœur et les vaisseaux sanguins. Elle est utilisée depuis des dizaines d'années dans le traitement de l'arrêt cardiaque et de la bradycardie chez des patients de tous âges. Bien que l'utilisation d'épinéphrine soit officiellement recommandée dans la réanimation néonatale, les preuves justifiant une telle pratique n'ont pas été examinées de manière rigoureuse. Les preuves disponibles sont majoritairement issues de modèles animaux et d'essais examinant des populations de patients adultes, et les contributions de la recherche sur la population néonatale sont peu claires. En particulier, il reste à établir si des études randomisées portant sur des nouveau-nés ont permis de déterminer l'impact de l'administration d'épinéphrine sur la mortalité et la morbidité dans le contexte d'une mortinatalité apparente ou d'une bradycardie extrême.

Objectifs: 

Déterminer les effets de l'administration d'épinéphrine sur la mortalité et la morbidité des nouveau-nés apparemment mort-nés et extrêmement bradycardiques.

Les objectifs secondaires incluaient l'analyse des effets de l'administration d'épinéphrine intraveineuse versus endotrachéale, et d'une dose d'épinéphrine élevée versus standard sur la mortalité et la morbidité.

La stratégie de recherche documentaire: 

Des recherches ont effectuées dans MEDLINE de 1966 à août 2007, CINAHL (à partir de 1982), Current Contents (à partir de 1988), EMBASE et le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, Bibliothèque Cochrane, numéro 2, 2007). Les références bibliographiques des actes de congrès ont été examinées, et des études non publiées ont été recherchées manuellement dans les actes de congrès de la Society for Pediatric Research et l'European Society for Pediatric Research de 1993 à 2007. Ces recherches ont été mises à jour en novembre 2010.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés portant sur des nouveau-nés prématurés et nés à terme recevant de l'épinéphrine pour cause de mortinatalité apparente inattendue ou de bradycardie extrême.

Recueil et analyse des données: 

Aucune étude ne remplissait les critères d'inclusion de cette revue.

Résultats principaux: 

Aucune étude ne remplissait les critères d'inclusion de cette revue.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.