Le traitement combiné corticoïdes inhalés + bêta-agonistes à action prolongée peut réduire les exacerbations et améliorer la qualité de vie des patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) par rapport à un placebo.

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Des combinaisons réunissant deux classes de médicaments en un seul inhalateur ont été développées pour traiter les patients atteints de BPCO. Deux types d'inhalateurs combinés sont actuellement disponibles : budésonide/formotérol (BDF - « Symbicort ») et fluticasone/salmétérol (FPS - « Advair » ou « Seretide »). Les résultats des études montraient que les inhalateurs combinés étaient efficaces et réduisaient la fréquence des exacerbations à 75 % des taux antérieurs par rapport au placebo. Les patients inclus dans ces essais présentaient 1 à 2 exacerbations par an en moyenne, ce qui signifie que le traitement combiné entraînerait une réduction équivalente à une exacerbation de moins tous les deux à quatre ans chez ces sujets. Le traitement combiné entraînait une baisse de la mortalité pendant trois ans ainsi que des améliorations de la fonction pulmonaire et des symptômes. Les inhalateurs combinés étaient cependant associés à un risque accru de pneumonie. Ce résultat devrait être examiné dans les futurs essais afin d'apporter des informations utiles aux consommateurs et aux cliniciens. Des recherches supplémentaires sont nécessaires afin de déterminer s'il existe des différences entre les inhalateurs combinés utilisant différentes puissances de corticoïdes inhalés.

Conclusions des auteurs: 

Par rapport au placebo, le traitement combiné entraînait une réduction significative de 25 % des taux d'exacerbations. Une réduction significative de la mortalité toutes causes confondues était observée en intégrant les données issues de l'étude TORCH. Le risque accru de pneumonie est préoccupant et devrait faire l'objet d'une description plus appropriée dans les futures études. Des données supplémentaires sont nécessaires pour tirer des conclusions définitives concernant les effets d'un traitement combiné en un seul inhalateur, notamment le profil des événements indésirables et des bénéfices associés aux différentes doses de corticoïdes inhalés.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les bêta-agonistes à action prolongée et les corticoïdes inhalés sont recommandés dans les protocoles de traitement de la bronchopneumopathie chronique obstructive. Leur administration concomitante en un seul inhalateur pourrait faciliter l'observance des régimes de traitement et améliorer leur efficacité.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité de préparations combinant des corticoïdes inhalés et des bêta-agonistes à action prolongée par rapport à un placebo dans le traitement des adultes atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre spécialisé des essais du groupe Cochrane sur les voies respiratoires. La recherche la plus récente a été effectuée en avril 2007.

Critères de sélection: 

Les études ont été incluses lorsqu'il s'agissait d'essais randomisés en double aveugle. Les études pouvaient comparer tous types de préparations combinant des corticoïdes inhalés et des bêta-agonistes à action prolongée par rapport à un placebo.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué le risque de biais des études et extrait les données de manière indépendante. Les critères de jugement principaux étaient les exacerbations, la mortalité et la pneumonie. Les critères de jugement secondaires étaient la qualité de vie liée à la santé (mesurée au moyen d'échelles validées), la fonction pulmonaire et les effets secondaires. Les données dichotomiques ont été analysées sous forme de rapports des cotes ou de rapport des taux à effets fixes avec des intervalle de confiance à 95 %, et les données continues sous forme de différences moyennes et d'intervalles de confiance à 95 %.

Résultats principaux: 

Onze études remplissaient les critères d'inclusion (6 427 participants randomisés). Deux combinaisons différentes (fluticasone/salmétérol et budésonide/formotérol) étaient utilisées. Les études étaient de bonne qualité. Les combinaisons fluticasone/salmétérol et budésonide/formotérol réduisaient toutes deux le taux d'exacerbations. L'analyse combinée des deux traitements indiquait que les exacerbations étaient moins fréquentes qu'avec un placebo, rapport des taux : 0,74 (IC à 95 %, entre 0,7 et 0,8). L'impact clinique de cet effet dépend de la fréquence des exacerbations rapportées par les patients. Les patients inclus dans ces essais présentaient 1 à 2 exacerbations par an en moyenne, ce qui signifie que le traitement combiné entraînerait une réduction équivalente à une exacerbation de moins tous les deux à quatre ans chez ces sujets. On observe une réduction globale de la mortalité, mais ce résultat est contredit par les résultats de l'étude TORCH et d'autres études du budésonide/formotérol sont nécessaires. Le nombre de sujets à traiter pendant trois ans pour prévenir un décès supplémentaire est de 36 (IC à 95 %, entre 21 et 258) sur la base d'un risque de 15,2 % à l'inclusion issu du bras du placebo de l'étude TORCH. Les deux traitements entraînaient une amélioration statistiquement significative des mesures de l'état de santé, mais l'importance clinique des différences observées est sujette à interprétation. Les évaluations des symptômes et de la fonction pulmonaire étaient favorables aux traitements combinés. Un risque accru de pneumonie était observé avec les inhalateurs combinés. Le nombre de sujets à traiter pendant trois ans pour observer un cas de pneumonie supplémentaire était de 13, sur la base d'un risque de 12,3 % à l'inclusion issu du bras du placebo de l'étude TORCH. Les études des inhalateurs combinés rapportaient moins d'arrêts prématurés dus à des événements indésirables et un manque d'efficacité.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.