Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) n'augmentent pas significativement les saignements chez les enfants à qui on a retiré les amygdales, et il y a moins de nausées et de vomissements lorsque les AINS sont utilisés.

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont utilisés pour le soulagement de la douleur après l'amygdalectomie chez les enfants. Les saignements sont reconnus comme une complication de cette procédure mais les AINS peuvent interférer avec la coagulation, on craint donc que ces médicaments n'augmentent le risque de saignement. Si les saignements sont graves, ils peuvent amener l'enfant à être ré-admis à l'hôpital, à recevoir une transfusion de sang ou à retourner au bloc opératoire. Il est donc important de déterminer si l'utilisation de ces médicaments est sans danger chez les enfants à qui on a retiré les amygdales. La revue s'est concentrée sur les saignements cliniquement significatifs qui entraînent la nécessité d'un traitement supplémentaire de l'enfant plutôt que sur la perte de sang mesurée.

Nous voulions également établir si les AINS affectent l'incidence des autres complications postopératoires lorsqu'on les compare aux autres formes d'analgésie.

La revue a révélé que les AINS n'augmentaient pas sensiblement les saignements. Les données étaient insuffisantes pour comparer le risque de saignement avec chaque type individuel d'AINS. Toutefois, nous avons été en mesure de comparer le kétorolac, qui a été perçu comme présentant un risque plus élevé de saignement, avec les autres AINS et nous n'avons trouvé aucune augmentation du risque de saignement. Il y avait moins de nausées et de vomissements lorsque les AINS étaient utilisés dans le cadre du protocole analgésique que lorsque les AINS n'étaient pas utilisés.

La principale limite de notre revue réside dans le fait que les saignements après une amygdalectomie sont un évènement rare (survenant chez 3 % à 5 % des enfants). Nous avons trouvé toutes les données qui sont actuellement disponibles (15 essais étudiant environ 1 000 enfants) mais un très grand nombre de participants sont tenus de fournir un nombre suffisant d'événements pour donner un résultat significatif. Il est possible que les effectifs de participants soient trop petits pour déterminer si les AINS augmentent les saignements. Toutefois, il n'existe actuellement aucune preuve permettant de recommander le retrait des AINS pour l'amygdalectomie pédiatrique.

Conclusions des auteurs: 

Les AINS n'ont causé aucune augmentation des saignements qui nécessitaient un retour au bloc opératoire. Il y avait significativement moins de nausées et de vomissements lorsque les AINS ont été utilisés par rapport à d'autres analgésiques.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont utilisés pour le soulagement de la douleur après l'amygdalectomie chez les enfants. Cependant, comme ils inhibent l'agrégation plaquettaire et prolongent le temps de saignement, ils pourraient entraîner une augmentation des saignements périopératoires. Le risque global reste incertain. Cette revue a été publiée à l'origine en 2004 et a été mise à jour en 2010.

Objectifs: 

Le principal objectif de cette revue était d'évaluer les effets des AINS sur les saignements associés à l'amygdalectomie pédiatrique. Notre deuxième objectif consistait à déterminer si les AINS affectent l'incidence des autres complications postopératoires lorsqu'ils sont comparés aux autres formes d'analgésie.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2010, numéro 6) ; MEDLINE (depuis leur date de création jusqu'en mai 2010) ; EMBASE (depuis leur date de création jusqu'en mai 2010) ; Current Problems (produit par l'agence UK Medicines Control Agency), MedWatch (produit par la FDA américaine) et les Australian Adverse Drug Reactions Bulletins (jusqu'en mai 2010). La recherche originale a été réalisée en août 2004. Nous avons également contacté des fabricants et des chercheurs dans le domaine.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés évaluant les AINS chez les enfants, jusqu'à 16 ans inclus, subissant une amygdalectomie ou une adéno-amygdalectomie élective.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment évalué la qualité des essais et extrait les données. Lorsque cela était nécessaire, nous avons contacté les auteurs des études pour obtenir des informations supplémentaires.

Résultats principaux: 

Dans cette revue mise à jour, nous avons inclus 15 essais qui portaient sur 1 046 enfants. Celle-ci comprenait un essai qui a été ajouté à la suite d'une mise à jour de notre recherche et un autre essai que nous avions exclu à tort de notre précédente revue. Tous les essais inclus comparaient les AINS avec d'autres analgésiques ou un placebo, et ont considéré les saignements nécessitant une intervention chirurgicale. Les AINS ne modifiaient pas significativement le nombre d'événements de type saignements périopératoires nécessitant une intervention chirurgicale : rapport de cotes de Peto (RC) 1,32 (intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,47 à 3,70). Huit essais portant sur 532 enfants ont considéré les saignements ne nécessitant pas d'intervention chirurgicale. Les AINS ne modifiaient pas significativement le nombre d'événements de type saignements périopératoires ne nécessitant pas d'intervention chirurgicale : RC de Peto 1,00 (IC à 95 % 0,39 à 2,53). Douze essais portant sur 928 enfants ont considéré les nausées et les vomissements postopératoires. Il y avait moins de nausées et de vomissements lorsque les AINS ont été utilisés dans le cadre du protocole analgésique que lorsque les AINS n'ont pas été utilisés : RC 0,49 (IC à 95 % 0,29 à 0,83).

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.