L'alitement pendant la grossesse pour prévenir une fausse couche

Les preuves sont insuffisantes pour déterminer si l'alitement aide à prévenir une fausse couche.

La fausse couche est la perte d'un bébé avant 23 semaines de grossesse et cela peut entraîner beaucoup d'angoisse chez les parents. Le traitement le plus courant utilisé pour l'éviter est probablement l'alitement. La revue de deux essais, portant sur 84 femmes, a constaté qu'il n'y avait pas suffisamment de preuves issues d'études de bonne qualité pour permettre de déterminer si l'alitement contribue ou non à prévenir les fausses couches. Les soins pour les femmes présentant un risque accru de fausse couche doivent être proposés en fonction de leurs besoins individuels.

Conclusions des auteurs: 

Il n’y a pas de preuve de qualité suffisante pour corroborer une politique d'alitement afin de prévenir les fausses couches chez les femmes présentant une viabilité fœtale confirmée et des saignements vaginaux dans la première moitié de la grossesse.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La fausse couche est la perte d'une grossesse avant 23 semaines d'âge gestationnel. Elle se produit dans 10 % à 15 % des grossesses selon l'âge de la mère et le rang de naissance. Elle est associée à des défauts chromosomiques dans environ la moitié ou les deux tiers des cas. De nombreuses interventions ont été utilisées pour prévenir les fausses couches, mais l'alitement est probablement le plus couramment prescrit en particulier dans les cas de risque de fausse couche et d'antécédents de fausse couche. Puisque l'étiologie de la fausse couche dans la plupart des cas n'est pas liée à un excès d'activité, il est peu probable que l'alitement puisse être une stratégie efficace pour réduire les fausses couches spontanées.

Objectifs: 

Évaluer l'effet de la prescription de l'alitement pendant la grossesse pour prévenir les fausses couches chez les femmes à haut risque de fausse couche.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (mars 2010).

Critères de sélection: 

Nous avons inclus tous les essais randomisés publiés, non publiés et en cours avec un compte rendu de données, comparant les résultats cliniques chez les femmes enceintes auxquelles un alitement à l'hôpital ou à la maison a été prescrit pour prévenir une fausse couche par rapport à des soins alternatifs ou l'absence d'intervention.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment évalué la qualité méthodologique des essais inclus en utilisant les méthodes décrites dans le manuel du relecteur Cochrane. Les études ont été incluses indépendamment de leur qualité méthodologique.

Résultats principaux: 

Seules deux études, portant sur 84 participantes, ont été identifiées. Il n'y avait aucune différence statistiquement significative en ce qui concerne le risque de fausse couche dans le groupe de l'alitement versus le groupe sans alitement (groupe sous placebo ou un autre traitement) (risque relatif (RR) 1,54, intervalle de confiance à 95 % (IC) 0,92 à 2,58). Ni l'alitement à l'hôpital ni l'alitement à la maison n'ont montré une différence significative dans la prévention des fausses couches. Il y avait un risque plus élevé de fausse couche chez les femmes du groupe de l'alitement que chez celles du groupe de la thérapie à la gonadotrophine chorionique humaine sans alitement (RR 2,50, IC à 95 % 1,22 à 5,11). Il semble que le petit nombre de participantes incluses dans ces études soit un facteur principal qui rend cette analyse peu concluante.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.