Les effets des interventions visant à modifier la durée des consultations des médecins de famille avec leurs patients

Question de la revue

Est-ce qu'augmenter ou diminuer le temps que les médecins généralistes dépensent lors de leurs consultations mène à des bénéfices pour les patients, les médecins ou pour le système de santé ?

Contexte

Le manque de temps à disposition des médecins pour leurs consultations est un sujet de préoccupation. Il a été suggéré que si les médecins et les patients avaient plus de temps pour discuter ensemble, alors les patients pourraient être plus satisfaits de leurs soins, leurs problèmes seraient mieux gérés, ou bien les médecins prescriraient moins de médicaments et discuteraient plus de comment modifier ou adapter le mode de vie du patient à son état santé.

Caractéristiques de l'étude

Nous avons identifié cinq études menées au Royaume-Uni qui examinent si des interventions visant à modifier la durée des consultations chez les médecins de famille apportent un quelconque bénéfice. Ces études ont été menées dans un seul ou plusieurs cabinets, avec un nombre de consultations réalisées allant de 200 à 2957. Quatre de ces études comparaient un changement allant de 5 à 15 minutes de la durée de la consultation et la dernière étude incluse comparait des consultations de courte durée avec des consultations de longue durée durant lesquelles un traitement était ou pas offert à des patients n'ayant pas de diagnostic.

Résultats principaux

Toutes les études ont évalué des modifications à court terme du temps de consultation assigné à chaque patient. Notre degré de confiance dans les résultats de ces études est néanmoins très faible ; par conséquent nous ne sommes pas certains de savoir si changer la plage horaire des rendez-vous conduit à une réelle augmentation de la durée des consultations, du nombre de celles-ci, des investigations réclamées par le médecin et du nombre de médicaments prescrits. De même, il est difficile d'établir si les patients sont plus satisfaits avec les soins reçus lorsque les rendez-vous durent plus longtemps. Enfin, aucune des études incluses n'a discuté ou mesuré les ressources et moyens nécessaires pour permettre d'allonger les consultations.

Conclusions des auteurs

Il n'existe actuellement pas suffisamment de preuves pour déterminer si modifier la durée des consultations des médecins avec leurs patients apporte ou pas des bénéfices.

Conclusions des auteurs: 

Nous n'avons pas trouvé de preuves nous permettant de soutenir ou de réfuter une politique visant à modifier la durée des consultations des médecins généralistes mais il est possible que ces résultats changent si des essais de haute qualité sont rapportés à l'avenir. De futurs essais portant sur les effets liés à l'état de santé et le rapport coût-efficacité sont encore nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Des études observationnelles ont montré des différences quant à la manière de réaliser des consultations et quant aux aboutissements et résultats de celles-ci entre les médecins traitants réalisant en moyenne des consultations de durées différentes. Néanmoins, ces différences pourraient être dues à une auto-sélection. Cet article est la première mise à jour de la revue originale.

Objectifs: 

Évaluer les effets des interventions visant à modifier la durée des consultations réalisées par les médecins généralistes.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches jusqu'au 4 janvier 2016 dans les bases de données électroniques suivantes : le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, ClinicalTrials.gov, et dans le Système d'enregistrement international des essais cliniques de l'OMS (ICTRP).

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés et les essais contrôlés non-randomisés des interventions visant à modifier la durée des consultations des médecins généralistes.

Recueil et analyse des données: 

Deux des auteurs de la revue ont indépendamment extrait les données et évalué le risque de biais des études incluses à l'aide de critères retenus et ont résolu les désaccords par la discussion. De plus, ceux-ci ont essayé de contacter les auteurs des études primaires qui présentaient des données manquantes. Compte tenu de l'hétérogénéité des études, une méta-analyse n'a pas été réalisée. Enfin, le niveau de certitude des preuves pour les résultats les plus importants a été évalué en utilisant l'approche GRADE et les résultats ont été présentés sous forme de résumé narratif.

Résultats principaux: 

Cinq études réalisées au Royaume-Uni ont rempli les critères d'inclusion. Toutes ont évalué les effets de modifications à court terme du temps de consultation attribué à chaque patient. Globalement, notre confiance dans les résultats était très faible ; la plupart des études présentaient un risque élevé de biais, en particulier en raison d'une assignation non randomisée des participants, de l'absence de données sur les caractéristiques de ceux-ci et de la petite taille des échantillons. Nous ne savons donc pas si la modification de la durée des rendez-vous augmente la durée des consultations en soins primaires, le nombre de consultations et d'investigations, les prescriptions offertes ou la satisfaction du patient car nous nous basons sur des preuves ne permettant qu'un très faible niveau de certitude. De plus, aucune des études n'a rapporté de données portant sur les ressources utilisées pour réussir à modifier la durée des consultations.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Martin Vuillème et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.