Faible dose de dopamine chez les femmes présentant une pré-éclampsie grave

Il n'existe aucune donnée sur l'utilisation d'une faible dose de dopamine chez les femmes présentant une pré-éclampsie grave qui ont une production d'urine très faible.

La pré-éclampsie est une affection apparaissant durant la grossesse qui comporte une hypertension artérielle et la présence de protéines dans l'urine. La plupart des femmes présentant une pré-éclampsie bénigne accouchent sans problème. Toutefois, la pré-éclampsie grave peut entraîner des problèmes majeurs dans le fonctionnement du foie, des reins et de la coagulation sanguine. Certaines femmes ont également une très faible production d'urine, ce qui entraîne des complications supplémentaires. Les médicaments qui aident à augmenter la production d'urine peuvent éventuellement apporter une aide pour ce problème. Une faible dose de dopamine a été proposée comme l'un de ces médicaments, mais la revue n'a trouvé aucun essai concernant une faible dose de dopamine chez les femmes pendant la grossesse qui présentent une pré-éclampsie grave compliquée par une faible production d'urine. Il est suggéré que ce médicament soit d'abord testé chez les femmes non enceintes avec une très faible production d'urine avant qu'il ne soit envisagé pour des essais chez les femmes enceintes, en raison de la possibilité d'effets indésirables graves si la dose est dépassée.

Conclusions des auteurs: 

Il est difficile de savoir si une thérapie par une faible dose de dopamine, chez les femmes atteintes de pré-éclampsie associée à une oligurie, est utile. Elle ne devrait pas être utilisée autrement que dans des essais prospectifs.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les troubles hypertensifs pendant la grossesse constituent des causes importantes de mortalité et de morbidité maternelles dans le monde. Les résultats à long terme chez les mères qui survivent dépendront largement du développement ou non d'une hémorragie intracrânienne ou d'une insuffisance rénale. Une faible dose de dopamine est utilisée pour la prévention et le traitement de l'insuffisance rénale aiguë, mais son rôle dans la prise en charge des femmes enceintes présentant une pré-éclampsie grave n'est pas clairement établi.

Objectifs: 

Évaluer les effets d'une faible dose de dopamine, utilisée pour une oligurie dans la pré-éclampsie grave, chez les mères et leurs enfants.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (mai 2009).

Critères de sélection: 

Les essais randomisés comparant une faible dose de dopamine (doses non supérieures à 5 microgrammes/kg/minute) avec soit un placebo soit l'absence de dopamine chez les femmes atteintes d'une pré-éclampsie grave et d'une insuffisance rénale aiguë, ou qui sont considérées comme présentant un risque de développer une insuffisance rénale aiguë.

Recueil et analyse des données: 

Les deux auteurs de la revue ont évalué la qualité des essais et extrait les données, de manière indépendante.

Résultats principaux: 

Seulement un essai randomisé contrôlé par placebo d'une durée de six heures, portant sur 40 femmes postpartum, a été trouvé. Cette étude a montré une augmentation significative du débit urinaire sur six heures chez les femmes recevant de la dopamine. Il n'a pas été clairement établi que ceci était d'une quelconque utilité pour les femmes.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.