Médicaments visant à réduire la déshydratation des globules rouges chez les personnes atteintes de drépanocytose

Problématique de la revue

Nous avons examiné les données afin d'évaluer les risques et bénéfices relatifs des médicaments destinés à réhydrater les hématies falciformes.

Contexte

La drépanocytose est une maladie héréditaire qui donne aux globules rouges une forme de faucille lorsqu'ils perdent de l'eau. Cela conduit à un risque élevé d'obstruction des vaisseaux sanguins. Ces obstructions peuvent provoquer des douleurs et des accidents vasculaires cérébraux, et endommager des organes. Les traitements récents visent à empêcher les globules rouges de prendre une forme de faucille en les empêchant de perdre de l'eau.

Date des recherches

Les preuves sont à jour au : 08 octobre 2018.

Caractéristiques de l’étude

La revue comprenait trois études portant sur 524 personnes atteintes de drépanocytose et âgées de 12 à 65 ans. L'intervention dans une étude était le sulfate de zinc et dans deux études, le sénicapoc. Chaque étude a été comparée à un groupe placebo (une substance qui ne contient aucun médicament). Pour chaque étude, des personnes ont été sélectionnées au hasard pour l'un ou l'autre traitement. Les études ont duré de trois mois à 18 mois.

Résultats principaux

L'étude sur le sulfate de zinc a montré que ce médicament pourrait réduire le nombre de crises de drépanocytose sans causer d'effets toxiques (preuves de faible qualité). Il y avait 145 participants à cette étude et les résultats ont montré une réduction significative du nombre total de crises graves liées à la drépanocytose sur une période d'un an et demi, soit une différence moyenne de -2,83 (intervalle de confiance à 95 % -3,51 à -2,15) (preuves de qualité moyenne). Cependant, notre analyse était limitée, car toutes les données n'étaient pas rapportées. Les changements apportés aux mesures des globules rouges et aux numérations globulaires n'étaient pas uniformes (données probantes de très faible qualité). Aucun événement indésirable grave n'a été constaté dans l'étude. Les deux études sur le sénicapoc ont démontré que ce médicament augmente la survie du sang rouge et joue un rôle dans la prévention de la déshydratation des globules rouges chez les personnes atteintes de drépanocytose (preuves de très faible qualité). Une dose de médicament plus élevée était plus efficace comparé à la dose plus faible. Mais ces changements dans les globules rouges ne se sont pas traduits par des résultats cliniques positifs en termes de réduction du nombre de crises de drépanocytose (preuves de faible qualité). Le senicapoc avait un profil d'innocuité favorable. Des recherches supplémentaires à plus long terme doivent être réalisées sur ces médicaments, ainsi que d'autres qui pourraient prévenir la perte d'eau des globules rouges.

Étant donné qu'il ne s'agit plus d'un domaine de recherche actif, cette revue ne sera plus mise à jour régulièrement.

Qualité des preuves

La qualité des données probantes variait d'un résultat à l'autre.

Conclusions des auteurs: 

Bien que les résultats du zinc pour la réduction des crises drépanocytaires soient encourageants, des études multicentriques plus vastes et à plus long terme sont nécessaires pour évaluer l'efficacité de ce traitement pour les personnes atteintes de drépanocytose.

Bien que les études de phase II et les études de phase III sur le sénicapoc qui ont été interrompues prématurément aient montré que le médicament améliorait la survie des globules rouges (selon la dose), cela n'a pas entraîné une diminution des crises douloureuses.

Étant donné qu'il ne s'agit plus d'un domaine de recherche actif, cette revue ne sera plus mise à jour régulièrement.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La drépanocytose est un trouble héréditaire de l'hémoglobine entraînant l'apparition de globules rouges anormaux. Ceux-ci sont rigides et peuvent obstruer les vaisseaux sanguins, conduisant à des crises douloureuses aiguës et à d'autres complications. Les recherches récentes se sont concentrées sur les traitements visant à réhydrater les hématies falciformes en réduisant leur perte d'eau et d'ions. On sait peu de choses sur l'efficacité et l'innocuité de tels médicaments. Il s'agit d'une version mise à jour d'une revue déjà publiée.

Objectifs: 

Évaluer les risques et bénéfices relatifs des médicaments destinés à réhydrater les hématies falciformes.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais sur les hémoglobinopathies du groupe Cochrane sur la mucoviscidose et autres maladies génétiques. Nous avons également effectué des recherches dans les registres d'essais en ligne pour les essais en cours (1er juillet 2018).

Dernière recherche dans le Registre des essais sur les hémoglobinopathies du Groupe : 08 octobre 2018.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés de médicaments destinés à réhydrater les hématies falciformes comparés à un placebo ou à un autre traitement.

Recueil et analyse des données: 

Les deux auteurs ont sélectionné les études à inclure, évalué la qualité des études et extrait les données de manière indépendante.

Résultats principaux: 

Sur les 51 études recensées, trois répondaient aux critères d'inclusion, dont 524 personnes atteintes de drépanocytose et âgées de 12 à 65 ans. Une étude a testé l'efficacité du sulfate de zinc par rapport au placebo et les deux autres ont évalué le sénicapoc par rapport au placebo. Aucun décès n'a été observé dans aucune des études (données de faible qualité). L'étude sur le sulfate de zinc a montré une réduction significative des crises douloureuses (sur un total de 145 participants) sur une période d'un an et demi, soit une différence moyenne de -2,83 (intervalle de confiance à 95 % -3,51 à -2,15) (preuves de qualité moyenne). Cependant, l'analyse était restreinte en raison des données statistiques limitées. Les modifications des paramètres des globules rouges et des numérations globulaires n'étaient pas uniformes (données probantes de très faible qualité). Aucun événement indésirable grave n'a été constaté dans l'étude. L'étude de phase II sur l'établissement de la posologie du sénicapoc (un bloqueur du canal Gardos) par rapport au placebo a montré que le sénicapoc à dose élevée présentait une amélioration significative du taux d'hémoglobine, du nombre et de la proportion de globules rouges denses, du nombre et des indices de globules rouges et de la valeur hématocrite (preuves de très mauvaise qualité). Les résultats avec une faible dose de senicapoc ont été semblables à ceux du groupe sous forte dose de senicapoc, mais d'une ampleur inférieure. Il n'y avait pas de différence dans la fréquence des crises douloureuses entre les trois groupes (données de faible qualité). Une étude ultérieure de phase III portant sur le senicapoc a été interrompue précocement, car aucune différence n’a été observée entre les groupes de traitement et les groupes témoins concernant le critère de jugement principal des crises douloureuses.

Notes de traduction: 

Traduction révisée par Aïda Bafeta pour Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.