Comparaison des contraceptifs oraux à deux phases et à trois phases

Les effets secondaires des pilules contraceptives peuvent empêcher les femmes de les utiliser comme prévu. Les tentatives visant à réduire les effets secondaires ont débouché sur le développement de la pilule triphasique dans les années 1980. Les pilules à phases délivrent des quantités différentes d’hormones pendant trois semaines. Nous ignorons si les pilules triphasiques permettent de réduire le taux de grossesses par rapport aux pilules biphasiques. On ignore également si elles permettent un meilleur contrôle du cycle ou causent moins d’effets secondaires. La présente revue visait à déterminer si les pilules biphasiques étaient aussi efficaces que les triphasiques. Nous avons également cherché à savoir si elles provoquaient moins d’effets secondaires.

Nous avons effectué une recherche informatisée d’études comparant les pilules contraceptives à biphasiques et triphasiques. Nous avons également écrit aux chercheurs et aux fabricants pour obtenir d’autres essais. Nous avons inclus des essais randomisés dans n’importe quelle langue.

Nous n’avons trouvé que deux essais comparant les pilules contraceptives biphasiques et triphasiques. Les méthodes employées dans ces études n’étaient pas bonnes, et les auteurs ne les décrivaient pas intégralement. De nombreuses femmes ont abandonné ces études, ce qui affecte les conclusions que l’on pourrait tirer des résultats. Une étude comparait deux types de pilules biphasiques à une pilule triphasique. Les pilules ne présentaient pas de différences majeures, y compris par le nombre de femmes ayant arrêté cette méthode contraceptive à cause de problèmes de santé. L'autre essai comparait une pilule biphasique à deux pilules triphasiques différentes. La pilule triphasique donnait un profil de saignements plus défavorable que l’autre pilule triphasique contenant une hormone différente (lévonorgestrel). En revanche, les saignements avec la pilule biphasique étaient similaires à ceux de la pilule triphasique contenant la même hormone (noréthindrone). Le type d'hormone pourrait être plus important que les phases pour le contrôle du cycle.

Ces essais n'ont pas fourni suffisamment de preuves pour affirmer que les pilules triphasiques sont plus efficaces que les pilules biphasiques en termes de contraception, de profils de saignements ou de la poursuite de la contraception orale. De plus amples recherches seraient nécessaire pour déterminer si les pilules triphasiques ont donné de meilleurs résultats que les pilules biphasiques. Les pilules biphasiques ne sont cependant pas suffisamment employées pour justifier des recherches plus approfondies.

Conclusions des auteurs: 

Les preuves disponibles sont limitées et la validité interne de ces essais est discutable. Compte tenu du nombre important de femmes perdues de vue au cours du suivi, on peut même considérer que ces études sont en réalité des rapports d’observation. Sous cette réserve, la pilule biphasique contenant de la noréthindrone est associée à un moins bon contrôle du cycle que la pilule triphasique contenant du lévonorgestrel. Le choix du progestatif est peut-être plus important que la posologie en ce qui concerne les saignements.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les effets secondaires provoqués par les contraceptifs oraux rendent difficiles le suivi et l’observance du traitement. L'augmentation des métrorragies est un inconvénient évoqué des pilules contraceptives orales (CO) biphasiques par rapport aux pilules triphasiques. Nous avons mené cette revue systématique afin d'examiner ce possible inconvénient.

Objectifs: 

Comparer les contraceptifs oraux biphasiques et triphasiques en termes d'efficacité, de contrôle du cycle et d'abandon dû à des effets secondaires.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué notre recherche dans MEDLINE, POPLINE, LILACS et CENTRAL, ainsi que dans les bases de données d'essais cliniques (ClinicalTrials.gouv et ICTRP). Les listes bibliographiques des articles et des chapitres de livres pertinents ont également fait l'objet d'une recherche. Les auteurs des essais pertinents et des entreprises pharmaceutiques ont également été contactés.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés comparant tout CO biphasique à tout CO triphasique utilisé en prévention de la grossesse.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons examiné les études recensées au cours des différentes recherches en vue de leur inclusion et évalué leur qualité méthodologique. Nous avons contacté les auteurs de toutes les études incluses et des études qui pouvaient être randomisées afin d'obtenir des informations sur les méthodes et les critères d’évaluation. Nous avons saisi les données dans le logiciel RevMan. Nous avons calculé les rapports de cotes Peto des cas d'abandon pour raisons médicales, des saignements intermenstruels et des absences de règles de privation.

Résultats principaux: 

Seuls deux essais de qualité médiocre remplissaient nos critères d'inclusion. L’une de ces études comparait deux pilules biphasiques à une pilule triphasique, chacune contenant du lévonorgestrel et de l'éthinylestradiol. Aucune différence significative n'a été observée et la fréquence d'abandon due à des problèmes médicaux était identique pour les trois pilules. L'autre essai comparait une pilule biphasique contenant de la noréthindrone (Ortho 10/11) à une pilule triphasique contenant du lévonorgestrel (Triphasil) et à une autre pilule triphasique contenant de la noréthindrone (Ortho 7/7/7). La pilule biphasique contrôlait moins bien le cycle que la pilule triphasique au lévonorgestrel. Le rapport de cotes des cycles avec métrorragies était de 1,70 (intervalle de confiance [IC] à 95 % entre 1,29 et 2,24) pour la biphasique comparée à la pilule triphasique contenant du lévonorgestrel. Le rapport de cotes des cycles sans règles de privation était de 6,48 (IC à 95 % entre 3,13 et 13,39). En revanche, le contrôle du cycle avec la pilule biphasique était comparable à celui de la pilule triphasique contenant le même progestatif (noréthindrone).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.