L'érythropoïétine peut aider les personnes souffrant d'insuffisance rénale et de symptômes d'anémie et qui ne sont pas encore sous dialyse.

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

L'anémie (faible nombre d'érythrocytes) est une complication courante lors de l'insuffisance rénale. L'anémie est à l'origine de fatigue et de certains problèmes associés à l'insuffisance rénale. L'érythropoïétine fabriquée (une hormone qui augmente la production d'érythrocytes) améliore ces problèmes ; elle est utilisée pour les personnes sous dialyse (traitement avec un rein artificiel). La revue des essais a découvert qu'elle peut également réduire l'anémie des personnes souffrant d'insuffisance rénale et n'étant pas encore sous dialyse. On ignore si l'utilisation d'érythropoïétine peut retarder la nécessité de dialyse.

Conclusions des auteurs: 

Le traitement au moyen de la rHu EPO chez les patients en prédialyse corrige l'anémie, évite le besoin de transfusions sanguines et améliore la qualité de la vie et la capacité de faire de l'exercice. Il n'a pas été possible d'évaluer les effets de la rHu EPO sur la progression de l'insuffisance rénale, le retardement du début de la dialyse ou les événements indésirables. Par conséquent, sur la base des preuves actuelles, il convient de décider avec prudence si les bénéfices supposés en termes de qualité de la vie valent les coûts supplémentaires générés par l'utilisation de la rHu EPO en prédialyse.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Il a été démontré que le traitement par érythropoïétine recombinante humaine (rHu EPO) chez les patients en dialyse est hautement efficace en termes de correction de l'anémie et d'amélioration de la qualité de la vie. Il existe un débat au sujet des bénéfices de l'utilisation de la rHu EPO chez les patients en prédialyse : elle pourrait accélérer la détérioration de la fonction rénale. Cependant, le point de vue opposé est que si la rHu EPO est si efficace chez les patients en prédialyse pour améliorer leur sensation de bien-être, elle pourrait ainsi retarder le début de la dialyse.

Objectifs: 

Évaluer les effets de l'utilisation de rHu EPO chez les patients en prédialyse et souffrant d'anémie rénale.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons contacté le coordinateur de recherche d'essais du groupe Cochrane sur le rein pour effectuer des recherches dans ce registre spécialisé (jusqu'à janvier 2014) en utilisant des termes de recherche pertinents pour cette revue.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) ou quasi-ECR comparant l'utilisation de la rHu EPO avec l'absence de traitement ou avec un placebo chez les patients en prédialyse.

Recueil et analyse des données: 

Seules les données publiées ont été utilisées. L'évaluation de la qualité a été effectuée de façon indépendante par deux relecteurs. Les données ont été résumées par un seul auteur au moyen d'un formulaire standard et un échantillon de ces données a été vérifié par un autre auteur. Les résultats ont été exprimés sous forme de risque relatif (RR) ou de différence moyenne (DM) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %.

Résultats principaux: 

Quinze essais (461 participants) ont été inclus. Il y avait une amélioration marquée de l'hémoglobine (DM 1,82 g/dL, IC à 95 % entre 1,35 et 2,28) et de l'hématocrite (DM de 9,85 %, IC à 95 % entre 8,35 et 11,34) avec le traitement et une diminution du nombre de patients nécessitant des transfusions sanguines (RR 0,32, IC à 95 % entre 0,12 et 0,83). Les données des études concernant la qualité de la vie et la capacité de faire de l'exercice démontraient une amélioration dans le groupe suivant le traitement. La plupart des mesures de progression de l'insuffisance rénale n'ont pas révélé de différence statistique significative. En ce qui concerne les événements indésirables, aucune augmentation n'a été observée.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.