L'utilisation de préservatifs réduit de manière systématique la transmission sexuelle de l'infection par le VIH

Les rapports sexuels et le contact avec des produits sanguins contaminés (ex. : l'injection de drogue par voie intraveineuse) comptent pour la majorité des infections par le VIH. Le port de préservatifs lors des rapports sexuels a été promu afin de réduire l'infection et la propagation des infections sexuellement transmissibles (IST) telles que le VIH. La revue des études a observé que les préservatifs, utilisés de manière systématique, réduisaient de manière substantielle l'infection par le VIH mais n'éliminaient pas entièrement le risque d'infection.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue indique que l'utilisation systématique de préservatifs conduit à une réduction de 80 % de l'incidence du VIH. L'utilisation systématique est définie par l'usage de préservatifs pour tout acte de pénétration vaginale. Puisque les études utilisées dans cette revue ne comportaient pas de rapport sur l'usage correct, c'est-à-dire si les préservatifs étaient utilisés de manière correcte et parfaite pour chaque rapport sexuel, l'efficacité réelle est estimée, par opposition à l’efficacité potentielle. De plus, cette estimation se réfère en général au préservatif masculin et non spécifiquement sur le préservatif en latex, puisque les études ne spécifiaient généralement pas non plus le type de préservatif utilisé. Ainsi, l'efficacité du préservatif est similaire, bien qu'inférieure, à celle de la contraception.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La quantité de protection qu'offrent les préservatifs contre le VIH et autres infections sexuellement transmissibles est inconnue. Des études de cohorte portant sur des couples sérodiscordants et sexuellement actifs avec un suivi du partenaire séronégatif offrent une situation où l’on sait que le partenaire séronégatif est exposé à la maladie et où l'incidence de la maladie peut être estimée. Lorsque des individus utilisent des préservatifs et d'autres n'en utilisent pas, en l'occurrence certains individus utilisent des préservatifs à 100 % alors que d'autres n'en utilisent jamais (0 %), l'efficacité du préservatif peut être estimée en comparant les deux taux d'incidence. L'efficacité du préservatif représente la réduction proportionnelle de la maladie liée à l'utilisation de préservatifs.

Objectifs: 

L'objectif de cette revue est d'estimer l'efficacité du préservatif dans la réduction de la transmission du VIH chez les hétérosexuels.

La stratégie de recherche documentaire: 

Des études ont été identifiées à l'aide de bases de données électroniques (AIDSLINE, CINAHL, Embase et MEDLINE) et des listes bibliographiques recherchées manuellement.

Critères de sélection: 

Afin d'être incluses, les études devaient comporter : (1) des données concernant des couples hétérosexuels sérodiscordants sexuellement actifs, (2) une conception d'étude longitudinale, (3) l'état du VIH déterminé par la sérologie et (4) contenir des informations relatives à l'usage de préservatifs sur une cohorte d'utilisateurs systématiques de préservatifs (100 %) ou de non-utilisateurs (0 %) de préservatifs.

Recueil et analyse des données: 

Les études identifiées à l'aide de la stratégie de recherche documentaire décrite ci-dessus et remplissant les critères d'inclusion ont été évaluées pour une inclusion dans l'analyse. Les tailles d'échantillons, nombres de séroconversions et années d'exposition sans contamination par personne ont été enregistrés pour chaque cohorte. Si disponibles, le sens de transmission au sein de la cohorte (homme vers femme, femme vers homme), la date de recrutement de l'étude, la source de l'infection dans le cas de référence et la présence d'autres MST ont été enregistrés. Les rapports en double portant sur la même cohorte et les mêmes études contenant des informations incomplètes ou non spécifiques ont été exclus. L'incidence du VIH a été estimée à partir des cohortes d'utilisateurs systématiques et pour les cohortes de non-utilisateurs. L'efficacité a été estimée à partir de ces deux estimations d'incidence.

Résultats principaux: 

Sur les 4 709 références initialement identifiées, 14 essais ont été inclus dans l'analyse finale. 13 cohortes d'utilisateurs systématiques ont permis de constater une estimation homogène de l'incidence du VIH de 1,14 [IC à 95 % : entre 0,56, et 2,04] pour 100 personne-années. Il y avait 10 cohortes de non-utilisateurs qui ont semblé être hétérogènes. Les études comportant le suivi le plus long, consistant principalement d'études de partenaires hémophiles et de patients de transfusion, ont permis de constater une estimation de l'incidence du VIH de 5,75 [IC à 95 % : entre 3,16, et 9,66] pour 100 personne-années. L'efficacité globale, la réduction proportionnelle de la séroconversion au VIH avec l'utilisation de préservatifs, est approximativement de 80 %.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.