Traitements qui inhibent ou modifient le système immunitaire pour la neuropathie motrice multifocale

Objectif de la revue

Nous avons examiné les éléments de preuve sur les avantages et les inconvénients de traitements qui inhibent ou modifient le système immunitaire dans la neuropathie motrice multifocale (NMM).

Contexte

La NMM est une affection rare provoquant une faiblesse progressive des membres, en particulier des mains et des bras. On pense que ce trouble est dû à un processus immunitaire. Le traitement classique est une perfusion d'immunoglobuline (anticorps purifiés à partir du sang) dans une veine (IgIV). Cela est onéreux, nécessite d'être répété à quelques semaines d'intervalle et n'est pas toujours totalement efficace. Les médicaments immunosuppresseurs (médicaments qui inhibent les réponses immunitaires), tels que le cyclophosphamide, l'azathioprine, la cyclosporine, l'interféron bêta-1a, le mycophénolate mofétil et le rituximab ont été essayés en tant que traitements initiaux ou d'appoint. 

Caractéristiques de l'étude

Seul un essai contrôlé randomisé (ECR), portant sur un médicament appelé le mycophénolate mofétil, a été trouvé. L'essai portait sur 28 personnes atteintes de NMM.

Résultats principaux et qualité des preuves

L'essai a fourni des preuves de qualité modérée indiquant que le mycophénolate mofétil, utilisé avec l'IgIV, n'a pas réduit la nécessité d'IgIV ni amélioré la force musculaire des participants atteints de NMM. Aucun effet secondaire grave n'a été observé. Le risque de biais était faible dans cette étude. De nouveaux ECR portant sur d'autres médicaments immunosuppresseurs sont nécessaires pour identifier des traitements bénéfiques pour la NMM.

Les preuves sont à jour jusqu'à septembre 2014.

Conclusions des auteurs: 

D'après des preuves de qualité modérée, le mycophénolate mofétil n'a pas produit de bénéfice significatif en termes de réduction de la nécessité d'immunoglobuline en intraveineuse ni amélioré la force musculaire dans la neuropathie motrice multifocale. Des essais portant sur d'autres immunosuppresseurs doivent être réalisés.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La neuropathie motrice multifocale (NMM) se caractérise par une faiblesse des membres asymétrique, progressive, principalement distale, et des blocages partiels, généralement multiples, de la conduction nerveuse motrice. L'immunoglobuline en intraveineuse (IgIV) est bénéfique, mais le rôle des agents immunosuppresseurs est incertain. Ceci est une mise à jour d'une revue publiée pour la première fois en 2002 et précédemment mise à jour en 2003, 2005, 2008 et 2011.

Objectifs: 

Évaluer les effets des agents immunosuppresseurs dans le traitement de la neuropathie motrice multifocale.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le 22 septembre 2014, nous avons recherché des essais sur la NMM dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les affections neuro-musculaires, CENTRAL, MEDLINE, EMBASE et LILACS. Nous avons également consulté deux registres d'essais cliniques pour identifier des études en cours.

Critères de sélection: 

Nous prévoyions d'inclure les essais contrôlés randomisés (ECR) et les quasi-ECR. Nous avons pris en compte les séries de cas et études de cas prospectives et rétrospectives dans la Discussion.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont effectué une recherche dans les titres et les résumés des articles identifiés et extrait les données de façon indépendante.

Résultats principaux: 

Seul un ECR portant sur un agent immunosuppresseur ou immunomodulateur a été réalisé concernant la NMM. Cette étude randomisait 28 participants et a montré que le mycophénolate mofétil, lorsqu'il était utilisé avec l'IgIV, n'améliorait pas significativement la force, la fonction et ne réduisait pas la nécessité d'IgIV. Aucun effet indésirable grave n'a été observé. L'étude a été considérée comme présentant un faible risque de biais. Nous avons résumé les résultats des séries de cas rétrospectives et prospectives dans la discussion.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.