Les méthodes médicamenteuses d'interruption précoce de la grossesse sont efficaces et sans risque.

Il existe plusieurs techniques chirurgicales d'interruption précoce de la grossesse (avortement au cours du premier trimestre). Plusieurs médicaments peuvent également être prescrits, seuls ou en association, pour interrompre une grossesse à ses débuts. Cette interruption, appelée avortement médicamenteux, fait appel à des hormones : prostaglandines et/ou mifépristone (ou antiprogestérone, souvent appelée RU486), et/ou au méthotrexate. D'après la revue des essais, les méthodes médicamenteuses d'avortement en début de grossesse peuvent être efficaces et sans risque ; leur efficacité est surtout démontrée pour la combinaison de la mifépristone et du misoprostol (une prostaglandine). Presque tous les essais se sont déroulés dans des hôpitaux bien équipés, avec une visite de contrôle ultérieure.

Conclusions des auteurs: 

Les résultats proviennent de séries relativement restreintes. La prostaglandine administrée seule semble être moins efficace et plus douloureuse que l'avortement chirurgical au cours du premier trimestre. Cependant, il n'existe pas de preuves suffisantes pour commenter l'acceptabilité et les effets secondaires des avortements médicamenteux par rapport aux avortements chirurgicaux au cours du premier trimestre. D'autres essais sont nécessaires afin d’évaluer avec davantage de certitude l'efficacité des méthodes actuellement utilisées et les préférences des femmes.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les avortements provoqués sont des interventions couramment pratiquées dans le monde entier. De nombreuses méthodes d'avortement médicamenteux ont été introduites au cours des dix dernières années, en complément des méthodes chirurgicales existantes. Dans cette revue, nous avons systématiquement recherché et associé toutes les preuves fournies par des essais contrôlés randomisés comparant les avortements médicamenteux aux avortements chirurgicaux.

Objectifs: 

Évaluer les méthodes médicamenteuses par rapport aux méthodes chirurgicales pour l’interruption de grossesse au cours du premier trimestre en termes d'efficacité, d’effets secondaires et d'acceptabilité.

Stratégie de recherche documentaire: 

Le registre Cochrane des essais contrôlés, ainsi que MEDLINE (selon la stratégie de recherche Cochrane en 3 étapes ; 1966-2000) et Popline (1970-2000), ont été systématiquement consultés. Nous n'avons privilégié aucune langue dans notre recherche. Les listes bibliographiques des articles identifiés ont fait l'objet d'une recherche. Des experts de l'OMS/HRP ont été contactés.

Critères de sélection: 

Essais randomisés comparant toute méthode d'avortement chirurgical à une méthode d'avortement médicamenteux au cours du premier trimestre.

Recueil et analyse des données: 

La qualité des essais a été évaluée et les données ont été extraites indépendamment par deux réviseurs.

Résultats principaux: 

Sept études comparant 4 interventions différentes (prostaglandine seule, mifépristone seule, mifépristone/misoprostol et méthotrexate/misoprostol par rapport à l'aspiration intra-utérine), portant pour la plupart sur des échantillons de petite taille, ont été incluses. Les résultats sont parfois basés sur un seul essai.
Prostaglandines contre aspiration intra-utérine : le taux d'avortements non réalisés avec la méthode choisie était statistiquement plus élevé dans le groupe des prostaglandines (2,7, IC à 95 % entre 1,1 et 6,8) par rapport à la chirurgie. Aucune donnée de comparaison n’était disponible pour inclusion dans notre revue entre la méthode d'avortement médicamenteux la plus courante (mifépristone/misoprostol) et l’avortement chirurgical.
La durée des saignements était plus longue dans les groupes d'avortement médicamenteux que dans les groupes d'aspiration intra-utérine. Une seule complication a été observée (perforation utérine) dans le groupe chirurgie d’un essai. Aucune différence n'a été observée entre les groupes pour les grossesses en cours lors du contrôle ou les infections pelviennes. Aucune donnée n'est disponible pour inclusion dans la revue sur l'acceptabilité, les effets secondaires ou la satisfaction des femmes vis-à-vis de la procédure.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.