La neuro-réflexothérapie pour la lombalgie non spécifique

La neuro-réflexothérapie, dispensée dans des cliniques spécialisées en Espagne, semble réduire la douleur et l'invalidité chez les patients souffrant de lombalgie chronique non spécifique.

Les cliniciens utilisent un large éventail de traitements dans le cadre de la prise en charge de la lombalgie. Il n'y a souvent que peu d'indications scientifiques qu'ils marchent ou qu'ils puissent être utiles pour une population plus large. Dans cette revue, la neuro-réflexothérapie a obtenu de meilleurs résultats que le placebo et que les soins standard. Toutefois, jusqu'à ce que la recherche parvienne à reproduire ces résultats dans des contextes différents, il n'existe aucune preuve solide que cela fonctionne aussi bien en dehors des cliniques spécialisées en Espagne.

Conclusions des auteurs: 

La NRT semble être une intervention sûre et efficace pour le traitement de la lombalgie chronique non spécifique. L'efficacité est moins claire pour la lombalgie subaiguë. Toutefois, ces résultats sont limités à trois essais réalisés par un petit nombre de cliniciens spécifiquement formés et expérimentés, dans une zone géographique limitée. Aucune donnée n'est disponible sur la facilité et le temps nécessaire pour atteindre ce niveau d'expertise. Avant qu'une plus large utilisation puisse être recommandée, les effets rapportés dans cette revue devront être reproduits ailleurs par d'autres praticiens dans le cadre d'ECR.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Parmi le large éventail d'options thérapeutiques proposées pour la prise en charge de la lombalgie, une technique moins répandue venant d'Espagne, la neuro-réflexothérapie (NRT), permettrait d'obtenir de très bons résultats, principalement chez les patients souffrant de lombalgie.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité de la NRT pour le traitement de la lombalgie non spécifique chez l'adulte entre 16 et 65 ans. Un objectif secondaire était de comparer la NRT à d'autres interventions conventionnelles.

La stratégie de recherche documentaire: 

En juillet 2009, nous avons fait une mise à jour en recherchant dans Central (numéro 3, 2009), MEDLINE et EMBASE. Aucun nouvel essai n'a été identifié.

Critères de sélection: 

N'ont été inclus que des essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur la NRT dans le traitement des patients ayant un diagnostic clinique de lombalgie non spécifique.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont, de manière indépendante, sélectionné des essais et extrait des données au moyen de formulaires conçus à cet effet. Les critères de jugement n'ayant pas été évalués de manière homogène, il n'a pas été possible de regrouper les résultats pour obtenir une estimation de l'effet global comme cela avait été initialement prévu.

Résultats principaux: 

Trois ECR ont été inclus, avec un total de 125 sujets randomisés dans les groupes témoins et 148 sujets bénéficiant de la NRT active. La neuro-réflexothérapie était identique dans les trois essais, mais les groupes témoins avaient reçu une NRT fictive dans deux essais et des soins standard dans un autre. Deux essais portaient sur des patients lombalgiques chroniques et dans la population du troisième se mélangeaient lombalgie chronique et lombalgie subaiguë. Les résultats cliniques avaient été mesurés sur le court terme (de 15 à 60 jours) dans les trois essais ; dans un essai, l'utilisation des ressources a été mesurée après un an. Les personnes ayant bénéficié d'une NRT active obtenaient des résultats significativement meilleurs que ceux des groupes témoins pour les mesures de la douleur, du degré de mobilité, de l'invalidité, de l'utilisation de médicaments, de la consommation de ressources et des coûts. Aucune différence significative n'avait été observée pour les mesures de la qualité de vie. Des effets secondaires avaient été plus fréquemment rapportés, sur le court terme, dans les groupes témoins et aucun effet secondaire majeur n'avait été signalé par ceux bénéficiant d'une NRT active.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.