Bêta-bloquants cardiosélectifs et maladie réversible des voies respiratoires

Les bêta-bloquants réduisent la mortalité chez les patients souffrant d’hypertension artérielle, d’insuffisance respiratoire et de maladie coronarienne. Traditionnellement, ils n’ont pas été administrés aux patients ayant une maladie réversible des voies respiratoires (asthme ou broncho-pneumopathie chronique obstructive comportant une composante obstructive réversible) par crainte des effets respiratoires indésirables. Cette revue d’essais contrôlés randomisés, qui ont évalué l’utilisation de bêta-bloquants cardiosélectifs chez les patients souffrant d’une maladie réversible des voies respiratoires, n’a fait état d’aucune augmentation des effets respiratoires indésirables. Les données disponibles semblent indiquer qu'il n'y a aucun risque à prescrire ces médicaments aux personnes présentant une maladie réversible des voies respiratoires.

Conclusions des auteurs: 

Les bêta-bloquants cardiosélectifs administrés en cas de maladie réversible légère à modérée des voies respiratoires ou de BPCO n’ont pas entraîné d’effets respiratoires indésirables. Étant donné leur bénéfice avéré dans des affections telles que l’insuffisance cardiaque, les arythmies cardiaques et l’hypertension, ces produits ne doivent pas être refusés à ces patients. L’innocuité à long terme doit encore être établie.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le traitement par bêta-bloquants présente un bénéfice pour la mortalité chez les patients souffrant d'hypertension artérielle, d'insuffisance cardiaque et de maladie coronarienne ainsi que pendant la période péri-opératoire. Ces médicaments ont été traditionnellement considérés comme étant contre-indiqués chez les patients ayant une maladie réversible des voies respiratoires.

Objectifs: 

Évaluer l’effet des bêta-bloquants cardiosélectifs chez les patients souffrant d'asthme ou de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO).

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre du groupe Cochrane sur les voies respiratoires jusqu’en juin 2011. Nous avons vérifié les références bibliographiques des rapports sur les essais et des articles de revue.

Critères de sélection: 

Essais randomisés, en aveugle, contrôlés par placebo portant sur les effets des bêta-bloquants cardiosélectifs en dose unique ou en traitement continu chez des patients souffrant d'une maladie réversible des voies respiratoires.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont extrait de façon indépendante les données des articles sélectionnés en résolvant les discordances par consensus. Nous avons divisé les bêta-bloquants en deux catégories : ceux ayant une activité sympathomimétique intrinsèque (ASI) et ceux n'en ayant pas. Les interventions étaient les suivantes : administration d’un bêta-bloquant en dose unique ou en continu et réponse à un bêta-2 agoniste administré après le médicament de l’étude.

Résultats principaux: 

Dix-neuf études sur le traitement en dose unique et 10 études sur le traitement continu ont satisfait les critères d’inclusion. Le bêta-bloquant cardiosélectif en dose unique a entraîné une réduction de 7,46 % (intervalle de confiance (IC) à 95 % 5,59 à 9,32) du volume expiratoire maximal en une seconde (VEMS), mais a augmenté le VEMS de 4,63 % (IC à 95 % 2,47 à 6,78) en association avec un bêta-2 agoniste par comparaison à un placebo. Un traitement d’une durée de trois à 28 jours n’a entraîné aucune modification du VEMS (différence moyenne (DM) -0,42 % modification après l’inclusion ; IC à 95 % -3,74 à 2,91), des symptômes ou de l’utilisation de l’inhalateur tout en maintenant une réponse de 8,74 % (IC à 95 % 1,96 à 15,52) au bêta-2 agoniste. Aucune modification significative n’a été montrée quant à l’effet du traitement sur le VEMS chez les patients souffrant de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) : traitement en dose unique (DM -5,28 % ; IC à 95 % -10,03 à -0,54) ; traitement continu (DM 1,07 % ; IC à 95 % -3,30 à 5,44).

Le traitement continu n’a produit aucune différence significative sur le VEMS pour les bêta-bloquants sans ASI par comparaison à ceux avec ASI : -3,22 % (IC à 95 % -7,79 à 1,36) contre 2,72 % (IC à 95 % -2,12 à 7,57). Les bêta-bloquants sans ASI ont entraîné une augmentation de 12,0 % du VEMS après administration du bêta-2 agoniste par comparaison à un placebo (IC à 95 % 4,12 à 19,87) tandis que les bêta-bloquants avec ASI n'ont entraîné aucune modification par comparaison avec un placebo (DM -0,60 % ; IC à 95 % -13,93 à 12,73). Ces résultats ont été obtenus dans un petit nombre d’études incluant peu de patients. La différence n’était pas significative.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.