Thérapie électromagnétique pour le traitement de plaies de pression

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Les plaies de pression (aussi appelées plaies de lit, plaies de décubitus ou escarres) sont des plaies cutanées causées par la pression ou le frottement. Elles affectent habituellement les personnes immobiles sur les parties osseuses de leur corps telles que les hanches, les talons et les coudes, et leur cicatrisation est très longue. La thérapie électromagnétique n'est pas une forme de rayonnement ou de réchauffement : elle utilise un champ électromagnétique afin de stimuler la cicatrisation. La revue d'essais a toutefois conclu qu'il n'y a pas de preuve solide que la thérapie électromagnétique facilite ou entrave la guérison des plaies de pression.

Conclusions des auteurs: 

Les résultats ne fournissent aucune preuve solide du bénéfice qu'il y aurait à utiliser la TEM pour traiter les plaies de pression. Cependant, la possibilité d'un effet bénéfique ou nuisible ne peut pas être écartée puisqu'il n'y avait que deux essais inclus, tous deux avec des limitations méthodologiques et de petits effectifs. Des recherches supplémentaires s'imposent.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les plaies de pression sont des zones « d'endommagement localisé de la peau et du tissu sous-jacent causé par la pression, le cisaillement, la friction et/ou la combinaison de ceux-ci ». La thérapie électromagnétique (TEM), dans laquelle des électrodes produisent un champ électromagnétique à travers la plaie, est susceptible d'améliorer la cicatrisation des plaies chroniques telles que les plaies de pression.

Objectifs: 

Évaluer les effets de la TEM sur la guérison des plaies de pression.

La stratégie de recherche documentaire: 

Pour cette mise à jour, nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les plaies et contusions (le 12 juillet 2012), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2012, numéro 7), Ovid MEDLINE (de 2010 à la 1ère semaine de juillet 2012), Ovid MEDLINE (In-Process & Other Non-Indexed Citations, 11 juillet 2012), Ovid EMBASE (de 2010 à la 27ème semaine de 2012) et EBSCO CINAHL (de 2010 au 6 juillet 2012).

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés comparant la TEM à une TEM simulée ou à un autre traitement (standard).

Recueil et analyse des données: 

Pour cette mise à jour deux auteurs ont indépendamment examiné les résultats de la recherche pour identifier les ECR pertinents et ont obtenu les rapports complets des études potentiellement éligibles. Dans les versions précédentes de la revue nous avions essayé d'obtenir des données manquantes en contactant des auteurs d'études. Un deuxième auteur de la revue a vérifié l'extraction des données et les désaccords ont été résolus par la discussion entre les auteurs de la revue.

Résultats principaux: 

Nous n'avons identifié aucun nouvel essai pour cette mise à jour. Deux essais contrôlés randomisés (ECR), impliquant 60 participants, à risque incertain de biais avaient été inclus dans la revue originale. Les deux essais avaient comparé l'utilisation de la TEM à une TEM simulée, bien qu'un des essais comprenait un troisième groupe dans lequel n'avait été appliqué qu'un traitement standard. Aucune étude n'avait constaté de différence statistiquement significative au niveau de la guérison complète chez les personnes traitées par TEM en comparaison avec celles du groupe témoin. Dans un essai ayant évalué la réduction en pourcentage de la surface de la plaie, il avait été rendu compte que la différence entre les deux groupes était statistiquement significative en faveur de la TEM Cependant, ce résultat doit être interprété avec prudence car il s'agit d'une petite étude et ce résultat peut être dû au hasard. En outre, le critère de résultat, la réduction en pourcentage de la surface de la plaie, est moins cliniquement significatif que la guérison complète.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.