Ventilation en pression positive nocturne non invasive pour le traitement de la bronchopneumopathie chronique obstructive stable

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Cette revue évaluait les bénéfices de la VPPNI (ventilation en pression positive non invasive) nocturne chez les patients atteints de BPCO en termes de fonction pulmonaire, gaz du sang, test de marche pendant 6 minutes (6MWD), dyspnée (pendant les activités quotidiennes), état de santé (mesures de la qualité de vie liée à la santé), efficacité du sommeil et fonction musculaire respiratoire.

La VPPNI nocturne pendant au moins trois mois chez des patients atteints de BPCO présentant des niveaux de gaz carbonique élevés n'avait pas d'effet cliniquement ou statistiquement significatif sur la fonction pulmonaire, l'échange gazeux, la force musculaire respiratoire ou l'efficacité du sommeil. La limite supérieure de l'intervalle de confiance pour le 6MWD suggérait que certains patients pouvaient améliorer leur distance de marche. Néanmoins, l'effectif globalement réduit ne permettait pas de tirer de conclusions définitives concernant les effets de la VPPNI dans la BPCO.

Conclusions des auteurs: 

La VPPNI nocturne pendant au moins trois mois chez les patients hypercapniques présentant une BPCO stable n'avait pas d'effet cliniquement ou statistiquement significatif constant sur la fonction pulmonaire, l'échange gazeux, la force musculaire respiratoire, l'efficacité du sommeil ou la tolérance à l'exercice. Néanmoins, les effectifs réduits de ces études ne permettaient pas de tirer de conclusions définitives concernant les effets de la VPPNI dans la BPCO.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La ventilation en pression positive non invasive (VPPNI) nocturne peut apporter des bénéfices aux patients hypercapniques stables atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). Les preuves sont cependant équivoques car les résultats publiés sont contradictoires.

Objectifs: 

Déterminer les effets de la ventilation en pression positive non invasive nocturne administrée par masque nasal ou facial chez les patients atteints de BPCO.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche initiale dans le registre des essais sur la BPCO du groupe Cochrane sur les voies respiratoires en utilisant les termes de recherche suivants : (ventilat* nasale OU pression positive OU VPPNI). Nous avons également effectué une recherche manuelle dans les actes de conférence de l'American Thoracic Society, la British Thoracic Society et la European Respiratory Society.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés portant sur des patients stables atteints de BPCO et comparant une ventilation en pression positive non invasive nocturne + traitement standard au traitement standard seul.

Recueil et analyse des données: 

Deux évaluateurs ont extrait les données de manière indépendante.

Résultats principaux: 

Le seul critère de jugement pour lequel l'intervalle de confiance à 95 % excluait la valeur zéro était la pression inspiratoire maximale (PiMax). L'intervalle de confiance (IC) à 95 % pour les autres critères de jugement incluait la valeur zéro. Ces critères incluaient le volume expiratoire maximal en une seconde (VEMS), la capacité vitale forcée (CVF), la pression partielle artérielle en CO2 (PaCO2), l'efficacité du sommeil et le test de marche pendant 6 minutes (6MWT). L'effet moyen sur le 6MWD était modeste (27,5 m), mais les IC à 95 % étaient larges (-28,1 à 81,8 m), ce qui suggérait une amélioration importante chez certains patients. Ces patients ne pouvaient pas être identifiés a priori.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.