Prostaglandine par intraveineuse dans le déclenchement du travail

Le déclenchement du travail par l'administration de prostaglandine par intraveineuse est efficace, mais présente des effets indésirables. Cette intervention est fréquente lorsque la poursuite d'une grossesse présente des risques accrus pour la mère ou son bébé à naître. Les prostaglandines, sécrétées naturellement par l'organisme, permettent d'étirer le col de l'utérus et de stimuler les contractions. La présente revue a permis de déterminer que l'administration de prostaglandines par intraveineuse au cours du troisième trimestre de grossesse est efficace pour déclencher le travail, mais leur coût est plus onéreux et leurs effets indésirables plus nombreux par rapport à l'ocytocine (une autre hormone permettant de déclencher le travail).

Conclusions des auteurs: 

La prostaglandine par intraveineuse n'est pas plus efficace que l'ocytocine par intraveineuse dans le déclenchement du travail, mais elle est associée à une augmentation des taux d'effets secondaires et d'hyperstimulation utérine chez la mère.

Aucune conclusion ne peut être tirée à partir de la combinaison de la prostaglandine F2 alpha et de l'ocytocine comparées à l'ocytocine seule ou à la prostaglandine E2 administrée par voie extra-amniotique et intraveineuse.

[Remarque : Les deux références dans la section de classification en attente de la revue pourraient modifier les conclusions de la revue à l'issue de leur évaluation.]

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'administration des prostaglandines E2 et F2 alpha par intraveineuse permet de déclencher le travail. Toutefois, leur utilisation est limitée en raison de profils d'effets secondaires inacceptables constatés chez la mère. Cette revue fait partie d'une série de revues des méthodes de maturation cervicale et de déclenchement du travail réalisées à l'aide d'une méthodologie standardisée.

Objectifs: 

Déterminer les effets de l'administration de prostaglandine par intraveineuse pour la maturation cervicale ou le déclenchement du travail au troisième trimestre.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (31 janvier 2004) et les bibliographies des articles pertinents. Nous avons mis à jour ces recherches le 7 mai 2010 et ajouté les résultats à la section de classification en attente.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés comparant l'administration de prostaglandine par intraveineuse pour la maturation cervicale ou le déclenchement du travail au troisième trimestre à un placebo/l'absence de traitement ou à d'autres méthodes susmentionnées dans une liste prédéfinie de méthodes de déclenchement du travail.

Recueil et analyse des données: 

Une stratégie générique a été élaborée pour traiter le volume important et la complexité des données des essais concernant le déclenchement du travail. Il s'agit d'une méthode d'extraction des données divisée en deux phases. L'extraction des données initiales a été réalisée de façon centrale.

Résultats principaux: 

Treize essais (1 165 femmes) ont été inclus dans la revue.

L'administration de prostaglandine par intraveineuse était liée à une augmentation des taux d'hyperstimulation utérine avec des variations du rythme cardiaque fœtal (risque relatif (RR) 6,76, intervalle de confiance (IC) à 95 % 1,23 à 37,11) et sans aucune variation du rythme cardiaque fœtal (RR 4,25, IC à 95 % 1,48 à 12,24) par rapport à l'ocytocine. L'administration de prostaglandine était aussi liée à des effets secondaires plus importants chez la mère (problèmes gastrointestinaux, thrombophlébite et pyrexie, RR 3,75, IC à 95 % 2,46 à 5,70) par rapport à l'ocytocine. La prostaglandine n'était pas plus susceptible de déclencher un accouchement par voie basse que l'ocytocine (RR 0,85, IC à 95 % 0,61 à 1,18).

Aucune différence significative n'est ressortie à l'issue de cette analyse de sous-groupes ou des essais comparant l'ocytocine/prostaglandine F2 alpha et l'ocytocine ou la prostaglandine E2 administrée par voie extra-amniotique ou intraveineuse.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.