Le fluorure peut augmenter la densité minérale osseuse dans la région lombaire de la colonne vertébrale mais ne réduit pas les fractures vertébrales.

Attendu qu'il a été démontré que d'autres traitements peuvent réduire les taux de fractures vertébrales, le fluorure n'est peut-être pas le premier choix pour le traitement et la prévention des fractures ostéoporotiques. Les preuves ont montré qu'il existe une augmentation du risque d'effets secondaires gastro-intestinaux et de fractures non vertébrales avec le fluorure.

Conclusions des auteurs: 

Bien que le fluorure soit capable d'augmenter la DMO dans la région lombaire de la colonne vertébrale, il n'entraîne pas une diminution des fractures vertébrales. En augmentant la dose de fluorure, on augmente le risque de fracture non vertébrales et d'effets secondaires gastro-intestinaux sans obtenir d'effet sur le taux de fractures vertébrales.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L’ostéoporose est une maladie entraînant une augmentation du risque de fractures en raison de la réduction du volume osseux qui est due à un déséquilibre entre la formation osseuse et la résorption osseuse. En raison de cette propriété, le fluorure est utilisé depuis plus de 30 ans en tant que traitement de l'ostéoporose.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité du traitement de fluorure sur la perte osseuse, les fractures vertébrales et non vertébrales et les effets secondaires chez les femmes post-ménopausiques.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans MEDLINE, Current Contents et le registre Cochrane des essais contrôlés jusqu'en décembre 1998.

Critères de sélection: 

Deux relecteurs indépendants ont sélectionné des ECR satisfaisant aux critères d'inclusion prédéterminés.

Recueil et analyse des données: 

Deux relecteurs ont extrait les données indépendamment à l'aide de formulaires prédéterminés et évalué la qualité méthodologique des essais selon une échelle homologuée. Pour les résultats dichotomiques, les risques relatifs (RR) ont été calculés ; pour les résultats continus, les différences moyennes pondérées (DMP) de la variation en pourcentage par rapport aux conditions à l'inclusion ont été calculées. En cas d'hétérogénéité (déterminée par un test du Chi2) un modèle à effets aléatoires a été utilisé.

Résultats principaux: 

Onze études (1 429 sujets) ont satisfait aux critères d'inclusion. L'augmentation de la densité minérale osseuse (DMO) dans la région lombaire de la colonne vertébrale a été plus importante dans le groupe de traitement que dans le groupe de contrôle avec une DMP de 8,1% (IC à 95% : 7,15 à 9,09) après deux ans de traitement et de 16,1% (IC à 95% : 14,65 à 17,5) après quatre ans. Le RR de nouvelles fractures vertébrales n'a pas été significatif après deux ans [0,87 (IC à 95% : 0,51 à 1,46)], ni après quatre ans [0,9 (IC à 95% : 0,71 à 1,14)]. Le RR de nouvelles fractures non vertébrales n'a pas été significatif après deux ans [1,2 (IC à 95% : 0,68 à 2,1) mais a augmenté après quatre ans dans le groupe traité 1,85 (IC à 95% : 1,36 à 2,5), en particulier si le fluorure était administré à hautes doses et selon une forme de libération non lente. Le RR d'effets secondaires gastro-intestinaux n'a pas été significatif après deux ans 2,18 (IC à 95% : 0,86 à 1,21) mais a augmenté après quatre ans dans le groupe traité 2,18 (IC à 95% : 1,69 à 4,57), en particulier si le fluorure était administré à hautes doses et selon une forme de libération non lente. Aucune preuve n'a été obtenue concernant une différence importante du nombre d'arrêts précoces ou d'abandons entre le groupe traité et les groupes témoins à deux et quatre ans.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.