Orthophonie pour le traitement des troubles de la parole dans la maladie de Parkinson

De nombreuses personnes atteintes de la maladie de Parkinson souffrent de troubles de la parole. Les troubles de la parole les plus souvent signalés sont une voix faible, rauque, nasale ou monotone, une articulation imprécise, un débit de parole lent ou rapide, des difficultés à commencer à parler, une accentuation ou un rythme dégradés, un bégaiement et un tremblement de la voix. Les personnes atteintes de cette affection ont également tendance à fournir moins d'indices non verbaux, comme les expressions faciales et gestuelles. Ces incapacités ont tendance à augmenter avec la progression de la maladie et peuvent conduire à de graves problèmes de communication.

Cette revue a comparé les bénéfices de l'orthophonie versus placebo (traitement simulé) ou absence de traitement pour les troubles de la parole dans la maladie de Parkinson. Des essais pertinents ont été identifiés par des recherches électroniques dans 16 bases de données de la littérature médicale, différents registres d'essais cliniques et un examen des références bibliographiques des études identifiées et d'autres revues.

Seuls les essais contrôlés randomisés ont été inclus dans cette revue. Il s'agissait d'études dans lesquelles deux groupes de patients étaient comparés, un groupe recevait un traitement orthophonique, l'autre ne recevait aucun traitement destiné à améliorer la parole. Les patients étaient répartis dans chacun des groupes de manière aléatoire de façon à réduire le risque de biais.

Nous avons trouvé trois essais portant sur un total de 63 patients et comparant l'orthophonie à une absence de traitement. La qualité des méthodes utilisées dans ces essais était variable, toutes les études ayant échoué dans au moins un domaine critique. Les trois essais contrôlés ont signalé un effet positif de l'orthophonie pour les troubles de la parole dans la maladie de Parkinson. Un grand nombre des mesures de critère d'évaluation examinées ont semblé s'améliorer dans une proportion cliniquement significative après le traitement. Cependant, il convient de noter que les méthodes utilisées dans ces études comportaient des défauts et que seul un petit nombre de patients atteints de la maladie de Parkinson a été examiné. Cela signifie qu'on manque de preuves pour prouver ou réfuter de manière catégorique le bénéfice de l'orthophonie pour le traitement des troubles de la parole chez les patients atteints de la maladie de Parkinson, mais un manque de preuves ne signifie pas une absence d'effet.

Un vaste essai randomisé, bien conçu, contrôlé par placebo, est nécessaire pour évaluer l'efficacité de l'orthophonie pour le traitement des troubles de la parole dans la maladie de Parkinson. Il conviendrait de choisir des mesures de critères d'évaluation particulièrement pertinentes pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson et les patients devraient être suivis pendant au moins six mois pour déterminer la durée des améliorations.

Conclusions des auteurs: 

Même si des améliorations des troubles de la parole ont été observées dans ces études, en raison du faible nombre de patients examinés, de défauts méthodologiques et de la possibilité d'un biais de publication, les preuves sont insuffisantes pour soutenir ou réfuter de façon catégorique l'efficacité de l'orthophonie pour traiter les troubles de la parole dans la maladie de Parkinson. Un vaste ECR bien conçu, contrôlé par placebo, est nécessaire pour démontrer l'efficacité de l'orthophonie dans la maladie de Parkinson. L'essai devra se conformer aux directives CONSORT. Il conviendrait de choisir des mesures de critères d'évaluation particulièrement pertinentes pour les patients atteints de la maladie de Parkinson et les patients devraient être suivis pendant au moins six mois pour déterminer la durée des améliorations.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les patients atteints de la maladie de Parkinson souffrent couramment de troubles de la parole et de problèmes vocaux, notamment de dysarthrie, de volume sonore réduit et de perte de l'articulation. Ces symptômes augmentent en fréquence et en intensité avec la progression de la maladie. L'orthophonie (SLT) a pour but d'améliorer l'intelligibilité de la parole au moyen de techniques de traitement comportemental ou d'instruments.

Objectifs: 

Comparer l'efficacité de l'orthophonie versus placebo ou absence d'intervention pour le traitement des troubles de la parole et de la voix chez les patients atteints de la maladie de Parkinson.

La stratégie de recherche documentaire: 

Les essais pertinents ont été identifiés par des recherches électroniques dans de nombreuses bases de données de littérature, notamment MEDLINE, EMBASE et CINAHL, ainsi que par des recherches manuelles d'actes de conférences pertinents et l'examen des références bibliographiques dans les études identifiées et d'autres revues. Les recherches de littérature comprenaient les essais publiés avant le 11 avril 2011.

Critères de sélection: 

Seuls les essais contrôlés randomisés (ECR) de l'orthophonie versus placebo ou absence d'intervention ont été inclus.

Recueil et analyse des données: 

Les données ont été extraites de manière indépendante par CH et CT et les différends ont été résolus par la discussion.

Résultats principaux: 

Trois essais contrôlés randomisés portant sur un total de 63 participants et comparant l'orthophonie à un placebo pour le traitement des troubles de la parole dans la maladie de Parkinson ont été trouvés. Des données étaient disponibles dans deux essais et portaient sur 41 participants. Le volume vocal pour la lecture d'un passage a augmenté de 6,3 dB (P = 0,0007) dans un essai et de 11,0 dB (P = 0,0002) dans l'autre essai. Il a également été observé dans les deux essais une augmentation concernant le monologue de 5,4 dB (P = 0,002) et 11,0 dB (P = 0,0002), respectivement. Il est vraisemblable que ces augmentations représentent une amélioration cliniquement significative. Après six mois, les patients du premier essai présentaient encore une augmentation statistiquement significative de 4,5 dB (P = 0,0007) pour la lecture et de 3,5 dB pour le monologue. Certaines mesures de l'articulation et de la monotonie de la parole ont été étudiées ; cependant, tous ces résultats ont été non significatifs.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.