Fluticasone versus béclométhasone ou budésonide pour le traitement de l'asthme chronique chez l'adulte et l'enfant

Cette revue compare l'efficacité de trois stéroïdes inhalés. La fluticasone (PF) a été comparée à la béclométhasone (DPB) ou au budésonide (BUD) dans le traitement des patients atteints d'asthme chronique. Lorsque le PF était administré à des enfants ou des adultes à une dose inférieure de moitié environ à la dose quotidienne de DPB ou de BUD, il semblait au moins aussi efficace que ces deux autres médicaments pour améliorer l'ouverture des voies respiratoires. Les informations disponibles étaient insuffisantes pour tirer des conclusions concernant l'effet de ces médicaments sur les symptômes ou le risque d'exacerbation aiguë de l'asthme. À une dose similaire à celle du DPB ou du BUD, les participants traités au PF présentaient une fonction pulmonaire légèrement supérieure. À dose similaire, le PF était associé à un enrouement accru mais n'augmentait pas l'incidence d'autres effets secondaires associés aux stéroïdes, tels que la candidose buccale ou l'angine.

Conclusions des auteurs: 

La fluticasone administrée à une dose inférieure de moitié à la dose quotidienne de béclométhasone ou de budésonide entraîne une petite amélioration des mesures du calibre des voies respiratoires, mais semble entraîner un risque accru d'angine et, à dose quotidienne similaire, un risque accru d'enrouement. On craint que la fluticasone n'entraîne une inhibition surrénalienne chez l'enfant à des doses supérieures à 400 mcg/jour, mais les essais randomisés inclus dans cette revue n'apportaient pas suffisamment de données pour étudier cette question.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le dipropionate de béclométhasone (DPB) et le budésonide (BUD) sont des corticoïdes inhalés fréquemment prescrits dans le traitement de l'asthme. Le propionate de fluticasone (PF) est un agent plus récent qui s'est avéré plus puissant lors d'essais in vitro.

Objectifs: 

Comparer l'efficacité et l'innocuité de la fluticasone par rapport à la béclométhasone ou au budésonide dans le traitement de l'asthme chronique.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre des essais du groupe Cochrane sur les voies respiratoires (janvier 2007) et les références bibliographiques des articles. Nous avons contacté les investigateurs et les sociétés pharmaceutiques afin d'identifier des études supplémentaires et avons consulté les actes de conférence des principales sociétés sur les maladies respiratoires (1997 à 2006).

Critères de sélection: 

Les essais randomisés portant sur des enfants et des adultes et comparant la fluticasone à la béclométhasone ou au budésonide dans le traitement de l'asthme chronique.

Recueil et analyse des données: 

Deux évaluateurs ont sélectionné les articles à inclure et évalué la qualité méthodologique de manière indépendante. Un évaluateur a extrait les données. Des analyses quantitatives ont été effectuées à l'aide de RevMan analyses 1.0.1.

Résultats principaux: 

Soixante-et-onze études (14 602 participants) présentant 74 comparaisons randomisées remplissaient les critères d'inclusion. La qualité méthodologique était moyenne. Rapport de doses de 1:2 : le PF produisait des valeurs significativement supérieures pour le VEMS de fin de traitement (0,04 litre (IC à 95 %, entre 0 et 0,07 litre), ainsi que pour le DEP matinal et la variation du DEP matinal, mais aucune variation du VEMS ou du DEP du soir. Ces résultats s'appliquaient à toutes les posologies, groupes d'âge et modes d'administration. Aucune différence n'était observée entre le PF et le DPB/BUD concernant les arrêts prématurés. Le PF réduisait les symptômes et le recours au médicament de secours. Le PF administré à une dose inférieure de moitié à celle du DPB/BUD était associé à un risque accru de pharyngite. Aucune différence n'était observée concernant le risque de candidose buccale. La cortisolémie et le cortisol urinaire pendant 24 heures étaient mesurés fréquemment mais la présentation des données était limitée. Rapport de doses de 1:1 : Le PF produisait une différence statistiquement significative pour le DEP du matin, le DEP du soir et le VEMS par rapport au DPB ou au BUD. Les effets sur les exacerbations étaient mitigés. Aucune différence significative n'était observée concernant l'incidence de l'enrouement, de la pharyngite, de la candidose ou de la toux.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.