Traitement de maintien à la méthadone versus absence de traitement de substitution des opiacés

Le traitement de maintien à la méthadone peut maintenir les personnes qui sont dépendantes de l'héroïne dans les programmes de traitement et réduire leur consommation d'héroïne. La méthadone est la substitution de l'héroïne la plus largement utilisée dans les programmes médicaux de maintien ou de désintoxication. Plusieurs méthodes non médicamenteuses de désintoxication et de réadaptation sont également utilisées pour tenter d'aider les personnes à se sevrer de l'héroïne. Cependant, la revue a découvert que les personnes s'étaient retirées des essais lorsqu'elles avaient été assignées à un programme sans médicaments. En conséquence, il n'y a pas d'essais comparant le traitement de maintien à la méthadone à des méthodes non médicamenteuses autres que les essais de méthadone avec placebo, ou comparant le maintien à la méthadone à la méthadone pour la désintoxication uniquement. Ces essais montrent que la méthadone peut réduire la consommation d'héroïne chez les personnes dépendantes et les maintenir dans les programmes de traitement.

Conclusions des auteurs: 

La méthadone est une intervention de traitement de maintien efficace pour le traitement de la dépendance à l'héroïne, car elle maintient les patients dans le traitement et diminue la consommation d'héroïne mieux que les traitements qui n'utilisent pas de thérapie de substitution des opiacés. Elle ne révèle pas d'effet supérieur statistiquement significatif sur l'activité criminelle ou la mortalité.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le maintien à la méthadone a été le premier traitement de substitution des opiacés utilisé couramment pour traiter la dépendance à l'héroïne et reste le traitement le mieux étudié pour ce problème. Malgré l'usage répandu de la méthadone dans le traitement de maintien de la dépendance aux opiacés dans de nombreux pays, il s'agit d'un traitement controversé dont l'efficacité est contestée.

Objectifs: 

Évaluer les effets du traitement de maintien à la méthadone (TEM) comparé à des traitements qui n'impliquaient pas de traitement de substitution des opiacés (c'est-à-dire la désintoxication, la proposition d'une réadaptation sans médicaments, des médicaments placebo, des témoins sur liste d'attente) contre la dépendance aux opiacés.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans les bases de données suivantes jusqu'en décembre 2008 : le registre Cochrane des essais contrôlés, EMBASE, PubMED, CINAHL, Current Contents, Psychlit, CORK [www. state.vt.su/adap/cork], Alcohol and Drug Council of Australia (ADCA) [www.adca.org.au], Australian Drug Foundation (ADF-VIC) [www.adf.org.au], Centre for Education and Information on Drugs and Alcohol (CEIDA) [www.ceida.net.au], Australian Bibliographic Network (ABN) et la Library of Congress, ainsi que dans les monographies NIDA et les actes du College on Problems of Drug Dependence Inc., les listes bibliographiques de toutes les études identifiées et de toutes les revues publiées ; les auteurs des ECR identifiés ont été interrogés à propos de l'existence d'autres ECR pertinents publiés ou non publiés.

Critères de sélection: 

Tous les essais cliniques contrôlés, randomisés, portant sur le traitement de maintien à la méthadone comparé à un maintien u placebo ou à un autre traitement non pharmacologique pour le traitement de la dépendance aux opiacés.

Recueil et analyse des données: 

Les relecteurs ont évalué les articles séparément et indépendamment en notant la qualité méthodologique de la génération de séquence, l'assignation secrète et le biais. Les données ont été extraites de façon indépendante pour la méta-analyse et saisies en double.

Résultats principaux: 

Onze études répondaient aux critères d'inclusion dans cette revue, toutes étaient des essais cliniques randomisés, deux étaient en double aveugle. Le nombre total de participants s'élevait à 1 969. La génération de séquence était inadéquate dans une étude, adéquate dans cinq études et imprécise dans les études restantes. L'assignation secrète était adéquate dans trois études et imprécise dans les études restantes. Statistiquement, la méthadone semblait significativement plus efficace que des approches non pharmacologiques pour maintenir les patients dans le traitement et pour supprimer la consommation d'héroïne telle que mesurée par les déclarations et l'analyse d'urine/de cheveu (6 ECR, RR = 0,66 IC à 95 % 0,56-0,78), mais non statistiquement différente concernant l'activité criminelle (3 ECR, RR=0,39 ; IC à 95 % : 0,12-1,25) ou la mortalité (4 ECR, RR=0,48 ; IC à 95 % : 0,10-2,39).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.