Les bêta-bloquants contre l'hypertension

Quel est le but de cette revue ?

Le but de cette revue Cochrane était d'évaluer si les bêta-bloquants réduisent le nombre de décès, d'AVC et de crises cardiaques associés à l’hypertension artérielle chez l'adulte. Nous avons recueilli et analysé toutes les études pertinentes afin de répondre à cette question et en avons trouvé 13.

Les bêta-bloquants sont-ils aussi efficaces que d'autres médicaments lorsqu'ils sont utilisés pour le traitement de l’hypertension chez l’adulte ?

Les bêta-bloquants n’ont pas été aussi efficaces pour prévenir le nombre de décès, d'AVC et de crises cardiaques que d'autres classes de médicaments tels que les diurétiques, les inhibiteurs calciques et les inhibiteurs du système rénine-angiotensine (ISRA). La plupart de ces résultats ont été obtenus avec un type de bêtabloquant appelé aténolol. Cependant, les bêta-bloquants sont un groupe divers de médicaments ayant des propriétés différentes, et d'autres recherches bien conduites restent nécessaires dans ce domaine.

Qu'est-ce qui a été étudié dans cette revue ?

Des millions de personnes souffrant d’hypertension artérielle (HTA) sont victimes d'AVC, de crises cardiaques et d'autres maladies, et beaucoup d'entre elles décèdent. Ces situations pourraient être évitées avec un traitement approprié. Les chercheurs ont essayé différents médicaments pour le traitement de l’hypertension artérielle.

Quels sont les principaux résultats de la revue ?

Nous avons trouvé 13 études réalisées dans des pays à revenus élevés, principalement en Europe occidentale et en Amérique du Nord. Dans ces études, des sujets prenant des bêta-bloquants étaient comparés à d’autres ne prenant aucun traitement ou d'autres médicaments. Les études ont montré les éléments suivants.

Il est probable que les bêta-bloquants ne fassent que peu ou pas de différence dans le nombre de décès de personnes sous traitement pour hypertension artérielle. Leur effet semble être similaire à celui des diurétiques et des inhibiteurs du système rénine-angiotensine, mais ils ne sont probablement pas aussi efficaces que les inhibiteurs calciques pour prévenir les décès causés par l’hypertension.

Les bêta-bloquants peuvent réduire le nombre d'AVC, dans une mesure apparemment similaire aux diurétiques. Cependant, ils ne sont peut-être pas aussi efficaces pour la prévention des accidents vasculaires cérébraux que les inhibiteurs du système rénine-angiotensine ou les inhibiteurs calciques.

Les bêta-bloquants ne font peut-être que peu ou pas de différence dans le nombre de crises cardiaques chez les personnes hypertendues. Les données probantes suggèrent que cet effet pourrait ne pas être différent de celui des diurétiques, des inhibiteurs du système rénine-angiotensine ou des inhibiteurs calciques. Cependant, les données suggèrent qu’ils ne sont peut-être pas aussi efficaces que les diurétiques pour réduire les crises cardiaques chez les personnes âgées de 65 ans et plus.

Les personnes ayant pris des bêta-bloquants sont plus susceptibles d'avoir des effets secondaires et d'arrêter le traitement que les personnes prenant des inhibiteurs du système rénine-angiotensine, mais il pourrait n’y avoir que peu ou pas de différence au niveau des effets secondaires entre les bêta-bloquants et les diurétiques ou les inhibiteurs calciques.

Cette revue est-elle à jour ?

Les auteurs de la revue ont recherché les études publiées jusqu'à juin 2016.

Conclusions des auteurs: 

La plupart des ECR portant sur les résultats des bêta-bloquants comme traitement initial de l'hypertension présentent un risque élevé de biais. L'aténolol a été le bêtabloquant le plus utilisé. Les données probantes actuelles suggèrent que le traitement initial de l'hypertension avec des bêta-bloquants conduit à une réduction modeste de maladies cardiovasculaires et n’a que peu ou pas du tout d'effet sur la mortalité. Ces effets des bêtabloquants sont inférieurs à ceux d'autres médicaments antihypertenseurs. Les recherches futures devront être de bonne qualité et devront étudier s'il existe des différences entre les différents sous-types de bêta-bloquants ou si les bêta-bloquants produisent des effets différents entre les sujets jeunes et plus âgés.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les bêta-bloquants sont un groupe divers de médicaments présentant différentes propriétés pharmacodynamiques et pharmacocinétiques. Ils ont montré des effets bénéfiques à long terme sur la mortalité et les maladies cardiovasculaires (MCV) lorsqu'il sont utilisés chez des patients atteints d'insuffisance cardiaque ou d'infarctus aigu du myocarde. On a pensé qu’ils pourraient avoir des effets bénéfiques similaires s’ils étaient utilisés pour le traitement en première intention de l'hypertension. Toutefois, le bénéfice des bêta-bloquants comme traitement de première ligne de l'hypertension sans indication impérieuse est controversé. Cette revue est une mise à jour d'une revue Cochrane publiée initialement en 2007 et mise à jour en 2012.

Objectifs: 

Évaluer les effets des bêta-bloquants sur les critères d’évaluation de morbidité et de mortalité chez les adultes souffrant d'hypertension.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le Spécialiste de l’information du Groupe Cochrane sur l’hypertension a effectué des recherches dans les bases de données suivantes pour trouver des essais contrôlés randomisés, jusqu'à juin 2016 : registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'hypertension artérielle, registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (2016, numéro 6), MEDLINE (à partir de 1946), Embase (à partir de 1974) et ClinicalTrials.gov. Nous avons vérifié les références bibliographiques des revues pertinentes et les références bibliographiques des études potentiellement éligibles pour l'inclusion dans cette revue, et consulté également le Système d'enregistrement international des essais cliniques de l’Organisation mondiale de la santé, le 6 juillet 2015.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) d'une durée d'au moins un an, évaluant les effets des bêta-bloquants sur la mortalité et la morbidité par rapport à un placebo ou à d'autres médicaments, comme traitement en première intention de l'hypertension chez l’adulte.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons sélectionné les études et extrait les données en double ; les divergences ont été résolues par le consensus. Nous avons exprimé les résultats des études sous la forme de risques relatifs (RR) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 % et nous avons réalisé des méta-analyses à effets fixes ou aléatoires, selon le cas. Nous avons également utilisé la méthode GRADE pour évaluer la valeur probante des données. Le système GRADE définit des niveaux de valeur probante « élevée » (si on est certain que l'effet réel est proche de l'estimation de l'effet), « moyenne » (si l'effet réel est probablement proche de l'estimation de l'effet), « faible » (si l’effet réel pourrait être sensiblement différent de l'estimation de l'effet) et « très faible » (si on est très incertain quant à l'estimation de l'effet).

Résultats principaux: 

Treize ECR remplissaient les critères d'inclusion. Ils comparaient les bêta-bloquants à un placebo (4 ECR, 23 613 participants), des diurétiques (5 ECR, 18 241 participants), des inhibiteurs calciques (ICC : 4 ECR, 44 825 participants) et des inhibiteurs du système rénine-angiotensine (3 ECR, 10 828 participants). Ces ECR ont été menés entre les années 1970 et les années 2000 et la plupart d'entre eux avaient un risque de biais élevé, à cause des limitations de la conception et de la conduite de l'étude ainsi que de l'analyse des données. Au total, 40 245 participants ont pris des bêta-bloquants, de l’aténolol dans les trois quarts des cas. Nous n'avons trouvé aucun résultat d’essais portant sur les bêta-bloquants vasodilatateurs plus récents (par exemple le nebivolol).

Il n'y avait pas de différence dans la mortalité toutes causes confondues entre les bêta-bloquants et un placebo (RR 0,99, IC à 95 % de 0,88 à 1,11), les diurétiques ou les ISRA, mais elle était plus élevée avec les bêta-bloquants qu’avec les inhibiteurs calciques (RR 1,07, IC à 95 % de 1,00 à 1,14). Les donnés sur la mortalité avaient une valeur de certitude moyenne pour toutes les comparaisons.

Le total des MCV était plus bas avec les bêta-bloquants qu’avec un placebo (RR 0,88, IC à 95 % de 0,79 à 0,97 ; données de faible valeur probante), ce qui traduit une diminution des accidents vasculaires cérébraux (RR 0,80, IC à 95 % de 0,66 à 0,96 ; données de faible valeur probante) car il n’y a eu aucune différence pour les cardiopathies coronariennes (RR 0,93, IC à 95 % de 0,81 à 1,07 ; données de valeur probante moyenne). Les effets des bêta-bloquants sur les maladies cardiovasculaires étaient moins bons que ceux des inhibiteurs calciques (RR 1,18, IC à 95 % de 1,08 à 1,29 ; données de valeur probante moyenne) mais pas différents de ceux des diurétiques (valeur probante moyenne) ou des ISRA (valeur probante faible). En outre, il y a eu une augmentation des AVC dans les groupes sous bêta-bloquants par rapport aux inhibiteurs calciques (RR 1,24, IC à 95 % de 1,11 à 1,40 ; données de valeur probante moyenne) et aux ISRA (RR 1,30, IC à 95 % de 1,11 à 1,53 ; données de valeur probante moyenne). Cependant, il n'y avait que peu ou pas de différence pour les cardiopathies coronariennes entre les bêta-bloquants et les diurétiques (données de faible valeur probante), les inhibiteurs calciques (données de valeur probante moyenne) ou les ISRA (données de faible valeur probante). Dans le seul essai portant sur des participants âgés de 65 ans et plus, l'aténolol a été associé à une augmentation de l'incidence des cardiopathies coronariennes par rapport aux diurétiques (RR 1,63, IC à 95 % de 1,15 à 2,32). Les participants prenant des bêta-bloquants étaient plus susceptibles d'interrompre le traitement en raison d'événements indésirables que les participants prenant des inhibiteurs du SRA (RR 1,41, IC à 95 % de 1,29 à 1,54 ; données de valeur probante moyenne), mais il n'y avait que peu ou pas de différence avec un placebo, les diurétiques ou les inhibiteurs calciques (données de faible valeur probante).

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Suzanne Assénat et révisée par Cochrane France.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.