Les anticoagulants dans le traitement de la claudication intermittente

L'athérosclérose est une maladie des artères dans laquelle des dépôts de graisse gênent l'écoulement du sang. Elle peut entraîner une claudication intermittente, caractérisée par des crampes douloureuses dans les jambes, provoquées par l'exercice et soulagées par le repos. Ces dépôts graisseux peuvent également causer de graves obstructions, provoquant des infarctus du myocarde et aboutissant à la nécessité d'une amputation (ablation chirurgicale d’un membre). Les anticoagulants, comme l'héparine ou la warfarine, sont des médicaments qui empêchent la formation de caillots et peuvent aider les personnes souffrant de claudication intermittente. Aucune nouvelle étude n'a été incluse pour cette mise à jour. Sept études totalisant 802 participants ont été incluses dans cette revue. La revue des essais a abouti à la conclusion que le bénéfice de l'héparine, des HBPM et des anticoagulants oraux pour le traitement de la claudication intermittente n'était pas établi, mais qu'un risque accru d'événements hémorragiques majeurs était en revanche observé, en particulier avec les anticoagulants oraux. Il n'existe, à ce stade, aucune preuve solide permettant de recommander l'utilisation d'anticoagulants dans le traitement de la claudication intermittente. Des recherches supplémentaires doivent être effectuées.

Conclusions des auteurs: 

Le bénéfice de l'héparine, des HBPM et des anticoagulants oraux pour le traitement de la claudication intermittente n'a pas été établi, mais un risque accru d'événements hémorragiques majeurs a été observé, en particulier avec les anticoagulants oraux. Il n'existe, à ce stade, aucune preuve solide permettant de recommander l'utilisation d'anticoagulants pour le traitement de la claudication intermittente.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le traitement par les anticoagulants de la claudication intermittente pourrait améliorer la capacité fonctionnelle et prévenir les complications cardiovasculaires aiguës provoquées par les artériopathies oblitérantes périphériques. Ceci est une mise à jour de la revue publiée pour la première fois en 2001.

Objectifs: 

Évaluer les effets de médicaments anticoagulants (héparine, héparine de bas poids moléculaire (HBPM) et anticoagulants oraux) chez les patients souffrant de claudication intermittente (stade II de la classification de Fontaine) en termes d'amélioration de la capacité de marche (distance de marche sans douleur ou distance de marche absolue), de mortalité, d'événements cardiovasculaires, d'indice de pression tibio-brachial, de survie sans amputation et d'effets secondaires de ces médicaments.

La stratégie de recherche documentaire: 

Pour cette mise à jour, le coordinateur des recherches d’essais du groupe Cochrane sur les maladies vasculaires périphériques a effectué des recherches dans le registre spécialisé (dernière recherche en mai 2013) et dans CENTRAL (2013, numéro 4).

Critères de sélection: 

Tous les essais randomisés portant sur l’utilisation d’anticoagulants pour traiter les patients souffrant de claudication intermittente.

Recueil et analyse des données: 

Sept études ont été incluses. Trois seulement (deux évaluant des anticoagulants oraux, une évaluant l'héparine) étaient conformes à nos critères d'inclusion méthodologiques rigoureux et ont été incluses dans l'analyse primaire. Quatre autres études ont été incluses dans l'analyse de sensibilité. Les auteurs ont extrait les données de façon indépendante.

Résultats principaux: 

Aucune nouvelle étude n'a été incluse pour cette mise à jour. Sept études portant sur un total combiné de 802 participants ont été incluses dans cette revue. Aucune différence significative n'a été observée entre le traitement à l'héparine et les groupes témoins pour la distance de marche sans douleur ou la distance de marche maximale à la fin du traitement. Aucune donnée n'indiquait que la HBPM était bénéfique en termes de distance de marche. Les taux de revascularisation ou de survie sans amputation étaient précisés dans une seule étude, portant sur un suivi de cinq ans. Aucune étude n'a rapporté d'effet significatif sur la mortalité ou les événements cardiovasculaires globaux et les rapports des cotes combinés n'étaient pas non plus significatifs pour ces critères de jugement. Les événements hémorragiques majeurs et mineurs étaient sensiblement plus fréquents dans le groupe traité avec des anticoagulants oraux que dans le groupe témoin, avec une augmentation non significative des événements hémorragiques mortels. Aucun événement hémorragique majeur n'a été rapporté dans l'étude évaluant l'héparine, alors qu'une augmentation non significative des événements hémorragiques mineurs était rapportée.

Notes de traduction: 
Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.