Calcitonine pour prévenir et traiter l'ostéoporose induite par les corticostéroïdes

Les corticostéroïdes à long terme peuvent être prescrits pour de nombreuses raisons, y compris en cas d’affection abdominale inflammatoire, de maladie pulmonaire obstructive chronique et de polyarthrite rhumatoïde. Les stéroïdes entraînent une perte osseuse par divers mécanismes complexes. La calcitonine est un médicament antirésorptif qui a été approuvé pour le traitement de l'ostéoporose établie. L'objectif de cette revue était d'évaluer la calcitonine en tant que moyen de prévenir la perte osseuse due à un traitement à base de corticostéroïdes. Neuf essais contrôlés randomisés ont été inclus dans la revue, avec 221 patients randomisés dans le groupe calcitonine et 220 dans le groupe placebo. Les résultats ont montré que la calcitonine prévient la perte osseuse au niveau de la colonne vertébrale et de l'avant-bras d'environ 3% après la première année de traitement. Aucun effet n'a été constaté au niveau de la perte osseuse de la hanche. Statistiquement, la calcitonine n'a pas présenté de différence par rapport au placebo, en termes de prévention des fractures de la colonne vertébrale et des os longs comme les fractures de la hanche. La calcitonine a été associée à quatre fois plus d'effets secondaires que le placebo ; ces derniers comprenant principalement des nausées et des rougeurs au niveau du visage.

Conclusions des auteurs: 

La calcitonine semble préserver la masse osseuse, lors de la première année de traitement par glucocorticoïdes, dans la région lombaire de la colonne vertébrale, d'environ 3% par rapport au placebo, mais pas au niveau du col du fémur. Notre analyse suggère que l'effet protecteur sur la masse osseuse peut être plus important pour le traitement de patients prenant des corticostéroïdes depuis plus de trois mois. L'efficacité de la calcitonine pour prévenir les fractures en cas d'ostéoporose induite par les stéroïdes reste à démontrer.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'ostéoporose induite par les corticostéroïdes est une cause de morbidité chez les patients atteints d'une maladie pulmonaire obstructive chronique, d'asthme et d'affections rhumatologiques. Le traitement par corticostéroïdes entraîne une perte osseuse par divers mécanismes complexes. Il a été démontré que la perte minérale osseuse au niveau des hanches atteint 14% un an après avoir commencé le traitement par corticostéroïdes.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité de la calcitonine (sous-cutanée ou nasale) pour le traitement et la prévention de l'ostéoporose induite par les corticostéroïdes.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté Medline, le registre Cochrane des essais contrôlés et Embase en utilisant la stratégie de recherche du groupe Cochrane sur les troubles musculo-squelettiques, pour obtenir des essais contrôlés randomisés (ECR) jusqu'en mai 1998. Nous avons également consulté les références bibliographiques et pris contact avec des experts du domaine.

Critères de sélection: 

Deux relecteurs indépendants ont sélectionné des ECR satisfaisant aux critères d'inclusion prédéterminés.

Recueil et analyse des données: 

Deux relecteurs ont extrait les données indépendamment en utilisant des formulaires prédéterminés et évalué la qualité méthodologique de la randomisation, de l'assignation en aveugle et des arrêts prématurés. Pour les résultats dichotomiques, les risques relatifs (RR) ont été calculés. Pour les données continues, les différences moyennes pondérées (DMP) de la variation en pourcentage par rapport aux conditions à l'inclusion ont été calculées. Nous avons décidé a priori d'utiliser des modèles à effets aléatoires pour tous les résultats en raison de l'incertitude concernant l'existence d'un effet cohérent réel au sein de populations aussi différentes.

Résultats principaux: 

Neuf essais, regroupant 221 patients randomisés dans le groupe calcitonine et 220 dans le groupe placebo, ont satisfait aux critères d'inclusion. La qualité méthodologique médiane était de deux sur un maximum de cinq points. La calcitonine a été plus efficace que le placebo pour préserver la masse osseuse dans la région lombaire de la colonne vertébrale, après six et 12 mois de traitement avec une DMP de 2,8% (IC à 95% : 1,4 à 4,3) et 3,2% (IC à 95% : 0,3 à 6,1). À 24 mois, la DMO dans la région lombaire de la colonne vertébrale n'a pas été statistiquement différente entre les groupes : DMP 4,5% (IC à 95% : -0,6 à 9,5)]. La densité osseuse du radius distal était également plus importante avec la calcitonine, après six mois de traitement, mais il n'y a pas eu de différence de la densité osseuse du col du fémur entre les groupes placebo et calcitonine. Il n'y a pas eu de différence significative du risque relatif de fractures entre la calcitonine et le placebo avec un risque relatif (RR) de 0,71 (IC à 95% : 0,26 à 1,89) pour les fractures vertébrales et de 0,52 (IC à 95% : 0,14 à 1,96) pour les fractures non vertébrales. Les analyses de sous-groupes de la qualité méthodologique et de la durée du traitement par corticostéroïdes ont été confondues. Les essais de patients ayant pris des stéroïdes depuis plus de trois mois (dont la qualité méthodologique était faible) ont démontré un effet plus important de la calcitonine sur la densité osseuse de la colonne vertébrale (environ 6%) que les essais de prévention (environ 1%). Il n'y a pas eu d'effet cohérent des différents dosages (50-100 IU par rapport à 200-400 IU). Cependant, il a été mis en évidence que la calcitonine administrée par voie sous-cutanée prévenait substantiellement mieux la perte osseuse. Les arrêts prématurés dus aux effets secondaires ont été plus nombreux dans les groupes traités par calcitonine. RR 3,19 (IC à 95% : 0,66 à 15,47). Parmi les effets secondaires importants, des nausées et des rougeurs au niveau du visage ont été rapportées.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.