Ziprasidone dans la schizophrénie et les troubles mentaux sévères

En suspens

Conclusions des auteurs: 

Les données sont actuellement limitées. La ziprasidone semble être un antipsychotique efficace avec moins d'effets extrapyramidaux que l'halopéridol. Néanmoins, elle entraîne davantage de nausées et de vomissements que les médicaments typiques et, à l'heure actuelle, rien ne suggère qu'elle est différente des autres composés atypiques. Des essais randomisés de long terme bien planifiés, réalisés et documentés sont nécessaires pour que la ziprasidone puisse être acceptée dans la pratique quotidienne.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les médicaments antipsychotiques typiques sont largement utilisés dans le traitement de première intention des patients schizophrènes. Néanmoins, la catégorie atypique des médicaments antipsychotiques gagne de plus en plus de terrain. Le terme : atypique est largement utilisé pour décrire certains antipsychotiques peu susceptibles d'entraîner des troubles du mouvement et une augmentation de la prolactine sérique. Il a été suggéré que les profils d'effets indésirables des antipsychotiques atypiques en faisaient des médicaments plus acceptables pour les patients schizophrènes. La ziprasidone est l'un de ces médicaments atypiques plus récents, qui présente une affinité élevée avec les récepteurs de la sérotonine.

Objectifs: 

Déterminer les effets de la ziprasidone par rapport à un placebo et à des médicaments antipsychotiques typiques ou d'autres médicaments atypiques dans la schizophrénie et les psychoses de même nature.

La stratégie de recherche documentaire: 

Des recherches électroniques ont été effectuées dans Biological Abstracts (1980-1999), la Bibliothèque Cochrane (numéro 1, 1999), le registre du groupe Cochrane sur la schizophrénie (janvier 1999), CINAHL (1982-1999), EMBASE (1980-1999), MEDLINE (1966-1999), LILACS (1982-1996), PSYNDEX (1977-1999) et PsycLIT (1974-1999). Nous avons également consulté les bases de données pharmaceutiques de Dialog Corporation Datastar et Dialog services. Les références bibliographiques de toutes les études pertinentes ont été examinées afin d'identifier d'autres essais. Des sociétés pharmaceutiques (Pfizer - le fabricant de la ziprasidone - et les fabricants de tous les médicaments comparateurs) ainsi que les principaux auteurs de tous les essais inclus ont été contactés.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés comparant de la ziprasidone à d'autres traitements dans la schizophrénie et les psychoses schizophréniformes ont été inclus suite à une évaluation indépendante.

Recueil et analyse des données: 

Les références bibliographiques et les résumés (dans la mesure du possible) ont été examinés par les évaluateurs de manière indépendante. Les articles ont été obtenus et revérifiés, et leur qualité a été évaluée. Les données ont été extraites de manière indépendante.

Les données ont été exclues lorsque la perte de suivi était supérieure à 50 %. Pour les données dichotomiques homogènes, le risque relatif (RR), l'intervalle de confiance (IC) à 95 % et, le cas échéant, le nombre de sujets à traiter (NST) ont été calculés sur la base de l'intention de traiter. Les différences moyennes pondérées (DMP) ont été calculées pour les données continues. L'hétérogénéité a été examinée pour toutes les données.

Résultats principaux: 

Les informations concernant ce composé sont issues d'une série d'études allant d'une durée très courte (une semaine), portant sur une préparation intramusculaire, à des essais d'une durée de plus de 6 mois. Pour les mesures de l'état mental, la ziprasidone semble plus efficace que le placebo (RR de 0,8, IC entre 0,7 et 0,9) et aussi efficace que l'halopéridol (RR de 0,8, IC entre 0,7 et 1). Elle est moins susceptible que l'halopéridol d'entraîner des troubles du mouvement (RR de 0,4, IC entre 0,2 et 0,6), mais elle entraîne davantage de nausées et de vomissements (RR de 2,1, IC entre 1,2 et 3,8). Le médicament injecté entraîne davantage de douleur au point d'injection que l'halopéridol (RR de 5,3, IC entre 1,3 et 22).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.