Lamotrigine en traitement d'appoint dans l'épilepsie partielle résistante aux médicaments

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

La lamotrigine combinée à d'autres antiépileptiques (traitement d'appoint) peut limiter les crises mais est associée à certains effets indésirables.

Près d'un tiers des patients épileptiques continuent de présenter des crises malgré la prise des médicaments antiépileptiques (MAE) actuellement utilisés (anciens). Ces MAE anciens présentent également des effets indésirables. Pour remédier à cela, une nouvelle gamme de MAE a été développée sous forme de traitements d'appoint. La lamotrigine en fait partie. Nous avons observé que l'utilisation de lamotrigine combinée à d'autres MAE pouvait permettre de réduire davantage les crises chez les patients atteints d'épilepsie partielle résistante aux médicaments. Une augmentation des effets indésirables, tels qu'un déséquilibre (ataxie), des étourdissements, des nausées et une perception visuelle dédoublée (diplopie), était également observée. Des recherches supplémentaires sont nécessaires afin d'évaluer l'efficacité de ce médicament par rapport à des MAE plus récents.

Conclusions des auteurs: 

La lamotrigine en traitement d'appoint est efficace pour réduire la fréquence des crises chez les patients atteints d'épilepsie partielle résistante aux médicaments. D'autres essais sont nécessaires afin d'évaluer les effets à long terme de la lamotrigine et la comparer à d'autres traitements d'appoint. Deux nouveaux essais ont été inclus dans cette mise à jour, mais les conclusions de la revue restent inchangées.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Ceci est une version mise à jour de la revue Cochrane originale publiée dans le numéro 3 en 2000.

L'épilepsie est un trouble neurologique courant qui touche entre 0,5 et 1 % de la population. Près de 30 % des patients épileptiques sont réfractaires aux médicaments actuellement disponibles. Cette revue examine la lamotrigine, l'un des médicaments antiépileptiques les plus récents.

Objectifs: 

Examiner les effets de la lamotrigine sur les crises épileptiques, les effets indésirables, la cognition et la qualité de vie lorsqu'elle est utilisée en traitement d'appoint chez les patients atteints d'épilepsie partielle résistante aux médicaments.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'épilepsie (janvier 2010), le registre Cochrane central des essais contrôlés (Bibliothèque Cochrane, numéro 1, 2010), MEDLINE (1950 à janvier 2010), ainsi que les références bibliographiques des articles. Nous avons également contacté les fabricants de la lamotrigine (GlaxoSmithKline).

Critères de sélection: 

Les essais randomisés contrôlés par placebo portant sur des patients de tous âges atteints d'épilepsie partielle résistante aux médicaments et utilisant une méthode d'assignation secrète adéquate. Les études pouvaient être en double aveugle, en simple aveugle ou ouvertes. Pour les études croisées, la première période de traitement a été considérée comme un essai en parallèle.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de revue ont évalué les essais à inclure et extrait les données de manière indépendante. Les analyses primaires ont été effectuées en intention de traiter. Les critères de jugement incluaient la réduction d'au moins 50 % de la fréquence des crises épileptiques, l'arrêt prématuré du traitement (pour n'importe quelle raison), les effets indésirables, les effets sur la cognition et la qualité de vie.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié quatre études en parallèle, une étude en parallèle présentant un plan de type conditionné par la réponse chez des nourrissons, et huit études croisées, pour un total de 1 524 participants (38 nourrissons, 199 enfants et 1 287 adultes). Le rapport des cotes de Peto global et les intervalles de confiance (IC) à 95 % de l'ensemble des études pour la réduction supérieure à 50 % de la fréquence des crises épileptiques était de 2,51 (IC à 95 %, entre 1,86 et 3,4), indiquant que la lamotrigine était significativement plus efficace que le placebo pour réduire la fréquence des crises. Le rapport des cotes global pour l'arrêt prématuré du traitement (pour n'importe quelle raison) était de 1,13 (IC à 95 %, entre 0,83 et 1,54). Les événements indésirables associés de manière significative à la lamotrigine étaient : l'ataxie, les étourdissements, les nausées, la somnolence et la diplopie. Les données limitées actuellement disponibles ne permettent pas de tirer de conclusions concernant les effets du traitement sur la cognition et la qualité de vie, mais il pourrait être associé à des bénéfices mineurs en termes d'équilibre (bonheur) et de contrôle.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.