Lamotrigine : thérapie d'appoint pour l'épilepsie focale résistante aux médicaments

Contexte

L'épilepsie est un trouble dans lequel des décharges électriques inattendues du cerveau provoquent des crises convulsives. Environ un tiers des patients épileptiques continuent à avoir des crises, malgré le traitement par les (anciens) médicaments antiépileptiques utilisés actuellement (MAE). En outre, les anciens MAE ont de nombreux effets indésirables. Par conséquent, le développement de nouvelles thérapies efficaces pour le traitement des crises résistantes aux médicaments est d'une importance considérable. En conséquence, une série de nouveaux MAE a été développée en tant que traitements d’appoint. La lamotrigine est l'un de ces médicaments.

Objectifs de la revue

Cette revue visait à déterminer les effets de la lamotrigine sur les crises, les effets indésirables, la cognition (capacité d’apprentissage et de compréhension) et la qualité de vie, par rapport à des témoins sous placebo, lorsqu'elle est utilisée comme traitement d'appoint pour les personnes atteintes d'épilepsie focale ne répondant pas aux MAE existants. Pour cette mise à jour, nous n'avons pas identifié de nouvelles études à ajouter, et donc, les conclusions restent inchangées. La revue comprenait 14 essais contrôlés randomisés avec un nombre total de 1806 participants.

Résultats

La lamotrigine, utilisée en association avec d'autres MAE chez les patients souffrant d'épilepsie focale résistante aux médicaments, peut davantage réduire la fréquence des crises. Cependant, l'ajout de lamotrigine au traitement habituel est plus souvent associé à une augmentation des effets indésirables tels que l'instabilité (ataxie), les vertiges, la vision double (diplopie) et les nausées.

Qualité des données

Nous avons évalué les essais en fonction du risque de biais et, dans l'ensemble, nous les avons jugés comme ayant un risque de biais faible ou peu clair. Nous avons évalué la certitude des données comme étant élevée à modérée.

Conclusions

D'autres recherches de haute qualité sont nécessaires pour évaluer pleinement l'efficacité et la tolérance de la lamotrigine et la comparer avec d'autres MAE récents.

Les données probantes sont à jour jusqu'au 9 mars 2020.

Conclusions des auteurs: 

La lamotrigine, en tant que traitement d'appoint pour les crises focales résistantes aux médicaments, semble être efficace pour réduire la fréquence des crises et semble être assez bien tolérée. Cependant, les essais étaient d'une durée relativement courte et n'ont pas fourni de données probantes pour le long terme. D'autres essais sont nécessaires pour évaluer les effets à long terme de la lamotrigine et pour comparer la lamotrigine avec d'autres médicaments d'appoint.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Il s'agit d'une version mise à jour de la Revue Cochrane publiée en 2016.

L'épilepsie est un trouble neurologique courant, qui touche de 0,5 à 1 % de la population. Pour près de 30 % de ces personnes, leur épilepsie est résistante aux médicaments actuellement disponibles. Le traitement pharmacologique reste le premier choix pour contrôler l'épilepsie. La lamotrigine est l'un des médicaments antiépileptiques les plus récents. La lamotrigine, en association avec d'autres médicaments antiépileptiques (traitement d’appoint), peut réduire les crises, mais avec certains effets indésirables.

Objectifs: 

Déterminer les effets de la lamotrigine sur (1) les crises, (2) le profil des effets indésirables, et (3) la cognition et la qualité de vie, par rapport au placebo, lorsqu'elle est utilisée comme traitement d'appoint pour les personnes souffrant d'épilepsie focale résistante aux médicaments.

Stratégie de recherche documentaire: 

Pour la dernière mise à jour de la revue, nous avons effectué une recherche dans les bases de données suivantes le 9 mars 2020 : Registre des études Cochrane (CRS Web), MEDLINE (Ovid, 1946 au 06 mars 2020). CRS Web comprend des essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés de PubMed, EMBASE, ClinicalTrials.gov, Système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'Organisation mondiale de la santé, le registre central Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) et les registres spécialisés des groupes de revues Cochrane y compris le groupe sur l’épilepsie. Aucune restriction de langue n'a été imposée.

Critères de sélection: 

Essais randomisés contrôlés par placebo sur des personnes souffrant d'épilepsie focale résistante aux médicaments, quel que soit leur âge, et dans lesquels une méthode adéquate de dissimulation de la randomisation a été utilisée. Les études ont été menées en double ou en simple aveugle ou sans mise en aveugle, avec contrôle par placebo. Pour les études en cross-over, la première période de traitement a été traitée comme un essai en parallèle. Les participants éligibles étaient des adultes ou des enfants atteints d'épilepsie focale résistante aux médicaments.

Recueil et analyse des données: 

Pour cette mise à jour, deux auteurs ont indépendamment évalué les essais pour l'inclusion et extrait des données. Les critères de jugement comprenaient la réduction de 50 % ou plus de la fréquence des crises, l'arrêt du traitement (quelle qu'en soit la raison), les effets indésirables, les effets sur la cognition et la qualité de vie. Les analyses principales ont été effectuées en intention de traiter. Des analyses de sensibilité avec les meilleurs et les pires des cas («best- and worse-case analyses») ont été entreprises pour la prise en compte des données manquantes. Des risques relatifs (RR) mis en commun avec des intervalles de confiance à 95 % (IC à 95 %) ont été estimés pour les critères de jugement principaux qu’étaient la fréquence des crises et l'arrêt du traitement. Pour les effets indésirables, nous avons calculé des RR et des IC à 99 %.

Résultats principaux: 

Nous n'avons pas identifié de nouvelles études pour cette mise à jour, par conséquent, les résultats et les conclusions sont inchangés.

Dans les précédentes mises à jour de cette revue, les auteurs ont trouvé cinq études parallèles évaluant le traitement comme adjuvant, huit études croisées chez des adultes ou des enfants atteints d'épilepsie focale résistante aux médicaments, et une étude évaluant le traitement comme adjuvant parallèle avec une conception enrichie en répondeurs chez les nourrissons. Au total, ces 14 études ont inclus 1806 participants éligibles (38 nourrissons, 199 enfants, 1569 adultes). Les phases de base allaient de quatre à 12 semaines, les phases de traitement de huit à 36 semaines. Dans l'ensemble, 11 études (1243 participants) ont été jugées comme présentant un faible risque de biais, et trois (697 participants) présentaient un risque de biais peu clair en raison du manque d'informations rapportées concernant la conception de l'étude. Une mise en aveugle efficace a été rapportée dans quatre études (563 participants).

Le risque relatif global (RR) pour une réduction de 50 % ou plus de la fréquence des crises était de 1,80 (IC à 95 % 1,45 à 2,23 ; 12 essais, 1322 participants (adultes et enfants) ; données probantes de certitude modérée) indiquant que la lamotrigine était significativement plus efficace que le placebo pour réduire la fréquence des crises. Le RR global pour l'abandon du traitement (pour quelque raison que ce soit) était de 1,11 (IC à 95% : 0,91 à 1,37 ; 14 essais ; 1806 participants ; données probantes de certitude modérée). Les effets indésirables associés de manière significative à la lamotrigine étaient les suivants : ataxie, étourdissements, diplopie (vision double) et nausées. Les RR de ces effets indésirables étaient les suivants : ataxie 3,34 (IC à 99% 2,01 à 5,55 ; 12 essais ; 1525 participants ; données probantes de haute certitude) ; étourdissements 2,00 (IC à 99% 1,52 à 2.64;13 essais ; 1768 participants ; données probantes de certitude modérée) ; diplopie 3,79 (IC à 99% 2,15 à 6,68 ; 3 essais, 944 participants ; données probantes de certitude élevée) ; nausées 1,81 (IC à 99% 1,22 à 2,68 ; 12 études, 1486 participants ; données probantes de certitude modérée). Le peu de données disponibles empêchait de tirer des conclusions sur les effets sur la cognition et la qualité de vie. Aucune hétérogénéité importante entre les études n'a été constatée pour aucun des critères de jugement. Dans l'ensemble, nous avons évalué les données probantes comme étant d'un niveau de certitude élevé à modéré, en raison de données incomplètes pour certains critères de jugement.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Carole Lescure et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.