Traitement adjuvant au lévétiracétam contre l'épilepsie focale réfractaire aux médicaments

Le lévétiracétam est un médicament faisant partie d'une nouvelle cohorte d'antiépileptiques actuellement disponibles. Dans cette revue, nous faisons une synthèse des preuves actuelles concernant son efficacité dans le cadre d'une utilisation en tant que traitement adjuvant pour les soins habituels chez des personnes souffrant d'une épilepsie qui se manifeste par des crises focales réfractaires aux médicaments. À toutes les doses que nous avons analysées, le lévétiracétam a réduit significativement la fréquence des crises comparé à un placebo. Cependant, du fait que la taille de cet effet positif varie quelque peu d'un essai à un autre, il nous est difficile de fournir une estimation globale de l'effet, important ou faible, qu'aura le lévétiracétam. À une dose de 2 000 mg, le lévétiracétam a été approximativement quatre fois plus efficace que le placebo et environ 30 % des adultes devraient pouvoir observer une baisse significative de la fréquence de leurs crises. Les enfants ont pris 60 mg/kg/jour de lévétiracétam et cette dose s'est révélée environ une fois plus efficace qu'un placebo. Environ un quart des enfants peuvent constater une baisse significative des crises à cette dose. Le résultat global a été que le lévétiracétam pouvait être efficace pour réduire la fréquence des crises focales et qu'il pouvait également être bien toléré à la fois chez l'adulte et l'enfant. Une possibilité de changements du comportement chez l'enfant sous lévétiracétam a été soulignée et ce résultat demande à être validé. Cette revue est une mise à jour d'une revue publiée en 2001 et nous avons découvert sept essais supplémentaires par rapport à ceux de la revue d'origine. Les conclusions sont pour l'essentiel identiques entre les deux revues. La contribution la plus significative de cette mise à jour est l'inclusion de données concernant les enfants. Les résultats ne concernent pas l'usage du lévétiracétam pour les crises généralisées ni son usage en tant qu'agent unique.

Conclusions des auteurs: 

Cette mise à jour ajoute sept essais supplémentaires à la revue d'origine qui contenait quatre essais. À toutes les doses analysées, le lévétiracétam a réduit significativement la fréquence des crises focales par rapport au placebo. Cela indique que le lévétiracétam peut réduire significativement la fréquence des crises focales lorsqu'il est utilisé comme traitement adjuvant tant chez les adultes que chez les enfants atteints d'épilepsie focale réfractaire aux médicaments. En raison de l'existence de preuves indiquant des niveaux significatifs d'hétérogénéité statistique concernant cet effet positif, il est difficile d'être précis quant à l'ampleur relative de l'effet. À une dose de 2 000 mg, le lévétiracétam devrait pouvoir être 3,9 fois plus efficace que le placebo, 30 % des adultes ayant réagi à cette dose. À une dose de 60 mg/kg/jour, le lévétiracétam devrait pouvoir être 0,9 fois plus efficace que le placebo, 25 % des enfants ayant réagi à cette dose. Lorsque la dose était ignorée, les enfants étaient plus répondeurs que les adultes d'environ 4 % à 13 %. Les résultats suggèrent globalement qu'un enfant ou un adulte peuvent réagir au lévétiracétam sur quatre ou cinq enfants ou adultes, respectivement, ayant reçu du lévétiracétam plutôt qu'un placebo. Le médicament semble bien toléré chez l'adulte et l'enfant, bien que des changements de comportement non spécifiques puissent être ressentis dans une part pouvant atteindre 20 % des enfants. Cet aspect du profil d'effets indésirables du lévétiracétam a été analysé sommairement et doit être étudié davantage et validé. Il semble raisonnable de continuer à utiliser le lévétiracétam chez les adultes et les enfants souffrant d'épilepsie focale réfractaire aux médicaments. Les résultats ne peuvent pas être utilisés pour confirmer les effets à long terme ou les effets en tant que monothérapie du lévétiracétam ou ses effets sur les crises généralisées. Les conclusions sont pour une grande partie identiques par rapport à celles de la revue d'origine. La contribution la plus significative de cette mise à jour est l'addition de données pédiatriques dans l'analyse.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'épilepsie est une maladie neurologique importante et la résistance aux médicaments est particulièrement courante chez les individus souffrant de crises focales. Dans cette revue, nous établissons une synthèse des preuves actuelles concernant un nouveau médicament antiépileptique, le lévétiracétam, dans le cadre d'une utilisation comme traitement adjuvant pour contrôler l'épilepsie focale réfractaire aux médicaments. Ceci est une mise à jour d’une revue Cochrane qui a été publiée pour la première fois en 2001.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité du lévétiracétam, ajouté aux soins habituels, pour traiter l'épilepsie focale réfractaire aux médicaments.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l’épilepsie (août 2012), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, The Cochrane Library numéro 7, 2012), and MEDLINE (de 1946 à la 1ère semaine du mois d'août 2012). Nous avons également contacté les fabricants du lévétiracétam et des chercheurs dans le domaine pour obtenir d'éventuels essais en cours ou non publiés.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés par placebo, randomisés, portant sur le traitement adjuvant au lévétiracétam chez les personnes atteintes d'épilepsie focale réfractaire aux médicaments.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont sélectionné les essais à inclure, évalué le risque de biais, extrait les données et évalué la qualité globale des preuves de façon indépendante. Les critères de jugement étudiés comprenaient la réduction de 50 % ou plus de la fréquence des crises focales (réponse) ; la réduction de moins de 50 % de la fréquence des crises focales (absence de réponse) ; l'arrêt du traitement ; les effets indésirables (notamment une analyse spécifique des changements de comportement) ; les effets cognitifs et la qualité de vie (QdV). Des risques relatifs (RR) avec intervalles de confiance (IC) à 95 % ont été utilisés pour mesurer l'effet (IC à 99 % pour les effets indésirables). Les analyses principales ont été effectuées en intention de traiter (ITT). La relation dose-réponse et l'hétérogénéité inter-essais ont été évaluées dans des modèles de régression.

Résultats principaux: 

Onze essais (1 861 participants) ont été inclus. Ils présentaient majoritairement un faible risque de biais. Les participants étaient des adultes dans neuf essais (1 565 participants) et des enfants dans les deux essais restants (296 participants). La dose de lévétiracétam testée était de 1 000 à 4 000 mg/jour chez les adultes et de 60 mg/kg/jour chez les enfants. La durée du traitement allait de 12 à 24 semaines. Pour le critère de jugement de la réduction de 50 % ou plus de la fréquence des crises focales, le RR a été significativement en faveur du lévétiracétam à toutes les doses. Les estimations naïves, avec ignorance de la dose, ont démontré que les enfants (52 % ont réagi) réagissaient plus que les adultes (39 % ont réagi) au traitement au lévétiracétam. 25 % des enfants et 16 % des adultes ont réagi au placebo. Le critère de jugement du nombre de sujets à traiter pour obtenir un effet bénéfique supplémentaire pour les enfants et les adultes a été de quatre (IC à 95 % trois à sept) et cinq (IC à 95 % quatre à six), respectivement. Les niveaux d'hétérogénéité statistique significatifs entre les essais sur l'adulte ont empêché de fournir un RR global valable (avec ignorance de la dose). Les résultats pour les deux essais qui testaient le lévétiracétam à 2 000 mg chez l'adulte ont été suffisamment semblables pour être combinés et ont donné un RR pour une réduction de 50 % ou plus de la fréquence des crises focales de 4,91 (IC à 95 % 2,75 à 8,77), avec un RR de 0,68 (IC à 95 % 0,60 à 0,77) pour l'absence de réponse. À cette dose, 37 % et 8 % des adultes ont réagi dans les groupes sous lévétiracétam et sous placebo, respectivement. L'analyse de régression a démontré qu'une grande partie de l'hétérogénéité entre les essais chez l'adulte devait pouvoir s'expliquer par les doses différentes de lévétiracétam testées et les années différentes de publication des essais. Aucune hétérogénéité statistique n'a été démontrée entre les essais chez l'enfant. Pour ces essais, le RR pour une réduction de 50 % ou plus de la fréquence des crises focales a été de 1,91 (IC à 95 % 1,38 à 2,63), avec un RR de 0,68 (IC à 95 % 0,56 à 0,81) pour l'absence de réponse. 27 % des enfants ont réagi. Les participants n'ont pas été significativement plus susceptibles d'arrêter le lévétiracétam (RR 0,98 ; IC à 95 % 0,73 à 1,32 et RR 0,80 ; IC à 95 % 0,43 à 1,46 pour les adultes et les enfants, respectivement). Pour les adultes, la somnolence (RR 1,51 ; IC à 99 % 1,06 à 2,17) et l'infection (RR 1,76 ; IC à 99 % 1,03 à 3,02) ont été significativement associées au lévétiracétam. Les blessures accidentelles ont été significativement associées au placebo (RR 0,60 ; IC à 99 % 0,39 à 0,92). Aucun effet indésirable particulier n'a été significativement associé au lévétiracétam chez l'enfant. Les changements du comportement ont été négligeables chez l'adulte (1 % de personnes affectées ; RR 1,79 ; IC à 99 % 0,59 à 5,41), mais significatifs chez l'enfant (23 % de personnes affectées ; RR 1,90 ; IC à 99 % 1,16 à 3,11). Les critères d'effet cognitif et de QdV ont suggéré que le lévétiracétam avait un effet positif sur la cognition et certains aspects de la QdV chez l'adulte. Chez l'enfant, le lévétiracétam n'a pas semblé modifier la fonction cognitive, mais des preuves d'aggravation de certains aspects du comportement de l'enfant ont été observées. La qualité globale des preuves utilisées était élevée.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.