Régimes pauvres en protéines pour les adultes non diabétiques atteints d’une maladie rénale chronique

De quoi est-il question ?

Diverses formes de maladie rénale peuvent entraîner une insuffisance rénale, dans quel cas, les personnes atteintes doivent à terme être traitées par dialyse. Un régime pauvre en protéines pourrai être recommandé pour essayer de ralentir la progression d’une maladie rénale vers l’insuffisance rénale. Nous ne savons toujours pas si les régimes pauvres en protéines peuvent ralentir la progression d’une maladie rénale et retarder le recours à la dialyse.

Comment avons-nous procédé ?

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur le rein et les greffes jusqu'au 7 septembre 2020 pour trouver des essais contrôlés randomisés (ECR), ayant recruté des patients adultes non diabétiques souffrant d'une maladie rénale chronique, ne nécessitant pas encore de dialyse, et ayant comparé différents apports en protéines alimentaires, notamment des apports très faibles (0,3 à 0,4 g/kg/jour), faibles (0,5 à 0,6 g/kg/jour) ou normaux (≥ 0,8 g/kg/jour) pendant 12 mois ou plus.

Qu’avons-nous trouvé ?

Nous avons examiné les données probantes issues de 17 études (21 ensembles de données) portant sur 2 996 personnes avec une fonction rénale diminuée. Nous avons constaté que les régimes très pauvres en protéines, comparés aux apports protéiques faibles ou normaux, réduisent probablement le nombre de personnes atteintes d'insuffisance rénale avancée progressant vers un besoin de dialyse. Lorsque les régimes pauvres en protéines étaient comparés aux régimes protéinés normaux, il n'y avait que peu ou pas de différence dans le nombre de personnes atteintes d'insuffisance rénale moins sévère ayant progressé vers un besoin en dialyse. Les effets secondaires des régimes pauvres en protéines, comme la perte de poids, étaient peu fréquents, mais de nombreuses études n'ont pas rapporté des effets secondaires.

Conclusions

Chez les personnes atteintes d'insuffisance rénale avancée, un apport protéique très faible ralentit probablement la progression vers l'insuffisance rénale. Cependant, nous avons besoin de plus d'informations sur les effets secondaires des régimes pauvres en protéines et sur l’éventuelle réduction de la qualité de vie en raison des difficultés à suivre un tel régime.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue a révélé que les régimes à très faible teneur en protéines réduisent probablement le nombre de personnes atteintes d’insuffisance rénale chronique (IRC) de stade 4 ou 5, progressant vers l’insuffisance rénale terminale (IRT). En revanche, les régimes pauvres en protéines pourraient ne faire que peu de différence pour le nombre de personnes progressant vers l’IRT. Les régimes à faible ou très faible teneur en protéines n'influent probablement pas sur les décès. Cependant, les données sur les effets indésirables tels que les différences de poids et le gaspillage d'énergie protéique sont limitées. Il n'existe pas de données permettant de savoir si la qualité de vie est affectée par les difficultés à respecter les restrictions protéiques. Des études évaluant les effets indésirables et l'impact sur la qualité de vie d’une restriction protéique alimentaire sont nécessaires avant que ces approches diététiques ne puissent être recommandées pour une utilisation généralisée.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L’insuffisance rénale chronique (IRC) est définie comme une diminution de la fonction rénale présente pendant trois mois ou plus, avec des conséquences néfastes pour la santé et la survie. Depuis plusieurs décennies, des régimes pauvres en protéines sont proposés aux participants atteints d’IRC dans le but de ralentir la progression vers une insuffisance rénale terminale (IRT) et de retarder l’introduction d’un traitement substitutif rénal. Cependant, les bénéfices et les risques d’une restriction protéique alimentaire appliquée en vue de prévenir la progression d’une insuffisance rénale chronique n'ont pas été déterminés. Il s'agit d'une mise à jour d'une revue systématique publiée pour la première fois en 2000 et actualisée en 2006, 2009 et 2018.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité des régimes pauvres en protéines dans la prévention de la progression naturelle de l’IRC vers l’IRT et retarder le recours à un traitement par dialyse chez les adultes non diabétiques.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre des essais du groupe Cochrane sur les reins et les greffes jusqu'au 7 septembre 2020 en contactant le spécialiste de l'information et en utilisant des termes de recherche pertinents pour cette revue. Les études figurant dans le registre sont identifiées grâce à des recherches dans CENTRAL, MEDLINE et EMBASE, des actes des conférences, le système d’enregistrement international des essais cliniques de l’OMS (ICTRP) et le site ClinicalTrials.gov.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) ou quasi ECR dans lesquels des adultes atteints d'IRC non diabétiques (stades 3 à 5) et non dialysés ont été randomisés pour recevoir un très faible apport en protéines (0,3 à 0,4 g/kg/jour) par rapport à un faible apport en protéines (0,5 à 0,6 g/kg/jour) ou un faible apport en protéines par rapport à un apport normal en protéines (≥ 0,8 g/kg/jour) pendant 12 mois ou plus.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment sélectionné les études et extrait les données. Pour les critères de jugement dichotomiques (décès (toutes causes confondues), besoin de dialyse, effets indésirables), les risques relatifs (RR) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 % ont été calculés et des statistiques globales ont été estimées à l'aide d’un modèle à effets aléatoires. Lorsque des critères de jugement continus étaient utilisés comme type de mesure (débit de filtration glomérulaire (DFG), poids), ces données ont été analysées comme différence moyenne (DM) ou comme différence moyenne standardisée (DMS) si des échelles différentes avaient été utilisées. Le niveau de confiance des données probantes a été évaluée au moyen de la méthode GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié 17 études avec 2996 participants analysés (variant de 19 à 840). Quatre études multicentriques de plus grande envergure ont été subdivisées en fonction des interventions, de sorte que la revue comprenait 21 ensembles de données distincts. La durée moyenne du suivi des participants variait de 12 à 50 mois.

La génération de séquences aléatoires et l’assignation secrète ont été considérées comme présentant un faible risque de biais dans, respectivement, onze et neuf études. Toutes les études ont été considérées comme étant à risque élevé de biais de performance, car il s'agissait d'études ouvertes. Nous avons estimé séparément le biais de détection pour l'évaluation des critères du DFG et de l’IRT. La mesure du DFG étant un critère de laboratoire, il a été estimé que toutes les études présentaient un faible risque de biais de détection. Dans le cas de l’IRT, neuf études présentaient un faible risque de biais de détection, car la nécessité de commencer la dialyse a été déterminée par un personnel indépendant des investigateurs de l'étude. Cinq études ont été évaluées comme présentant un risque élevé de biais d'attrition, alors que onze études présentaient un faible risque. Dix études présentaient un risque élevé de biais de déclaration, car elles ne comportaient pas de données pouvant être incluses dans une méta-analyse. Huit études ont rapporté des financements provenant d'organismes gouvernementaux, tandis que les autres n'ont pas rapporté de financement.

Dix études ont comparé un régime pauvre en protéines à un régime normal en protéines chez des participants atteints d’IRC de catégorie 3a et b (9 études) ou 4 (une étude). Il n’y avait probablement que peu ou pas de différence dans le nombre de participants décédés (5 études, 1 680 participants : RR 0,77, IC à 95 % 0,51 à 1,18 ; 13 décès de moins pour 1 000 ; données probantes d’un niveau de confiance modéré). Un régime pauvre en protéines pourrait ne faire que peu ou pas de différence dans le nombre de participants ayant progressé vers l’IRT par rapport à un régime normal en protéines (6 études, 1 814 participants : RR 1,05, IC à 95 % 0,73 à 1,53 ; 7 de plus pour 1 000 ont progressé vers l’IRT ; données probantes d’un niveau de confiance faible). Il n'est pas certain qu'un régime pauvre en protéines comparé à un apport protéique normal ait un impact sur le DFG final ou sa modification (8 études, 1 680 participants : DMS -0,18, IC à 95 % -0,75 à 0,38 ; données probantes d’un niveau de confiance très faible).

Huit études ont comparé un régime très faible en protéines à un régime faible en protéines et deux études ont comparé un régime très faible en protéines à un régime normal en protéines. Un apport protéique très faible par rapport à un apport protéique faible n'a probablement fait que peu ou pas de différence en termes de décès (6 études, 681 participants : RR 1,26, IC à 95 % 0,62 à 2,54 ; 10 décès de plus pour 1 000 ; données probantes d’un niveau de confiance modéré). Cependant, il réduit probablement le nombre de patients atteignant l’IRT (10 études, 1 010 participants : RR 0,65, IC à 95 % 0,49 à 0,85 ; 165 de moins pour 1 000 ont atteint l’IRT ; données probantes d’un niveau de confiance modéré). Il n'est pas certain qu'un régime très faible en protéines comparé à un apport protéique faible ou normal influence le DFG final ou sa modification (6 études, 456 participants : DMS 0,12, IC à 95 % -0,27 à 0,52 ; données probantes d’un niveau de confiance très faible).

Le poids corporel final n'a été rapporté que dans trois études. Il n'est pas certain que l'intervention modifie le poids corporel final (3 études, 89 participants : DM -0,40 kg, IC à 95 % -6;33 à 5,52 ; données probantes d’un niveau de confiance très faible). Douze études n'ont pas rapporté des données probantes de gaspillage d'énergie protéique (malnutrition) chez leurs participants, tandis que trois études ont déclaré un gaspillage d'énergie protéique chez un petit nombre de participants dans chaque groupe. La plupart des études ont indiqué que le respect du régime alimentaire était satisfaisant. Dans aucune des études, la qualité de vie n'a fait l'objet d’une évaluation formelle.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Carole Lescure et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.