Transfusion sanguine pour traiter l'anémie paludéenne

Le paludisme peut provoquer une anémie. Dans les régions où le paludisme est courant et où les taux de transmission sont élevés, de nombreux enfants sont infectés par le parasite et les décès pour cause d'anémie sévère sont fréquents. Les transfusions sanguines peuvent être importantes pour prévenir le décès des patients gravement malades, mais elles sont également associées à des risques. L'objectif de cette revue était d'évaluer les effets bénéfiques et délétères de l'administration d'une transfusion sanguine chez tous les enfants atteints d'anémie paludéenne sévère sans autres symptômes de détresse particulière ou de maladie grave.

Deux études portant sur un total de 230 enfants remplissaient nos critères d'inclusion ; aucune étude ne portait sur des adultes. Moins de décès étaient observés chez les enfants qui recevaient une transfusion sanguine par rapport à ceux qui n'en recevaient pas, mais ces résultats étaient limités et n'étaient pas statistiquement significatifs. Une tendance à la hausse des événements indésirables graves était observée dans le groupe de la transfusion, mais également une tendance à la baisse de la durée du séjour à l'hôpital. Le pourcentage du volume de globules rouges dans le sang (hématocrite) était inférieur chez les enfants transfusés par rapport aux enfants non transfusés au 28ème jour.

En conclusion, lorsqu'un clinicien examine un enfant qui présente une anémie sévère mais qui est stable et sans symptômes de détresse, les preuves disponibles sont insuffisantes pour déterminer si les risques associés à une transfusion sanguine systématique sont supérieurs aux bénéfices.

Conclusions des auteurs : 

Les données sont insuffisantes pour affirmer que l'administration systématique de sang à des enfants cliniquement stables atteints d'anémie sévère dans des zones impaludées endémiques réduit les décès ou entraîne une augmentation de l'hématocrite mesuré à un mois.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Une transfusion sanguine est utilisée chez les patients atteints d'anémie paludéenne sévère mais peut entraîner des réactions indésirables, est associée à un risque de transmission de maladie et est difficile à mettre en œuvre dans les pays en voie de développement.

Objectifs : 

Cette revue évalue les effets d'une transfusion sanguine systématique dans l'anémie sévère sur les décès et les résultats indésirables dans les zones impaludées.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les maladies infectieuses (avril 2010), CENTRAL (Bibliothèque Cochrane numéro 2, 2010), MEDLINE (1966 à avril 2010), EMBASE (1980 à avril 2010), LILACS (avril 2010) ainsi que les références bibliographiques des articles pertinents. Nous avons contacté des chercheurs et des organisations travaillant dans ce domaine.

Critères de sélection : 

Les essais randomisés et quasi-randomisés comparant une transfusion sanguine à une prise en charge conservatrice dans l'anémie sévère associée au paludisme.

Recueil et analyse des données : 

Un premier évaluateur (MM) a identifié les essais et extrait les données, qui ont ensuite été vérifiées par un second évaluateur (HS). Les critères d'inclusion ont été appliqués et les données ont été extraites par les deux évaluateurs de manière indépendante.

Résultats principaux : 

Deux essais randomisés portant sur 230 enfants ont été inclus. Dans le groupe de la transfusion, une tendance à la baisse non significative des décès était observée (RR de 0,41, IC à 95 %, entre 0,06 et 2,70), mais aussi une tendance à la hausse des événements indésirables graves (RR de 8,60, IC à 95 %, entre 1,11 et 66,43). Dans un essai réalisé par Bojang (1997a), la détresse respiratoire était moins courante et le séjour à l'hôpital était plus court dans le groupe de la transfusion (DM de 1,88 jour, IC à 95 %, entre 2,41 et 1,35). Le recours subséquent à une transfusion sanguine urgente était moins courant dans le groupe de la transfusion (RR de 0,12, IC à 95 %, entre 0,02 et 0,68). Au 28ème jour, l'hématocrite était inférieur dans le groupe de la transfusion (DM de -1,34, IC à 95 %, entre -2,57 et -0,11). Aucune information n'était disponible concernant la transmission du VIH ou du virus de l'hépatite B.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.