Thérapie ferrique pour améliorer le développement physique et intellectuel des enfants de moins de trois ans qui sont anémiés en raison d'un manque de fer

On pense qu'un manque de fer chez les jeunes enfants affecte de manière négative leur développement physique et intellectuel et par conséquent, ceux qui sont anémiés devraient être traités. Pour évaluer les effets d'une thérapie ferrique sur le développement psychomoteur et la fonction cognitive des très jeunes enfants anémiés en fer, nous avons effectué des recherches dans huit bases de données électroniques en avril 2013 pour trouver les études pertinentes. Nous avons recherché les études dans lesquelles des enfants de moins de trois ans avec une anémie ferriprive étaient assignés de manière aléatoire pour recevoir du fer ou du fer plus de la vitamine C par rapport à un placebo ('pilule factice') ou de la vitamine C seule, et dans lesquelles leur statut de développement ou leur fonction cognitive était évalué indépendamment par une personne qui ne savait pas s'ils avaient reçu du fer. Pour être certain de n'avoir oublié aucune étude, nous avons également effectué des recherches dans les bibliographies, réalisé des recherches de citations et contacté les experts principaux dans ce domaine.

Deux auteurs ont indépendamment parcouru tous les titres et les résumés provenant des recherches pour voir si les études étaient pertinentes. Lorsque cela était nécessaire, nous avons recherché la version intégrale du document pour vérifier qu'il correspondait aux critères d'inclusion de notre revue. Les mêmes auteurs ont indépendamment extrait les données des études pour analyse et évalué le risque de biais de chacune des études. Nous avons analysé les données séparément si les évaluations étaient réalisées sous un mois après le début de la thérapie ferrique ou après un mois.

Nous avons identifié huit études à inclure dans la revue. Six études (totalisant 225 enfants) évaluaient les effets de la thérapie ferrique après 30 jours de traitement et nous avons pu combiner les résultats pour cinq d'entre elles. La thérapie ferrique ne semblait pas améliorer les scores de l'indice de développement psychomoteur (IDP) de l'échelle de Bayley ou de l'indice de développement mental (IDM) de l'échelle de Bayley. Deux études (160 enfants) considéraient les effets de la thérapie ferrique plus de 30 jours après le début du traitement. Une étude n'a démontré aucun bénéfice de la thérapie ferrique sur l'acquisition des compétences telles que mesurées dans le test de dépistage de Denver. L'autre étude a toutefois démontré que les scores IDP et IDM sur les échelles de Bayley étaient bien plus élevés pour le groupe qui avait reçu une thérapie ferrique.

Cette revue conclut qu'il n'y a pas de données convaincantes permettant d'affirmer que le fer administré par voie orale ou par injection améliorera le développement physique ou intellectuel des jeunes enfants qui présentent une anémie ferriprive sous un mois après le début du traitement. On ne sait pas si un traitement à plus long terme est bénéfique pour le développement physique et intellectuel de ces enfants. Des essais contrôlés randomisés plus vastes avec un suivi à long terme devront être réalisés.

Conclusions des auteurs: 

Il n'existe aucune donnée convaincante permettant d'affirmer que la thérapie ferrique chez les jeunes enfants avec une anémie ferriprive a un effet sur le développement psychomoteur ou sur la fonction cognitive sous 30 jours après le début du traitement. L'effet du traitement à plus long terme reste incertain. Il est urgent de réaliser d'autres essais contrôlés randomisés à grande échelle avec un suivi à long terme.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La déficience en fer et l'anémie ferriprive sont courantes chez les jeunes enfants. On pense que le manque de fer pourrait avoir des effets délétères sur le développement psychomoteur et la fonction cognitive des enfants. Pour évaluer les bénéfices de la thérapie ferrique sur le développement psychomoteur et la fonction cognitive des enfants présentant une anémie ferriprive, une revue Cochrane a été réalisée en 2001. Ce document est une mise à jour de cette revue.

Objectifs: 

Déterminer les effets de la thérapie ferrique sur le développement psychomoteur et la fonction cognitive des enfants de moins de trois ans présentant une anémie ferriprive.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes en avril 2013 : le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, CINAHL, PsycINFO, LILACS, ClinicalTrials.gov et World Health Organization International Clinical Trials Registry Platform (ICTRP). Nous avons également effectué des recherches dans les bibliographies des articles et les rapports, et réalisé des recherches de citations dans le Science Citation Index pour les études pertinentes identifiées lors de la recherche principale. Nous avons également contacté les principaux auteurs.

Critères de sélection: 

Les études étaient incluses si les enfants de moins de trois ans avec une anémie ferriprive évidente se voyaient attribuer de manière aléatoire du fer ou du fer plus de la vitamine C par rapport à un placebo ou de la vitamine C seule ; l'évaluation du statut de développement ou de la fonction cognitive a été réalisée à l'aide de tests standards par des observateurs ne connaissant pas l'attribution des traitements.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment examiné les titres et les résumés issus des recherches et évalué les copies intégrales de toutes les études potentiellement pertinentes en fonction des critères d'inclusion. Les mêmes auteurs ont indépendamment extrait des données et évalué les risques de biais des études éligibles. Nous avons analysé les données séparément si les évaluations étaient réalisées sous un mois après le début de la thérapie ferrique ou après un mois.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié une étude éligible dans la recherche de la mise à jour qui n'avait pas été incluse dans la revue d'origine. Au total, nous avons inclus huit essais.

Six essais, totalisant 225 enfants avec une anémie ferriprive, étudiaient les effets de la thérapie ferrique sur les mesures du développement psychomoteur et de la fonction cognitive 30 jours après le début du traitement. Nous avons pu regrouper les données de cinq essais. La différence regroupée du changement pré- et post- traitement pour l'indice de développement psychomoteur (IDP) de l'échelle de Bayley entre les groupes avec fer et placebo était de -1,25 (intervalle de confiance (IC) à 95 % -4,56 à 2,06, valeur P = 0,65 ; I2 = 33% pour l'hétérogénéité, méta-analyse à effets aléatoires ; données de mauvaise qualité) et pour l'indice de développement moteur (IDM) de l'échelle de Bayley, elle était de 1,04 (IC à 95 % -1,30 à 3,39, valeur P = 0,79 ; I2 = 31% pour l'hétérogénéité, méta-analyse à effets aléatoires ; données de mauvaise qualité).

Deux essais, totalisant 160 enfants avec une anémie ferriprive, étudiaient les effets de la thérapie ferrique sur les mesures du développement psychomoteur et de la fonction cognitive plus de 30 jours après le début du traitement. Une étude indiquait le nombre moyen de compétences acquises après deux mois de thérapie ferrique à l'aide du test de dépistage de Denver. Le groupe avec intervention a gagné 0,8 (IC à 95 % -0,18 à 1,78, valeur P = 0,11, qualité modérée des données) compétences en plus en moyenne par rapport au groupe témoin. L'autre étude indiquait que la différence concernant le changement pré- à post- traitement pour l'IDP de l'échelle de Bailey entre le groupe traité avec du fer et le groupe sous placebo après quatre mois était de 18,40 (IC à 95 % 10,16 à 26,64, valeur P < 0,0001 ; données de qualité modérée) et pour l'IDM de l'échelle de Bayley, elle était de 18,80 ( IC à 95 % 10,17 à 27,43, valeur P < 0,0001 ; données de qualité modérée).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.