Les bisphosphonates pour le traitement de l’ostéoporose causée par l’utilisation de stéroïdes.

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Les corticostéroïdes sont largement utilisés pour traiter l’inflammation. La perte osseuse (ostéoporose) est un effet secondaire grave de ce traitement. 13 essais portant sur 842 patients ont été étudiés. Nous avons découvert que la densité minérale osseuse de la colonne lombaire des patients traités au bisphosphonate présentait une amélioration supérieure de 4,3 % à celle des patients n’ayant pas reçu de traitement. Au niveau du col du fémur (en haut de l'os de la cuisse), la densité minérale osseuse présentait une amélioration supérieure de 2,1 % chez le groupe soumis au traitement. Il n’existait pas de différence au niveau du nombre de fractures vertébrales entre les deux groupes. Nous avons découvert que les bisphosphonates étaient efficaces pour prévenir et traiter la perte osseuse causée par les corticostéroïdes au niveau de la colonne lombaire et du col du fémur. Nous ne disposons pas des preuves suffisantes pour affirmer que les bisphosphonates permettent ou pas de prévenir les fractures.

Conclusions des auteurs: 

Les bisphosphonates sont efficaces pour prévenir et traiter la perte osseuse causée par les corticostéroïdes au niveau de la colonne lombaire et du col du fémur. Leur efficacité en matière de prévention des fractures ne peut pas être établie par cette analyse, bien que les changements de densité osseuse soient en corrélation avec le risque de fracture.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les corticostéroïdes sont largement utilisés comme agents immunodépresseurs pour traiter les états inflammatoires. Les maladies traitées aux corticostéroïdes incluent les maladies du tissu conjonctif, l’asthme, l’affection abdominale inflammatoire et la greffe d’organe. La perte osseuse est un effet secondaire grave de ce traitement. Plusieurs études portant sur l’usage des bisphosphonates pour le traitement de l'ostéoporose causée par les corticostéroïdes ont rapporté une magnitude variable de l’effet. Une meilleure estimation de l’efficacité des bisphosphonates pour prévenir la perte osseuse causée par les corticostéroïdes est nécessaire avant de pouvoir recommander leur usage.

Objectifs: 

Évaluer les effets des bisphosphonates pour la prévention et le traitement de l’ostéoporose causée par les corticostéroïdes.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre d'essais cliniques du Groupe de revue Cochrane sur les troubles musculo-squelettiques, MEDLINE (jusqu’en 1997) et EMBASE (1988-1997) et avons sélectionné des références bibliographiques après avoir effectué une recherche manuelle. Une recherche manuelle des résumés scientifiques issus des réunions pertinentes au cours de ces cinq dernières années a également été effectuée. Une recherche électronique a été effectuée dans les Current Contents pour ces six derniers mois. Le registre Cochrane des essais contrôlés (CCTR) sera également consulté pour identifier les mises à jour.

Toutes les langues ont été incluses dans la recherche. Pour des raisons pratiques, seules les études en anglais ont été incluses, mais toutes les langues seront extraites et traduites en vue de futures mises à jour.

Critères de sélection: 

Tous les essais cliniques comparatifs (ECC) traitant de la prévention ou du traitement de l’ostéoporose causée par les corticostéroïdes, utilisant tous types de bisphosphonates et rapportant des mesures de résultat pertinentes ont été évalués. Les essais ne devaient porter que sur des adultes et les sujets devaient prendre une dose moyenne de stéroïdes de 7,5 mg ou plus par jour.

Recueil et analyse des données: 

Toute l’extraction des données a été effectuée par deux évaluateurs indépendants. Les mesures de résultat pertinentes incluaient le changement de la densité minérale osseuse (DMO) au niveau de la colonne lombaire et du col du fémur à 6 et 12 mois. Les données disponibles concernant le nombre de nouvelles fractures et d’arrêts prématurés dus à des effets indésirables ont également été extraites. Toute l’extraction des données a été effectuée par deux évaluateurs indépendants.
Aussi bien les données continues que dichotomiques ont été analysées à l’aide de modèles à effets fixes. Quand il y a eu hétérogénéité significative, un modèle à effets aléatoires a été utilisé.

Résultats principaux: 

13 essais portant sur 842 patients sont inclus dans cette méta-analyse. Les résultats sont rapportés sous forme de différence moyenne pondérée du pourcentage de changement de DMO entre les groupes soumis au traitement et à un placebo, les essais étant pondérés par l’inverse de leur variance. Les intervalles de confiance de 95 % (IC de 95 %) sont présentés. Au niveau de la colonne lombaire, la différence moyenne pondérée de la DMO entre le groupe sous traitement et le groupe sous placebo était de 4,3 % (IC de 95 %, 2,7, 5,9). Au niveau du col du fémur, la différence moyenne pondérée était de 2,1 % (IC de 95 %, 0,01, 3,8). Bien qu’une réduction de 24 % des cotes de fractures vertébrales ait été observée [rapport des cotes de 0,76 (IC de 95 %, 0,37, 1,53)], ce résultat n'était pas statistiquement significatif.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.